• ZOÉ BORBORYGME

    Episode 70

             Résumé des chapitres précédents : Où est passé Cédric ? Ses parents, affolés, le cherchent dans les rangs des bébés combattants.

     

             À cet instant précis, il se mit à pleuvoir. Pas une petite ondée, hein ! Pas quelques gouttes éparses comme il en tombe parfois les jours d’été, et qui rafraîchissent la nature. Non : une averse drue, terriblement brutale ; un véritable déluge...

             — Vite ! cria Zoé. Mettons-nous à l’abri !

             Elle entraîna Ruth dans l’entrée du bunker, où elles restèrent toutes deux, blotties l’une contre l’autre, à regarder les trombes d’eau d’une violence inouïe dégringoler du firmament.

             — Punaise, ça shlingue en plus ! remarqua Zoé en fronçant le nez.

             Une fade odeur, vaguement écœurante, montait en effet du sol détrempé. Mais Ruth était loin de ces préoccupations olfactives.

             — Où est Sire Concis ? se demandait-elle, en scrutant le ciel — qui, étrangement, était bleu.

             — Toujours à la recherche de votre fils, je suppose.

             Bien que logique, cette constatation ne rassura pas la fermière aux gros seins. Mettez-vous à sa place : les deux êtres chers à son cœur avaient disparu dans la tourmente...

             Par chance, la pluie s’arrêta aussi subitement qu’elle avait commencé. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, une voix joyeuse emplit le ciel :

             — Youhou, les filles ! Je l’ai retrouvé !

             Sire Concis, tenant par la main Cédric tout nu, volait vers elles.

             — Le pauvre bambin avait perdu sa couche dans la bataille, expliqua-t-il, tandis que l’heureuse mère couvrait son fils de baisers. Il la cherchait...

             — Où est-elle tombée ?

             — Elle coiffe le centre-ville. Je n’ai malheureusement pas eu le temps de la lui remettra avant... l’accident.

             — L’accident ?

             — Ben oui, la pissette, quoi ! Du coup, vous avez tout pris sur la tête !

             La chose avait l’air de l’amuser follement.

             — C’était donc ça, réalisa Ruth, avec un gloussement tendre. Tu as fait pipi sur manman, vilain choupinet...

             « Areuh », fut tout ce que le choupinet trouva à à répondre.

                                                                                                                               (A suivre)

    « GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 211GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 212 »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 26 Septembre 2012 à 09:12
    Benoît Barvin
    Et de l'ondinisme, maintenant... J'ai peur que la censure intervienne...
    2
    Mercredi 26 Septembre 2012 à 17:33
    Tororo
    Je ne dirai qu'une chose: Areuh.
    3
    Jeudi 27 Septembre 2012 à 04:38
    Castor tillon
    Non, malgré que ça me donne une furieuse envie de bisser.
    4
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:42
    Gudule
    Tu vois comme tu es ? Toujours à voir du vice partout... Avoir été élevé chez les curés ne vous donne pas tous les droits, sapristi !
    5
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:42
    Gudule
    Y a-t-il autre chose à dire, franchement ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :