• vos gueules les mômes n°38

     

     

                           Les cow-boys du pénitencier

     

             « En voilà une idée qu’elle est bonne ! s’exclame mémé Georgette, le nez dans son journal.

             — Quelle idée, mémé ?

             — Aux Etats-Unis, des établissements pénitentiaires récupèrent les anciens chevaux de course, destinés à l’abattoir.

             — Pour quoi faire ?

             — Des haras de réinsertion. Les détenus purgeant de courtes et moyennes peines apprennent à les soigner, ce qui leur donne à la fois un métier pour l’avenir et une occupation pendant leur incarcération. Et les canassons sauvent leur peau, en attendant de trouver de nouveaux propriétaires. Joli doublon, non ?

             — Tu m’étonnes... Pourquoi on fait pas ça chez nous ?

             — Manque de place, je suppose. Ou d’imagination. Pourtant, le résultat est spectaculaire : d’après la Fondation pour la retraite des purs-sang, qui est à l’origine du progamme, ça divise par deux le taux de récidives. 35% , pour une moyenne nationale de 68%.

             — Putain, moi qui croyais que les taules américaines, c’était l’enfer !

             — Ça l’est, ne te fais pas d’illusions. Ces expériences sont rarissimes, mais il y a des gens qui se bagarrent pour les généraliser. La première « Ferme Seconde chance », comme on les appelle, a été créée il y a 25 ans à Wallkill, dans l’Etat de New-York. Une dizaine d’autres ont suivi et ça continue tout doucement à se développer. Certaines prisons, dans l’Illnois ou au Kansas, qui ont une population carcérale importantes, accueillent aujourd’hui des centaines de bêtes. Elles font même de l’élevage de chevaux sauvages, pour les rodéos !

             — Des taulards cow-boys... C’est presque trop beau !  T’as pas peur que des mecs se fassent enfermer exprès ? Les petits zonards de Harlem qui rêvent de grands espaces, genre...

             — T’emballe pas, cocotte : vu de loin, ça peut sembler idyllique, mais avec ou sans chevaux, un pénitencier reste un pénitencier, c’est-à-dire l’horreur suprême ! Et ce n’est pas Johnny qui me contredira ! »

             

    « vos gueules les mômes n°37vos gueules les mômes n°39 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :