• ZOÉ BORBORYGME

    Episode 17

       Résumé des chapitres précédents : le mystère de la disparition des deux mille tonnes de sperme est sur le point d’être résolu.

     

             — Par philanthropie ? s’exclamèrent en chœur Zoé et Sire Concis. Qu’entendez-vous par là ?

             Ruth se mordit les lèvres.

             — J’aime les hommes.

             — Ce n’est pas une raison pour voler leur semence ! s’indigna Zoé.

               Petite fétichiste, va ! gloussa Sire Concis. 

             — Par « hommes », j’entends l’humanité en général, précisa la fermière, très digne.

             Puis, comme ses interlocuteurs ne semblaient pas comprendre.

             — C’est à cause de mon mari, ajouta-t-elle.

             — Il est impuissant ?

             — Non, au contraire : il produit une telle quantité de sperme qu’il dépose le surplus à la banque. Enfin... déposait. À mon insu, bien sûr ! Mais il y a quelques jours, j’ai découvert le poteau rose.

             Dans la tête de Zoé, cette révélation fit « tilt ».

             — Vous ne vouliez pas qu’il féconde une autre femme, c’est ça ?

             — En gros, oui.

             — Et du coup, vous avez tout raflé pour être sûre de bien récupérer le sien. Je me trompe ?

             — En gros, non

     

             — Ah bon, c’est juste une histoire de jalousie ? s‘écria Sire Concis. Vous ne pouviez pas le dire tout de suite ?

             Ruth Prout le toisa de la tête aux pieds.

             — Pauvre con, lâcha-t-elle.

             Le dragon, vexé, piqua du nez.

             — Si mon mari se reproduisait, ce serait une catastrophe pour l’humanité tout entière, reprit la fermière à l’intention de Zoé.  Pourquoi donc croyez-vous que je n’ai pas d’enfant ?

                                                                                                                                         (à suivre)

    « GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 158GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 159 »

  • Commentaires

    1
    Mardi 12 Juin 2012 à 08:07
    Benoît Barvin
    Ah "poteau rose"... Ca, j'adore vraiment! Quant à cette histoire, à chaque fois qu'on pense avoir compris, pof! l'écrivaine en rajoute une louche... Une Alexandre Dumas en cornette, voilà qui vous êtes, Chère Soeur et, pour ma part, j'aime ça!
    2
    Mardi 12 Juin 2012 à 17:40
    Castor tillon
    Qu'est-ce qu'il prend, le dragon. Ruth en a vite fait le tour, c'est le Sire qu'on fait rance.
    Du coup, on a hâte de connaître le régulier.
    3
    Jeudi 14 Juin 2012 à 19:18
    Lunatik
    Ah, ce poteau rose vaut bien une haie rose. J'ai bien ri, ma foi.
    4
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Gudule
    Je l'avais au bout de la langue, cher ami. Mais toi, tu as mis le doigt dessus...
    5
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Gudule
    Ben quoi, normal, on est des filles !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :