• ROSE 24

     

     

                                                 NADÈGE

     

    Contre toute attente, Omane est sereine. Pas ravagée par le chagrin, non — du moins en apparence. Juste les traits tirés, comme n'importe quelle parturiente de la veille.

    Ça va ? bredouille Rose, avec une mine de circonstance.

    Ça va, répond-elle.

    Et… Nadège ?

    Du menton, Omane indique un petit berceau — identique à celui qu'occupait Olivier, quelques jours plus tôt.

    Elle dort. Tu veux la voir ?

    Instantanément, toutes les terreurs de Rose lui fondent dessus. Elle lance un coup d'œil épouvanté au berceau. Quelle abomination se tapit là-dedans ?

    Son mouvement de recul n'échappe pas à Omane.

    C'est un très joli bébé, précise celle-ci.

    Rouge de confusion, Rose se penche vers la minuscule forme emmaillotée de blanc.

    — Elle est ravissante, s'exclame-t-elle, sincère. Remarque, c'est logique vu les parents qu'elle a.

    Sourire très tendre d'Omane.

    « Elle ne sait pas encore, pense Rose en un éclair. Personne n'a dû oser lui avouer la vérité. Mais quand elle va apprendre… Oh, ce sera trop affreux ! »

    Ses larmes montent malgré elle. Elle renifle.

    Excuse-moi, c'est l'émotion.

    — Je comprends, dit Omane. Moi aussi, j'étais émue en voyant Olivier. Deux nouveaux membres dans la famille, tu te rends compte.

    Rose va craquer, ça ne fait pas un pli. Cette mère paisible, qui ignore encore qu'elle a donné le jour à un être non conforme, lui tord les tripes. C'est à la fois — comment dire ? — pathétique, révoltant… Atroce.

    À nouveau, elle cherche son beau-frère des yeux. Il est resté en retrait au fond de la pièce.

    « Il faut la mettre au courant, lui crie-t-elle mentalement. On ne peut pas la laisser plus longtemps en-dehors du coup. Elle est la principale intéressée, tout de même. » Mais le regard de Rachad fuit le sien.

    Alors, Rose, consciente de réparer une monstrueuse erreur, s'assied au bord du lit et prend les mains de sa belle-sœur entre les siennes.

    — Omane, commence-t-elle, tendue par l'effort, il faut que je t'avertisse. Ta petite Nadège, elle est… enfin, elle n'est pas…

    Je sais, coupe Omane avec douceur.

    Ah ?

    Là, Rose ne comprend plus.

    Et… que comptes-tu faire ? demande-t-elle bêtement.

    L'aimer.

     

     

     

     

    « ROSE 23ROSE 25 »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 09:52
    Ryko...
    J'ai cliqué sur "j'aime". C'est tout ce que je peux faire.
    2
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 11:46
    Annie GH
    La réponse d'Omane, c'était la bonne réponse !
    C'est arrivé à un couple de mes amis et leur réponse a été la même. Et leur engagement dans l'éducation de cette petite fille a été exceptionnel et a porté ses fruits
    3
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 12:09
    Gudule
    Hélas, Célia, un nouveau-né avec des lésions au cerveau dues au manque d'oxygénation, n'a pas un avenir très rose devant lui...
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 20:02
    Castor tillon
    Ça, c'est l'écriture de Gudule qui nous rattrape par le bout du coeur quand on tente de s'esquiver.
    5
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 20:15
    Gudule
    Oh, le beau compliment !
    6
    Célia
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:28
    Célia
    Je trouve ça terrible le "être non conforme". Après tout, c'est un bébé. Une petite fille. Qui sait ce qu'elle deviendra ? Elle vient à peine de naître.
    7
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:28
    Pata															l
    Bien sûr... La seule réponse possible c'était bien celle là...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :