• ZOÉ BORBORYGME

    Episode 47

            Résumé des chapitres précédents : Ce satané Aladdin qui engrosse les sirènes deviendra-t-il maître du monde ? Ça nous f’rait mal, quand même !

            

             Force fut à Zoé de se rendre à l’évidence : discuter ne servait rien. il fallait agir, et vite ! Faussant compagnie au couple maudit, elle plongea dans la mer et regagna, à la nage, son canot qui dérivait non loin.

             — Je ne vois qu’une solution : alerter les Autorités au plus haut niveau, se dit-elle.

             Par chance, elle avait, parmi ses patients, le chef de cabinet d’un ministre. Sitôt sur la terre ferme, elle lui téléphona, et, vu la nature de leurs relations, obtint un rendez-vous dans la journée. Hélas, son histoire de sirènes extraterrestres engrossées par un enfant de deux ans se heurta à un scepticisme obstiné. Et elle eut beau user de toute sa diplomatie manuelle — euh... naturelle, pardon — pour convaincre son interlocuteur, rien n’y fit. Ayant terminé sa petite affaire, il la mit dehors avec bienveillance, en lui recommandant quelques jours de repos.

             Cet échec ne découragea pas notre héroïne.

             — Puisque je ne puis lutter par des moyens légaux, je combattrai dans l’ombre, décida-t-elle.

             Depuis des heures qu’elle y réfléchissait, un plan avait mûri dans son cerveau.

             Un plan audacieux.

             Illicite.

             Terrible.

             Le genre de plan qui met votre existence en danger — ou, dans le meilleur des cas, peut vous mener en prison jusqu’à la fin de vos jours. Style kamikaze, voyez ?

             Ce plan exigeait quelques informations que Zoé se procura chez l’un de ses patients, membre de Green Peace, ainsi qu’une boussole qu’elle trouva chez un patient marin, quelques outils qu’elle emprunta à un patient plombier, et une bombinette artisanale dont un patient chimiste lui donna la recette. Puis elle retourna en hâte à Slip-les-Bains.

             Une heure plus tard, vêtue de l’équipement encore sanglant de Ruth Prout — qui était resté dans le canot —, elle gagnait en hâte le grand large...

                                                                                                                                         (A suivre)

     

    « GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 188GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 189 »

  • Commentaires

    1
    Samedi 11 Août 2012 à 08:48
    Benoît Barvin
    Zoé en terroriste ultime! Pourvu que, comme chez Roland, il n'y ait aucun mort à déplorer...
    2
    Dimanche 12 Août 2012 à 05:57
    Castor tillon
    Slip-les-bains, hein. Et combien les ets PetitBateau te paient pour leur pub ?
    Zoé a une main très sûre. Mais ces idiots de politiques, à part la bite d'Amar Hadj, rien ne les émeut.
    3
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:43
    Gudule
    Bah, tant que les morts restent enfermés dans les feuilletons, c'est plutôt rigolo. Le problème, c'est quand ils s'en échappent, et débordent dans la vraie vie...
    4
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:43
    Gudule
    Tttt... Castor, ne sais-tu donc pas que "Jeux de mots, jeux de vélos" ? Ce qui n'a rien à voir avec notre histoire (quoique) ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :