• ZOÉ BORBORYGME

              Episode 30

       Résumé des chapitres précédents : que se trame-t-il donc sous la burka d’Aurore Audoigtdefée ?

     

             — Patron, elle est en train d’accoucher ! s’étrangla Zoé. Vite ! Appelez les pompiers !

             Tandis qu’Anatole,  ahuri, sortait son téléphone portable, Ruth Prout et Sire Concis déboulèrent à leur tour, attirés par les cris.

             — Ils ne sont pas sûrs d’arriver à temps, avec cette circulation, annonça le directeur. C’est l’heure de pointe...

             — Je m’en occupe dit Sire Concis. Zoé, Ruth, posez Aurore sur mon dos, et calez-la bien pour qu’elle ne tombe pas !

             Ainsi fut fait, de sorte qu’en quelques coups d’ailes, le dragon atteignit l’hôpital le plus proche, et la parturiente fut prise en charge par qui de droit.

             — Qu’est-ce qu’on fait de ses patients ? demanda Zoé à Anatole. Je n’y arriverai jamais toute seule.

             — Je peux prendre le relai, si vous voulez, proposa Ruth.

             Le directeur gratta sa calvitie naissante.

             — C’est très aimable de votre part, mais ils ne vous connaissent pas. Ça risque de les effaroucher...

             — Sauf si je mets ceci !

             Du doigt, elle indiquait la burka qui traînait en petit tas par terre.

             Ainsi reprit-elle l’œuvre interrompue par l’accouchement de l’artiste, sans que les clients se rendent compte qu’ils avaient changé de main.

              — Brave petite, dit Anatole en essuyant une larme. Une fois de plus, elle nous sauve la mise. C’est le Ciel qui l’a placée sur notre route !

                                                                                                                                              (à suivre)

    « GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 171GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 172 »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 8 Juillet 2012 à 12:27
    Benoît Barvin
    Un ciel Hallal qui place Zoé sur la route de nos personnages... Il fallait oser!
    2
    Dimanche 8 Juillet 2012 à 13:53
    Benoît Barvin
    Ruth Prout, évidemment... Ma fangue a lourché!
    3
    Lundi 9 Juillet 2012 à 14:08
    Castor tillon
    Les patients méritent vraiment leur nom : coïts interrompus, marchandise sous blister, changements de mains-courantes...
    4
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:44
    Gudule
    Ruth Prout ! Ruth Prout !
    5
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:44
    Gudule
    Eh, la chair est faible, cher frère !
    6
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:44
    gudule
    Les bougres aiment ça, j'en mettrais mon ordinateur à couper !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :