• Vos gueules les mômes n°6

     

                                    Mémé, j’ai peur de l’ogresse !

     

    « La campagne présidentielle des Etats-Unis ressemble à un jeu vidéo, déclare mémé Georgette. On y retrouve tous les stéréotypes du genre : le preux chevalier issu d’un horizon lointain, la bonne fée, le vieux magicien roublard, l’ogresse… Ils briguent le pouvoir de la plus grande nation du monde, celle qui peut détruire l’univers ou, au contraire, lui apporter la paix. Je schématise, bien sûr, mais bon, quelque part, c’est un peu ça… »

    .J’ouvre grandes mes oreilles. La politique me fait chier, en temps normal. Mais racontée par ma mémé… 

    « La première manche se jouait entre la fée et le chevalier noir, continue-t-elle. Le chevalier a gagné. Il lui restait à affronter le magicien qui, de l’avis général, ne faisait pas le poids. Le problème, c’est qu’il était magicien, justement. Alors, abracadabra ! il a fait surgir une ogresse du néant. Et quelle ogresse ! Un fléau ravageur, super-sexy et redoutablement puissant.

    —  On dirait une légende !

    — Bien vu ! Je pense que les Américains le vivent comme tel. Le reste de la planète aussi, d’ailleurs. Ce n’est pas une élection, c’est un mythe fondateur !

    —  Tu veux dire le combat entre le Bien et le Mal ?

    — Cette fois, c’est toi qui schématises : le Bien et le Mal n’existent pas, ce ne sont que des préjugés culturels.

    —  M’en fous, j’ai peur de l’ogresse !

    — Logique, elle défend des valeurs mortifères : la guerre, la pollution, la chasse, le port d’armes, la peine de mort. Nous, dans l’ensemble, on aime la vie. Remarque, elle aussi, à sa manière, puisqu’elle condamne l’avortement, la contraception, l’homosexualité et l’éducation sexuelle, qui donnent aux gens le moyen de baiser sans procréer.

    — Ce n’est pas la vie qui l’intéresse, c’est d’avoir encore plus de victimes à bouffer !

    — Sans doute, mais ça, personne ne le sait. Et comme les arguments simpliste ont un fort pouvoir convaincants, les siens risquent de remporter tous les suffrages… »

    Je frissonne.

    « Mémé, tu crois que l’ogresse peut gagner la bataille ?

    —J’espère que non, je déteste les contes qui se terminent par : “Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants” !

     

     

    « vos gueules les mômes n°5vos gueules les mômes n°7 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :