• ZOÉ BORBORYGME

    Episode 68

             Résumé des chapitres précédents : Le combat a pris fin. Sortant de leur retraite, nos trois héros s’envolent au-dessus du champ de bataille pour rejoindre les bébés dans l’azur infini.

     

             Les combattants géants, débarrassés de leurs missiles, virevoltaient gaiement dans les nuages.

             — Bravo, les loupiots ! leur cria Sire Concis. Vous avez été magnifiques !

             — Mission accomplie avec brio, ajouta Zoé, les mains en porte-voix.

             Aussitôt, la horde ailée rappliqua dans un grand battement d’ailes et de gazouillis heureux.

             En bas, les fumées se dissipaient peu à peu, révélant un paysage dévasté. Le sol n’était plus, à perte de vue, qu’un conglomérat de goudron inerte. De la riante station balnéaire ne restait qu’un désert noir hérissé de ruines, sans la moindre trace de vie, bordé par une mer couleur de plomb.

             — La terre est sauvée, énonça Ruth Prout d’une voix émue. Nous pouvons rentrer à Maldonjon.

             Des vagissements de joie accueillirent sa proposition. A l’évidence, les bébés étaient fatigués. Certains d’entre eux bâillaient à s’en décrocher les mâchoires, d’autres dodelinaient de la tête.

             — Un bon gros dodo, puis on les rend à leurs parents, dit Zoé, pas mécontente d’être débarrassée de la corvée couche-biberon-berceuse.

             — Et nous, on en fabrique un second, hein, mon chéri ! roucoula Ruth, en caressant l’encolure de son mari.

             — En avant la troupe ! lança ce dernier. Tous en file indienne derrière moi, et à mon commandement...

             L’ordre s’éteignit brusquement sur ses lèvres.

             — Mon Dieu ! souffla-t-il.

             Un remous agitait la nappe de mazouth qui recouvrait Slip-les-bains.

                                                                                                                             (A suivre)

     

    « GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 209GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 210 »

  • Commentaires

    1
    Samedi 22 Septembre 2012 à 08:15
    benoît Barvin
    "Un remous agitait la nappe de mazouth qui recouvrait Slip-les-bains."... Mon Dieu, Chère Soeur, moi qui ai peut-être mauvais esprit - en raison d'un long passage dans la sphère érotique à la petite semaine -, j'ai soudain peur de ce "à suivre"... Ai-je raison ou tort, ahaha?
    2
    Samedi 22 Septembre 2012 à 09:06
    Tororo
    Benoît m'a battu sur le string... pardon, le fil. Il a raison: attention, quand les bornes de la dépravation sont franchies, il n'y a plus de limites!
    3
    Samedi 22 Septembre 2012 à 09:21
    Benoît Barvin
    Joli, ça, "sur le string". Merci Tororo, je vois que les lecteurs de la Miss ont de l'invention!
    4
    Dimanche 23 Septembre 2012 à 08:37
    Castor tillon
    Dire que je m'apprêtais à en rajouter une couche... culotte.
    Bon, attendons le suite, alors.
    5
    Dimanche 23 Septembre 2012 à 09:20
    Castor tillon
    Et moi, je suis à moitié endormi. Ou alors j'en ai laissé une par solidarité.
    6
    Dimanche 23 Septembre 2012 à 09:51
    Castor tillon
    Attendons LE suite. Le honte, quoi !
    7
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:42
    gudule
    Messieurs, messieurs ! Tout de suite les grands mots : string, mauvais esprits, dépravation... N?e tirons point de plans sur la comète avant de l'avoir attrapée, et laissons la peau de l'ours où elle et, par décence ! Après demain, vous saurez tout !
    8
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:42
    Gudule
    Rien ne t'empêche, en attendant, de compter les coquilles de mon commentaire précédent. J'étais mal réveillée ou quoi ?
    9
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:42
    gudule
    Une ? Dans ton commentaire ? Où ça ?
    10
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:42
    Gudule
    Oups, ça m'avait échappé.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :