• ZOÉ BORBORYGME

    Episode 15

      Résumé des chapitres précédents : Aucun doute là-dessus, l’odeur de sperme vient du silo à grain de Ruth Prout, la fermière baroudeuse qui affole Sire Concis !

     

             L’instant d’après, ils prenaient le café dans la cuisine de la ferme.

             — Nous sommes des inspecteurs de l’hygiène, expliquait Zoé, entre deux gorgées. Vos voisins se sont plaints de l’odeur émanant de votre silo à grains.

             Pan, dans le mille ! Ruth Prout devint couleur pivoine — ce qui augmenta encore le volume de Sire Concis, pourtant déjà de belle taille.

             — M... mon silo...? bredouilla-t-elle.

             — Oui, vous ne sentez rien ?

             — Euh... je suis enrhubée...

             — Voulez-vous un kleenex ? s’empressa galamment le dragon. Zoé en a toujours sur elle. C’est son outil de travail, vous compren...

             — Oui, pour l’hygiène, coupa Zoé, en lui flanquant un coup de pied sous la table. 

             — Ça doit être l’épautre, remarqua Ruth Prout.

             Puis, devant l’air ébahi de ses interlocuteur, elle ajouta :

             — J’ai remplacé le blé par de l’épautre, dans mon silo. Ça se vend mieux. mais le problème, c’est que ça crougnote. 

               Je voudrais vérifier, dit Zoé.

             À ces mots, la fermière rougit à nouveau, et, d’instinct, tendit la main vers son fusil. Par bonheur, Sire Concis l’avait mis en lieu sûr, sous ses grandes ailes de chauve-souris.

             Ce fut la goutte qui fit déborder le vase. Ruth Prout fondit en larmes.

             — Je vais tout vous avouer, souffla-t-elle. Ce n’est pas de l’épautre, qu’il y a dans mon silo, c’est...

             — C’est ?

             — De la semence humaine.

                                                                                                                                (à suivre)

    « GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 156GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 157 »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 8 Juin 2012 à 08:03
    Benoît Barvin
    "de la semence humaine"... Qu'en termes élégants...ENCORE! ENCORE!
    2
    Vendredi 8 Juin 2012 à 22:40
    Castor tillon
    Pendant que vous devisez gaiement sur les mérites comparés de l'épautre et du contrepet, les rebondissements s'accélèrent dans le chemisier de Daisy Mae et la culotte de Sire Confus. Va-t-on enfin savoir comment cette fermière a rapatrié 2000 tonnes de sperme dans son silo ?
    3
    Dimanche 10 Juin 2012 à 12:02
    Castor tillon
    Je suis passé voir cette petite merveille. Prodigieux. Y a même une page cinéma avec des photos de Ça, Nosferatu, John Wayne Gacy...
    Je n'ai pas Facebook, mais les albums sont publics, coOol.
    4
    Dimanche 10 Juin 2012 à 14:52
    Castor tillon
    Magnifique, en effet, j'adore.
    L'écrivain Rampa se faisait régulièrement vitupérer par ses lecteurs pour la hideur de ses couvs. Il a fini par écrire un chapitre dans un de ses bouquins pour expliquer qu'il n'avait aucune vue sur les choix de l'éditeur dans ce domaine. Moi je trouve que c'est pas juste. Qui mieux que l'auteur est à même d'indiquer la bonne illustration pour ses textes ?
    5
    Dimanche 10 Juin 2012 à 15:39
    Castor tillon
    Tu as raison, un auteur n'est pas forcément habilité, en effet, je vois les choses en tant que dessinateur. Il faut aussi que l'accroche soit prise en compte (je pense en particulier à une certaine couv France-Loisirs, hé hé...).
    Quelquefois, dans l'édition, c'est tout un comité qui se réunit pour voter pour la couverture, ce qui n'arrange pas forcément la soupe.
    6
    Vendredi 13 Juillet 2012 à 16:30
    La Zèbre
    Il me semblait avoir vu, à la Médiathèque, une édition de "j'irai dormir au fond du puis" avec juste le titre et l'auteure, sur fond blanc...
    7
    Odomar
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Odomar
    De l'épautre ?!! Première fois, à mon âge, que je lis ce mot. Ce que c'est que de vivre à la campagne....
    8
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Gudule
    Ttttt, ce jeune homme est insatiable !
    9
    Odomar
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Odomar
    Mon commentaire a dû se perdre.

    Je disais qu'à mon âge, c'est la première fois que je lisais ce mot : épautre.

    Il est vrai que je vis en ville.
    10
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Gudule
    L'épautre est une céréale très prisée chez les bios, écolos et compagnie. On fait pas mal de pain d'épautre, dans le Tarn. C'est très bon, surtout associé au sésame.
    C'était le cours rural de Maîtresse Gudule.
    11
    Odomar
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Odomar
    Je me méfie toujours quand les écolobios disent "C'est très bon".... (mdr!)
    12
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Gudule
    Idem. D'ailleurs, ce n'est que la résurgence de mouvements que nous avons bien connus, dans les années 70. J'ai le souvenir de copines macrobio qui ne bouffaient que des graines, et souffraient d'abominables constipations. Par la suite, elles ont changé leur fusil d'épaule (j'ai failli écrire d'épautre) et sont aujourd'hui de bonnes vivantes qui pissent dru et chient gras. Mais bon, ces constatations physiologiques mises à part, force m'est de reconnaître que l'épautre, c'est très bon.
    13
    Odomar
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Odomar
    C'est pour ça qu'on dit toujours : "Ah, le bon épautre !" ?
    14
    Odomar
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Odomar
    Et que le Christ les collectionnait, les épautres !
    15
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Gudule
    Et : " regardez l'épautre qui est dans votre œil plutôt que la paille qui est dans celui du voisin"
    16
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Gudule
    Ou alors carrément l'Epautre de saint Pil
    17
    Odomar
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Odomar
    Et une contrepèterie, maintenant ! Jusqu'où ira-t-on ?
    18
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Gudule
    Chaque chose en son temps, cher ami. Aujourd'hui, c'est jour de Solitude... Mais pour vous faire patienter, allez donc jeter un coup d'œi sur cet étonnant site : http://www.facebook.com/photo.php?fbid=327378097282539&set=a.322450521108630.74429.121612214525796&type=1&theaterl
    19
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Gudule
    Incroyable, hein ! Une compilations d'images qui, toutes, font appel à nos fantasmes les plus sombres, les plus étranges. Moi, je suis restée scotcjée des heures, là devant. J'aime tout particulièrement les surimpressions qui font apparaître des fantômes derrière les mediums. Et cette fabuleuse carte postale de la petite fille qui se serre contre le buste de gamin braillant... Avoir ça comme couverture de livre, tu imagines ? Plutôt que les pauvres imagines auxquelles j'ai, d'ordinaire, droit...
    20
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Gudule
    Ce n'est qu'à moitié vrai. il m'est arrivé d'être horrifiée par les couvertures choisies par les auteurs, dans l'auto-édition, par exemple. Un copain, ou leur fille, leur frère, leur femme, en était l'auteur, et ils avaient, à l'évidence, été court-circuités par l'affectif. Or, ces "choses" rebutaient le lecteurs au lieu de l'attirer... En revanche, certains auteurs ont des connaissances graphiques suffisantes pour qu'on écoute, au moins, leurs suggestions. Et si ce n'est pas le cas, qu'au moins ils aient le choix entre plusieurs propositions. Que ce ne soit pas la décision irrévocable et exclusive du directeur de collections — qui, quelquefois, a un goût de chiotte.
    21
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Gudule
    Ton exemple est parfaitement choisi : cette couv, c'est l'abjection totale. J'en ai le frisson... Moi qui ai toujours rêve d'une belle couverture blanche, toute blanche, et ne l'ai jamais eue ! (J'en ai juste eu une toute rouge, pour "J'ai 14 ans et je suis détestable", chez Flammarion ; c'est mieux que rien, remarque).
    Sinon, ben... ta rue de l'annerie m'a bien fait rire !
    22
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    gudule
    Nan, elle est blanche, mais avec des zigouigouis dessinés dessus. Moi, c'est blanche-blanche, que je voudrais... Comme les vraies zœuvres littéraires, tu vois ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :