• ROSE 154

     

     

                                       LE CRI (SUITE)

     

    Une autre fois :

    Je voudrais en finir, dit Amir.

    En dépit des efforts du médecin, son état empire de jour en jour.

                — Tu voudrais QUOI ? s'étrangle Rose — qui a très bien compris.

    — Je suis un poids mort pour toi. Une charge inutile. C'est ce qui pourrait t'arriver de mieux, que je disparaisse…

    « Qu'est-ce que je fais ? se demande Rose. Je lui en retourne une ? »

    La tentation est si forte qu'elle en a des fourmis dans les doigts.

    — Et les mômes, tu y as pensé ? rugit-elle. T'as décidé de les démolir, c'est ça ? De bousiller leur avenir ?

    Il se bouche les oreilles :

    Tu ne comprends rien à rien !

    — Je comprends surtout que tu es un monstre d'égoïsme. Tout ce qui compte pour toi, c'est toi, toi, toi. Qu'on morfle, les enfants et moi, tu n'en as rien à battre. Elle a bon dos, la dépression, tiens !

    Il la regarde. Les yeux immenses, dans son visage amaigri. Démesurés. Des yeux de martyr. De fou.

    Oh, pardon ! souffle-t-elle, en se jetant dans ses bras.

    Et lui :

    — C'est moi qui te demande pardon, chérie. Je vais essayer de tenir le coup, je te le promets.

    N'empêche que, désormais, Rose vivra avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. Et chaque soir, en rentrant, elle ne pourra se défendre d'une sourde appréhension…

    Du coup, elle décide d'emmener Olivier au travail.

                — Tu seras plus pénard, prétexte-t-elle. Et Béchir adore jouer les nounous.

    Il est hémiplégique.

    « Et alors ? a-t-elle envie de dire. C'est moins traumatisant, pour un gosse de deux ans, qu'un papa suicidaire ! » Mais elle s'en garde bien.

    Je l'aurai à l'œil, ne t'inquiète pas, répond-elle, rassurante.

    — Décidément… ce satané troquet me prendra tout, même mon fils, marmonne Amir entre ses dents.

    Rose fait semblant de ne pas l'entendre.

     

     

     

     

    « ROSE 153ROSE 155 »

  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Juin 2014 à 17:05
    Mêo
    Quelle période noire...
    2
    Mardi 3 Juin 2014 à 17:40
    Gudule
    On en vit tous, hein !
    3
    Mardi 3 Juin 2014 à 23:30
    Annie GH
    Oui…
    4
    Mardi 15 Juillet 2014 à 09:13
    Pata
    Ben franchement, je me demande si c'est pas la solution ; la grosse baffe pour secouer Amer, oups, Amir pardon ;)
    5
    Mardi 15 Juillet 2014 à 13:07
    Annie GH
    La grosse baffe à un dépressif ? Non, j'crois pas Pata…
    6
    Mardi 15 Juillet 2014 à 15:57
    Gudule
    Ttttt ! Je suis de ton avis, Annie !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :