• ZOÉ BORBORYGME

    Episode 118

             Résumé des chapitres précédents : ce gros enfoiré de Branquenstein a décidé de garder pour lui le produit de la vente de Zoé et Chouchou.

     

             Ce tendre intermède permit à Zoé de recouvrer ses esprits.

             — Alors là, comme coup de pute ! explosa-t-elle. Vous êtes vraiment une immonde crevure, mon cher docteur ! Un salopard de la pire espèce ! Qui a eu l’idée de nous déguiser en danseuses, Chouchou et moi, hein ? Qui a parlementé avec Baba Akrout, vous évitant le pal de justesse ? Qui a sauvé la vie de ce pauvre Chouchou ?  Vous, peut-être ?

             Une onomatopée sortit de sous l’amas frémissant de divas, que Zoé ne sut comment interpréter. A tout hasard, elle poursuivit :

             — Qu’est-ce que vous avez fait, vous, pour les gagner, ces diamants ? Rien ! Rien de rien ! Vous vous êtes contenté de monter sur la balance et d’empocher, point barre. C’est un peu facile, merde !

             Elle éclata d’un rire grinçant.

             — Et ne venez pas me dire que cela vous a coûté votre amour ! Pauvre Dora, vous n’avez pas mis longtemps à l’oublier dans les bras de ces... de ces...

             Soixante tête furibonde se redressèrent aussitôt, la foudroyant du regard, et soixante gosiers émirent, en même temps :

             — Ces... quoi, je vous prie ?

             « Ces grues ! » pensa Zoé mais, par prudence, elle dit :

             — Ces demoiselles.

             Soixante petits sourires étirèrent cent-vingt lèvres sur trois mille cent vingt dents acérées. Puis, imperceptiblement, les divas s’éloignèrent du résurrectologue et entourèrent Zoé.

             La dernière chose que vit notre héroïne, avant que le chœur l’encercle en une ronde infernale, ce fut le cadavre de Branquenstein, dont il ne restait que les os...

                                                                                                                        (A suivre)

    « CONTES À VOMIR DEBOUT 4TREIZE ANS APRÈS... »

  • Commentaires

    1
    Samedi 29 Décembre 2012 à 08:56
    Benoît Barvin
    Ahah... Des vampires! Et le tout, dans la dernière ligne! Et je n'ai rien vu venir, une fois encore... Ou je vieillis - ce qui est très possible, aussi - ou vous excellez chaque jour un peu plus. A vous de choisir, Chère Soeur!
    2
    Samedi 29 Décembre 2012 à 10:20
    Benoît Barvin
    C'était voulu... Suis-je malin... Quant au "Cher Ange", j'en rougis, j'en rougis...
    3
    Dimanche 30 Décembre 2012 à 04:40
    Castor tillon
    Dans le chapitre suivant, il y aura soixante coqs, six grues... pour s'occuper de Zoé. Mais qu'est-ce que je raconte, moi ?
    Celui-ci, de chapitre, il est terrible, en tant que fan de Zoé, je vais trembler pour sa peau. Espérons que le gros enfoiré était assez gros, et que les goules ont assez mangé.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:39
    gudule
    Vous, vieillir, cher ange ? Certes non. (Et mine de rien, vu que tu ne m'as laissé que deux choix, là, je me fais un super-compliment. D'une pierre deux coups ! Si c'est pas fûté, ça !)
    5
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:39
    gudule
    A juste titre, cher ami, à juste titre...
    6
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:39
    gudule
    Vingt-quatre heures de suspens... Décidément, j'adore les feuilletons !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :