• ZOÉ BORBORYGME

    Episode 112

            Maintenant que Chouchou est casé (et castré), plus rien ne retient Zoé au Qatar. Elle envisage donc de quitter au plus vite le harem d’Ibn-el-Zarzour. Mais comment faire ? 

            

             Non contentes d’être fermées à double tour, les portes du sérail étaient gardées par des soldats armé de cimeterres (pour la tradition) et de flingues (pour l’efficacité). Sortir de ce lieu clos tenait de la performance ­— ou du suicide.

             Derrière le moucharabieh qui donnait sur les jardins du palais et, par-delà le mur d’enceinte, sur les rues animées de la cité, Zoé élaborait d’utopiques plans de fuite. 

             — Vais-je rester à jamais captive dans cette prison dorée ? gémissait-elle, quand le découragement la submergeait.

             Ou encore :

             — Les taulards, au moins, gardent l’espoir de sortir un jour, et même d’obtenir une remise de peine pour bonne conduite. Mais moi... Qu’ai-je fait de mal pour être séparée aussi cruellement de tous ceux que j’aime ?

             Bref, c’était pas la joie.

             Et pendant ce temps-là, bercées par la voix envoûtante de Chouchou, les cinquante-deux autres épouses d’Ibn-el-Zarzour prenaient leur pied. Il fallait les voir, allanguies dans la moiteur douillette des coussins, s’abandonner aux affres délicieuses de la musique. Nulle caresse, aussi lascive fût-elle, ne leur avait jamais procuré tant de plaisir. Leurs gémissements et leurs soupirs enamourés en attestaient.

             Elles étaient toutes au bord de l’ogasme quand la porte du harem s’ouvrit à la volée. Et, en grande pompe, l’émir entra. 

             — Ne vous dérangez pas, mesdames, je ne fais que passer ! lança-t-il à la cantonnade.

             Puis, s’approchant de Zoé qui, seule, semblait bouder les torrides accords :

             — Je viens juste étrenner ma nouvelle acquisition, ajouta-t-il, en lui tendant la main.

                                                                                                                                             (A suivre)

    « GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 252GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 253 »

  • Commentaires

    1
    Lundi 17 Décembre 2012 à 08:45
    Benoît Barvin
    Un beau moment de vraie solitude et l'intrigue repart... On en frémit d'avance, Zoé avec l'émir (montant)... Quel suspense!
    2
    Lundi 17 Décembre 2012 à 13:30
    Castor tillon
    Pour Zoé qui s'ennuie, c'est l'occasion d'étrenner son nouvel Emir. Sinon elle peut tenter de s'évader, elle ne risque pas la castration. Ah ouais, mais y a le pal. Emir dalors.
    3
    Lundi 17 Décembre 2012 à 13:50
    Castor tillon
    Ce qui me surprend, c'est que tu sois là tous les jours pour un nouvel article. En ce qui me concerne, écrire un texte est un véritable accouchement. Alors oui, tu mets pâte et mets merveilles.
    4
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:39
    gudule
    J'adore vous voir vous perdre en conjectures, messieurs ! Arriverai-je encore à vous surprendre ? Je l'espère de tout cœur. Ça va pas être fastoche, mais bon...
    5
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:39
    gudule
    Oh, le ravissant jeu de mots ! Je suis très flattée...Pour être tout à fait honnête, depuis un an que ça dure, je commence à être au bout de mes idées (pour les solitudes) et de mon histoire (pour Zoé). Mais j'aime tellement ce petit rendez-vous quotidien qu'il faudra bien que je trouve autre chose !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :