• ROSE 67

     

     

                                  UNE LUEUR DANS LA NUIT

     

     

             C'est dans l'adversité qu'on reconnaît ses amis, dit l'un des fameux proverbes de Suzanne Vermeer. Une heure plus tard, Mona Aoun débarque. Rose l'accueille comme une bouée de sauvetage, et se jette dans ses bras pour pleurer tout son saoul.

    — Ttttt, la réconforte la quadragénaire, en lui tapotant le dos. Aucun homme ne mérite qu'on se mette dans un tel état pour lui.

    Peine perdue : le désarroi de Rose s'apparente au déluge.

    J'étais si heureuse, hoquette-t-elle.

    — Tu l'es toujours, voyons ! Rien n'a changé : ta maison, tes enfants, ton travail…

    Mais je suis seule, Mona.

    Pour deux mois, ce n'est pas le bout du monde.  Et puis, tu m'as, moi !

    Tu es tellement gentille. 

    — C'est bien naturel. Allons, passe-toi vite le visage à l'eau, pendant ce temps-là, je vais nous préparer une petite dînette. D'accord ?

    Je ne sais pas si je pourrai avaler quelque chose.

    — Une salade de poivrons avec de la fêta et des olives, ça se mange sans faim.

             Rose ébauche un faible sourire. Cette sollicitude la touche au-delà de tout.

    Si je ne t'avais pas… souffle-t-elle.

    — Chut ! Yallah*, va t'arranger : tu as du rimmel jusqu'au milieu des joues.

    Lorsque Rose sort de la salle d'eau, la table est mise, Olivier gazouille dans son parc, un disque d'Oum Khalsoum tourne sur la platine, et, suprême clémence, un rayon de soleil filtre entre les nuages.

    — J'irai rechercher Grégoire à l'école, si tu veux, propose Mona Aoun, tandis que Rose — ô prodige ! — attaque le repas improvisé à belles dents.

     — Merci, ça ira. Ne me dorlote pas trop, je pourrais y prendre goût.

    Je n'en demande pas tant, bien que…

    Court silence. Rose, surprise, lève les yeux. Rencontre ceux de Mona qui fuient tout aussitôt.

             — … ce serait mon vœu plus cher, achève celle-ci d'une voix altérée.

    Puis, sans transition :

          — Que dirais-tu d'une petite promenade digestive ? L'averse a cessé, profitons-en !

     

     

    * Yallah : allez, vite, allons. Un mot très utilisé en Arabe.

     

    « ROSE 66ROSE 68 »

  • Commentaires

    1
    Samedi 8 Mars 2014 à 11:21
    Mêo
    Allons bon... Mona est amoureuse ?
    2
    Samedi 8 Mars 2014 à 11:35
    Castor tillon
    Ouais, y a des parfums d'érotomanie dans l'air.
    3
    Samedi 8 Mars 2014 à 11:36
    Annie GH
    Tiens, tiens !!!
    4
    Samedi 8 Mars 2014 à 18:31
    Gudule
    Ah là là, l'amour, touchours l'amour !
    5
    Samedi 8 Mars 2014 à 19:13
    Pata
    Ah ? Ben la voilà enfin, la motivation de Mouna !
    6
    Samedi 8 Mars 2014 à 19:15
    Pata
    N'empêche, moi j'dis, il manque sa jumelle à la petite étoile à coté du Yallah !
    Moi j'dis, ça, j'dis rien mais "en avant" Gudule, tu nous mets une tite définition à ce joli son ?
    7
    Samedi 8 Mars 2014 à 20:50
    Gudule
    Ho, Pata, le voilà, Mouna, mais rien à voir avec ma Mona à moi ! http://www.dailymotion.com/video/xq18xk_mouna-aux-abbesses_webcam
    8
    Samedi 8 Mars 2014 à 23:01
    Ryko
    Le suscomble est à son pense. Va-ton découvrir le vrai visage de Mona ? Que la Force soit avec Rose (j'ai pas lu les commentaires).
    9
    Dimanche 9 Mars 2014 à 11:28
    Gudule
    Quel est le comble du pense-suce ? La vraie nomade du visa (ça ne veut absolument rien die, mais à force de contrepéter comme de malades, on finit forcément par y laisser des plumes (et même des neurones !)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :