• ZOÉ BORBORYGME

    Épisode 42

              Résumé des chapitres précédents : Sacrée Ruth Prout ! Elle s’est fait faire un poupon ailé par Sire Concis, et maintenant, la voilà qui chasse l’homme-grenouille dans la Mer du Nord. Quand je vous disais que c’était une baroudeuse !

     

             Tandis que les deux plongeurs disparaissaient au creux des flots, Zoé dirigea son embarcation vers le yacht d’Aurore et du Mollah Mou. Ces derniers, occupés à scruter les vagues, ne la virent pas aborder, de sorte que lorsqu’elle leur cria : « Haut les mains ! », ils sursautèrent salement.

             Force leur fut d’obéir, car la trayeuse braquait sur eux un fusil de chasse sous-marine, trouvé dans le sac de sport de Ruth.

             — Toujours aussi fouille-merde, hein, lui lança néanmoins Aurore. Tu ne peux pas nous lâcher la grappe cinq minutes ?

             — Déformation professionnelle, répondit finement Zoé.

             — Et mauvais jeu de mots, siffla le Mollah.

             — Trève de compliments, reprit Zoé, en lui pointant son arme sur le ventre. Tu vas m’expliquer à quoi vous jouez, mon petit bonhomme. Et plus vite que ça !

             Sentant qu’il risquait un troutrou dans le bidou, le Mollah Mou s’exécuta.

             —L’Avenir est en marche, déclara-t-il d’une voix vibrante. La race humaine vit ses derniers instants. Bientôt, la terre sera peuplée d’être supérieurs qui respecteront la nature, préserveront la biodiversité et rendront sa virginité à la planète...

             — Expliquez-vous !

             — De cette Mer sacrée jaillira bientôt l’Armée des Etoiles, intervint Aurore. Et rien, tu entends, Zoé, rien, même pas toi ni ta ridicule copine aux gros seins, ne pourrez l’empêcher. 

             — D’autant que c’est à vous, et à vous seules — avec votre grand zouave ailé, là — que nous devons ce miracle, ajouta le Mollah Mou. Les générations futures vous en sauront gré.

              — Que... que voulez-vous dire ?

             — C’est ça, fais l’innocente, gloussa Aurore.

             Et son ricanement, tel une lame de rasoir, trancha l’air marin.

                                                                                                                                      (A suivre)

    « GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 183GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 184 »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 1er Août 2012 à 08:14
    Benoît Barvin
    "Et son ricanement, tel une lame de rasoir, trancha l'air marin"... Ma foi, c'est aussi beau que du Dumas, du Ponson du Terrail... et du Henri Vernes! Du pur régal, avec rebondissements à tout va... Quel sacré bouquin ça va faire, superbement illustré, j'espère!
    2
    Mercredi 1er Août 2012 à 08:52
    La Zèbre
    Moi, je veux bien faire les illustrations !
    3
    Jeudi 2 Août 2012 à 13:57
    castor tillon
    Ben moi qui croyais qu'Aurore Audoigtdefée, avec son nom si glamour, était une gentille ! En plus, s'acoquiner avec ce Shah Mallow...
    Les écrivains sont vraiment des tue-l'amour. Pff.
    4
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:44
    gudule
    Un bouquin, un bouquin, c'est vite dit, ça ! Franchement, tu imagines un éditeur, un seul, qui voudrait publier ce genre de connerie ?
    5
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:44
    gudule
    Toujours partante, la Zèbre ! Tu sais, il n'y a pas d'édition en vue... En revanche, si t'en fais un, de dessin, je le passe sur le blog (c'est mieux que rien, non ?)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :