• ROSE 105

                                                      LES CANARDS

     

             Dès l'aube, Olivier, qui a passé une nuit agitée, crapahute sur le matelas. Son frère, piétiné, le bouscule sans ménagement, ce qui lui arrache des cris suraigus. Protestations de Rose qui se trouve au cœur du conflit — position inconfortable s'il en est :

    — Non mais ça va pas ? Voulez-vous bien vous tenir tranqu…

    Un « chut » sonore, montant du lit des hommes, lui coupe la parole. S'ensuit une bruyante cacophonie : Grégoire pince Olivier qui braille de plus belle, Rose s'énerve, le secoue ; il pleurniche :

    — C'est lui qu'a commencé.

    — Arrêtez, à la fin ! râle Gaby d'une voix ensommeillée – mais néanmoins furieuse.

    — Recouchez-vous immédiatement, les garçons, ordonne Amir. Le premier qui bouge aura la fessée.

     — C'est lui qu'a commencé, répète Grégoire, indigné par tant d'injustice.

    Mamaaa, sanglote Olivier.

    Ça suffit ! hurle Rose.

    Quant à leur hôte, il rabat l'oreiller sur sa tête de manière si ostentatoire que Rose, gênée, finit par décider :

    Allez hop ! On descend au parc.

    Tout en exhortant ses fils au silence, elle s'habille à la hâte, change Olivier, passe un pull à Grégoire par-dessus son pyjama, rafle un paquet de biscuits dans le placard et s'éclipse.

    Par chance, les grilles des Buttes-Chaumont restent ouvertes vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Une aubaine pour les insomniaques, les amoureux et les sportifs. Quelques joggers parcourent déjà les allées au pas de course, avant de se rendre au bureau. Sous un arbre, un couple de lycéens s'embrasse à pleine bouche. Un vieil homme, assis sur un banc, distribue des graines à un grouillement duveteux de canards, cygnes et pigeons.

    — Moi aussi, ze veux donner à manzer aux coincoins, revendique Grégoire.

    En bâillant, Rose lui tend un biscuit, avant de se laisser choir aux côtés du vieillard, Olivier sur les genoux.

             — Z'en veux un autre, réclame Grégoire, ayant émietté son boudoir en moins de temps qu'il ne faut pour le dire.

             — Ah non, celui-là est pour toi, pas pour eux. C'est ton petit déjeuner.

             — Nan, z'ai pas faim.

             — Attention, je vais me fâcher !

    L'ami des oiseaux, incommodé par le bruit, se lève et s'éloigne à petits pas. Ce que voyant, les volatiles se dandinent vers Grégoire en se disputant âprement la meilleure place. Certains vont même jusqu'à matraquer leurs voisins de coups de bec afin d'être les premiers à le frôler de l'aile. Ravi, l'enfant écrase le biscuit dans ses mains pour en éparpiller les résidus aux quatre vents, avant de se ruer à nouveau sur le paquet.

    — Encore, maman !

    À quoi bon lutter ? Rose le lui abandonne avec résignation, après avoir prélevé la part d'Olivier qui, apeuré par ce déferlement de volaille hystérique, se blottit contre elle.

     Une heure plus tard, ils sont toujours là. Olivier somnole sur les bras de sa mère, Grégoire s'obstine, à défaut de nourriture, à lancer des cailloux aux canards qui fuient en cancanant, et Rose, transie de froid, rêve d'un café brûlant. Mais il est tôt, encore. Les hommes ont dû se rendormir, et elle ne se sent pas le cœur de les déranger à nouveau.

    « Si au moins j'avais pris des sous, j'aurais pu aller me réchauffer au bistrot », se morfond-elle.

    Hélas, dans sa hâte, elle a omis d'enfiler son manteau, et son porte-monnaie est dans la poche.

             Enfin, vers huit heures, elle se décide à rentrer. Il y a des limites aux plus nobles sacrifices.

             Un double ronflement l'accueille.

    Pas de bruit, surtout,  recommande-t-elle à Grégoire.

    Peine perdue, le petit garçon n'a qu'une hâte : mettre son père au courant de leurs aventures. En dépit des recommandations maternelles, il fonce vers lui en claironnant :

    Papa ! Z'ai donné des biscuits aux canards !

    Grognement horripilé d'Amir :

    — Rose, tu ne peux pas éloigner cet enfant cinq minutes ? Fais un effort, merde ! Si chacun n'y met pas du sien…

     

     

    « ROSE 104ROSE 106 »

  • Commentaires

    1
    Mardi 15 Avril 2014 à 10:55
    Annie GH
    Ça sent son vécu à plein nez !!!
    2
    Mardi 15 Avril 2014 à 20:24
    Pata
    Oula, réveils en différés et difficiles à gérer pour la pauvre Rose !!
    3
    Mardi 15 Avril 2014 à 20:26
    Gudule
    Mère, quoi. Et comme dit Mélaka, des fois, on mérite une médaille.
    4
    Mardi 15 Avril 2014 à 20:49
    Tororo
    Les intuitions d'Annie sont bonnes!
    5
    Mardi 15 Avril 2014 à 21:28
    Gudule
    Certes ! On sent qu'elle aussi a vécu des choses similaires !
    6
    Mardi 15 Avril 2014 à 23:49
    Annie GH
    Ces choses-là s'oublient pas… et en plus, n'est-ce pas Gudule, euh… Rose, ça finit par faire partie de la légende familiale
    7
    Mercredi 16 Avril 2014 à 01:27
    Castor tillon
    Ouais, Amir, faut que chacun y mette du sien. Si Julie avait été là, elle y aurait mis du chien.
    8
    Mercredi 16 Avril 2014 à 08:09
    Gudule
    Pfffrrrt !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :