• ROSE 70

     

     

                         TERREUR NOCTURNE

     

    Rose se redresse d'un bond, le cœur houleux. Au fait, a-t-elle bien verrouillé la porte d'entrée ? Quelquefois, si on n'y prend pas garde, le loquet s'enclenche de travers.

    « Il faut que j'aille vérifier, sans quoi, je vais avoir les jetons toute la nuit. »

    Mais pour ça, elle doit repousser les draps qu'elle a enfin réussi à réchauffer, sortir de sa chambre, descendre l'escalier glacial, traverser la cuisine (qui n'a pas de rideaux et dont les fenêtres s'ouvrent, tels deux trous béants, sur le jardin obscur), gagner le vestibule… En pensée, elle effectue, mètre après mètre, l'éprouvant itinéraire. Et l'estime au-dessus de ses forces.

    Tant pis, les choses resteront en l'état. Ce serait vraiment une coïncidence inouïe si, juste aujourd'hui, un rôdeur essayait d'entrer.

    Forte de cette décision, Rose se recroqueville sous ses couvertures, ferme les yeux. Tend l'oreille vers la double respiration, si rassurante, de ses enfants, venant de la pièce contiguë toujours ouverte. Et, sursaute à nouveau.

    Cette fois, pas de doute, elle a entendu un bruit bizarre, au rez-de-chaussée.

    Couverte de chair de poule, elle actionne à tâtons la poire de la lampe de chevet. Mais la lueur tamisée ne dissipe les ténèbres que pour mieux en accentuer la profondeur. Les zones d'ombre qu'elle génère sont plus chargées de mystère, encore, que l'obscurité.

    Aiguillonnée par une panique qu'elle sent monter en elle — et qui bientôt, elle le sait, la submergera —, Rose saute du lit, court jusqu'à l'interrupteur. La lumière blême du plafonnier inonde la pièce. 

    — Qui est là ? crie-t-elle, en entrouvrant la porte qui donne sur le palier.

             Un frôlement lui répond, suivi du fracas caractéristique d'une chute d'objet.

    « Mon Dieu, il y vraiment quelqu'un en bas ! »

    D'un bond, elle fait volte-face et reclaque la porte à laquelle elle s'adosse. Puis, tout en comprimant les battements désordonnés de son cœur, elle réfléchit. L'intrus, quel qu'il soit, va forcément monter si personne ne l'en empêche. Et en haut, qu'y a-t-il ? Ses enfants. Pas question qu'elle les expose à un danger quelconque !

    « Au fait… Julie n'a pas aboyé, réalise-t-elle soudain, une montée d'adrénaline au ventre. Ce n'est pas normal, ça ! Est-ce que le type l'aurait… tuée? Ça signifie qu'il est armé. Mais pas d'un révolver, j'aurais entendu le coup de feu ; d'un couteau, probablement. »

    Des titres de faits-divers l'assaillent sans crie gare. Macabre découverte dans un petit village libanais : une mère et ses deux enfants, égorgés par un serial-killer. Les victimes baignaient dans leur sang, au côté de leurs animaux, eux aussi sauvagement dépecés. « On a entendu leurs hurlements d'agonie, mais on n'a pas osé intervenir », avouent les voisins…

    — Tu arrêtes tes délires ? se tance-t-elle tout haut. Au lieu de te laisser mener par ton imagination, prends-toi par la main et va voir ce que c'est. Allez, du cran ! Montre que tu es un homme !

    Elle cherche des yeux de quoi se défendre, avise la vieille guitare d'Amir, posée contre le mur, l'attrape par le manche, et, dans un sursaut de courage dont elle ne se serait pas crue capable cinq minutes plus tôt, descend affronter l'indicible.

    Tandis qu'elle pénètre dans la cuisine, l'instrument de musique brandi devant elle comme une massue, un nouveau bruit éclate, tout proche, et…

    … une boule de poil, lancée à pleine vitesse, lui atterrit dans les mollets.

    — Bébête ? ânonne-t-elle, en tournant le bouton électrique. C'est… c'est toi qui fais tout ce raffut ?

    Il semblerait : une tasse éclatée sur le carrelage en atteste.

    Déjà, le chaton revient à la charge. Elle le chope par la peau du cou.

    — Tu as le diable au corps, ma parole ! Si tu savais quelles sueurs froides tu m'as donnée, petit imbécile !

    En entendant sa voix, Julie, qui somnolait dans son panier, cligne des paupières et s'ébroue, avant de venir se frotter contre ses jambes en couinant. Une séance de caresses s'ensuit, que Rose interrompt pour aller tester la fermeture de la porte (parfaitement hermétique). Mais comme elle s'apprête à remonter dans sa chambre, les deux animaux lui barrent le passage.

    — Vous avez envie de rester avec moi, c'est ça ? comprend-elle. Ah, si tout le monde réagissait comme vous…

    Et, les emportant chacun sous un bras, elle regagne son lit où elle les fourre d'autorité.

    Allez, hop ! Au dodo ! 

    Elle se glisse entre eux et alors, alors seulement, sous la protection de ceux que Colette appelait "les petits dieux velus", elle s'endort.

    Au réveil, Grégoire, qui est toujours le premier debout, les trouvera tous trois ronflant en chœur, blottis les uns contre les autre. Sans hésiter, il les rejoindra, se creusera une bonne petite place dans le douillet amalgame de corps, se rendormira… et n'ira pas en classe pour cause de grasse matinée.

     

     

    « ROSE 69ROSE 71 »

  • Commentaires

    1
    Mardi 11 Mars 2014 à 11:20
    Castor tillon
    Ce serial kitty est un redoutable prédateur de câlins.
    2
    Mardi 11 Mars 2014 à 12:16
    Annie GH
    Ça, c'est du vécu 100 pour cent !!! Bravo Gudule ! euh… Bravo Rose !
    3
    Mardi 11 Mars 2014 à 12:17
    Mêo
    Ça me rappelle mon arrivée au Niger. Mon compagnon était parti au Burkina pour son travail.
    Je n'avais pas l'habitude de fermer à clé et nous n'avions pas de gardien. Je me suis faite barder par la nounou de Kin. Elle voulait absolument que je dorme avec un sifflet sous l'oreiller pour pouvoir prévenir les gardiens des maisons voisines au cas où...
    Du coup ça m'a fichu la trouille, je n'ai pas dormi pendant une semaine.
    4
    Mardi 11 Mars 2014 à 12:23
    Annie GH
    Les premières nuits que j'ai passé seule dans une maison perdue dans la nature, j'avais glissé sous mon lit un de ces bâtons avec ficelle qu'on attachait au coup des bœuf pour les entraver… Il faut dire aussi, que dans cette maison, il y avait des rats et j'en avait une peur bleue… et sniff, je n'avais ni chien ni chat, j'étais rien qu'une pauv' petite fille seule… sniff, sniff
    5
    Mardi 11 Mars 2014 à 12:28
    Annie GH
    Une nuit dans cette même maison, j'ai entendu un bruit en bas dans la cuisine. la panique, comme Rose… Je prends mon bâton sous le lit et je descends dans la cuisine et là, je découvre un petit mulot dans un coin de la pièce… Je rigole un bon coup et je lui fais Ouh! Paniqué, il file dans un autre coin, et je lui fais à nouveau Ouh ! Ce jeu a un peu duré jusqu'à ce que la honte et le rire me submergent !!! Je l'ai laissé tranquille et suis remontée me coucher… J'ai dormi comme un bébé : rien de tel qu'une bonne rigolade comme somnifère !!!
    6
    Mardi 11 Mars 2014 à 12:47
    Gudule
    Hi hi, c'est drôlement amusant de confronter toutes nos expériences ! Finalement, on est bien toutes pareilles...
    7
    Mardi 11 Mars 2014 à 14:40
    Tororo
    Bon, d'accord, la manchette du lendemain "On a entendu la voisine, son chien et son chat ronfler, mais on n'a pas osé intervenir, avouent les voisins" n'a peut-être pas fait vendre beaucoup de papier, mais c'est bien mieux comme ça.
    8
    Mardi 11 Mars 2014 à 16:30
    Gudule
    Disons que s tous les faits divers étaient de la même veine, on vivrait un peu moins dans le stresse, quoi !
    9
    Mardi 11 Mars 2014 à 16:58
    Pata
    Des câlins canins, félin, et enfantins, manquerait plus que les draps soient en lin pour que ce réveil soit un vrai poème !

    Très douce à lire en tout cas, cette matinée chaleur en conclusion de nuit blanche !
    10
    Mercredi 12 Mars 2014 à 10:48
    Ryko
    Un jour, un vieux bonhomme m'a conseillé d'acheter un fusil.
    Je lui demande : pourquoi faire ?
    - Ben, avec tout ce qu'on voit à la télé...
    - M'en fous, j'ai pas la télé.
    11
    Mercredi 12 Mars 2014 à 11:14
    Gudule
    Dommage que ce ne soit pas le cas de tout le monde !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :