• PETITE RÉFLEXION MATINALE 1

     

             J’aurais adoré me taper Polanski, moi, quand j’avais 13 ans !

     

             Au lieu d’être initiée par un copain d’école pisseux et maladroit, dans les fourrés d’un square, découvrir l’amour avec un homme beau, célèbre, talentueux et riche, dans un décor de rêve... Putain, le souvenir ! Et qu’est-ce que je frimerais, aujourd’hui, devant mes petites-filles ! Oui, j’envie Samantha Geimer, n’en déplaise aux bien-pensants de tout poil qui hurlent au viol et à la pédophilie. Quand je pense qu’ils osent plaindre cette grosse bonne femme, après le tas de pognon qu’elle a touché en sus ! Moi, à sa place, j’aurais rien demandé du tout. J’aurais juste dit « merci la vie », et le merveilleux Alfred du Bal des vampires ne serait pas en taule. Ah, si on pouvait réinventer le passé...

             Ça me donne envie d’écrire un Roman, tiens !

     

                                                                   

    « salon de labègePETITE RÉFLEXION MATINALE 2 »

  • Commentaires

    1
    Lundi 26 Octobre 2009 à 09:04
    Gaïa
    Oh oui oui oui ! Un nouveau roman !
    2
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:54
    Gudule
    Euh... il fallait lire "Samantha Geimer" et non "Geiler" (sur mon clavier, le "L" est à côté du "M", ce qui explique l'erreur). Mais vous aurez rectifié de vous-même, bien sûr !
    3
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:54
    Gudule
    Pour ceux qui voudraient en savoir plus (et non des ragots) sur l'affaire Polanski, je vous conseille ce site : http://romaindesbiens.over-blog.com/article-36806659-6.html#c
    4
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:54
    Gudule
    Ça vient ! J'ignore ton âge, Gala, mais j'ai un roman pour adultes (humour un peu déjanté) qui sort en janvier chez MicMac et s'intitule "Paradis perdu". En février paraîtra, toujours chez MicMac, l'intégrale des trois tomes de "La Ménopause des fées" en un seul volume, et en mai, "Le petit jardin des fées", une sombre histoire de fait-divers dans un village médiéval. Ça, c'est pour les adultes. Pour les adolescents, je suis en train d'écrire "Le petit cirque"qui parlera de racisme, de préjugés, de malveillance, de vengeance populaire... Mes dadas habituels, quoi !
    5
    Dimitri
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:54
    Dimitri
    Ca alors, me voilà bien-pensant, je n'aurais jamais cru !!!

    Autant, j'adore vos chroniques dans SH, autant je comprends et approuve votre soutien à F.Mitterrand, Garcia Marquez et à tous les écrivains attaqués de toute part par les réacs et les moralisateurs de tous bords .... mais là, j'ai du mal !

    Que VOUS, vous n'auriez pas dit non à Polanski, OK, mais cette fille n'avait pas le droit de dire non ?

    Pour ne pas être qualifié de bien-pensant, faut-il penser que les filles de 13 ans ne doivent pas protester quand elles se font saouler et sodomiser contre leur gré ??
    Faut-il penser que l'argent peut acheter le corps d'une fille et tout effacer ?
    L'histoire est vieille, je trouverais normal que l'on foute la paix au vieux Polanski tant d'année après... de là à trouver chanceuses les nanas qui se font abuser par les artistes, bof bof, de là à ériger l'argent en rempart contre les souffrances, bof bof.
    6
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:54
    Gudule
    Cher Dimitri, je vous conseille le lien du commentaire n°2. Deux chapitres dans lesquels Roman Polanski raconte en détail et quasiment heure par heure, ce qui s'est passé avec cette jeune fille. Il ne cherche ni à se disculper, ni à l'enfoncer ; il raconte, tout simplement. Samantha Geimer était à l'évidence l'une de ces starlette délurée qui, dans les années 70, se jetaient à la tête des grands metteurs en scène dans l'espoir de décrocher un rôle. Fille de comédienne, ayant baigné dans cette ambiance depuis son plus jeune âge, elle savait exactement à quoi elle s'exposait en posant nue pour des photos de charme. Et, que je sache, elle n'a subi nulle violence, rien qui de près ou de loin ressemble à un viol. Pensez-vous sincèrement qu'une fille réellement violée demanderait, comme elle le fait depuis des années, la grâce de son agresseur ? Alors, c'est que vous n'avez jamais été violé !
    7
    Dimitri
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:54
    Dimitri
    Vu comme ça, c'est sûr....Je ne suis pas du tout, mais alors pas du tout, partisan de la repression, de la politique carcérale etc....mais force est de reconnaitre que 95% des accusés se disent innocents !
    La question est donc de savoir si l'on peut croire la version de Polanski sur toute la ligne; autant doué qu'il soit, il peut très bien omettre, déformer et cacher certaines choses comme n'importe qui.
    La fille prétend que cela fait partie de son passé, qu'elle ne veut pas remuer cela, mais maintient qu'elle n'était pas consentante.

    N'étant pas présent ce jour là, je préfère m'abstenir de toute conclusion hâtive.
    Tout de même chère Gudule, ça n'a rien à voir avec les reproches adressés aux écrivains et artistes sur leurs oeuvres.

    Mais après tout, si l'on savoure autant tes billets d'humeurs, c'est aussi pour tes avis tranchés et - parfois - ta petite dose de mauvaise foi :)
    8
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:54
    Gudule
    Ça, c'est drôlement gentil !
    Ceci dit, moi non plus, je n'y étais pas. Simplement, ce qui m'agace, c'est que les médias n'ont retenu que le témoignage de la "victime", sans tenir compte de celui de Polanski. Or, chacun d'eux a forcément sa version des faits, puisque toute vérité est, par essence, subjective. Surtout avec le recul du temps, de l'âge, de la transformation des mentalités, de l'image de soi qu'on souhaite donner. Et cette fameuse pudeur qui nous fait cacher, lorsqu'on relate un événement intime, nos petites vilainies personnelles. Bref, je suis convaincue qu'ils sont tous deux de bonne foi. La fille a protesté ? Nous le faisons toutes, c'est la règle du jeu. Comment un homme excité ferait-il la différence entre un "non" de minauderie et un "non" de refus (alors qu'il n'est même pas capables de voir la différence entre une jouissance simulée et une jouissance réelle) ? Bref, elle affirme s'être refusée, lui pense qu'elle s'est offerte. Qui a tort ? Qui a raison ? Est-ce encore important, aujourd'hui ? Samantha, en tout cas, semble plus traumatisée par l'attitude des médias et celle de la justice que par sa relation avec le beau Roman. Alors, moi, je me pose cette question : c'est quoi, cette justice qui persécute deux personnes trente ans après ? Au nom de quoi met-on en péril l'équilibre de deux familles pour un péché de jeunesse depuis longtemps résolu ? Si le sort des enfants importe tellement aux tribunaux américains, pourquoi font-ils subir cet enfer à ceux de Samantha et de Polanski ? A mon avis, l'image brisée du père-violeur, et celle de la mère-salope sont mille fois plus préjudiciable à ces pauvres gamins que ne l'a été, pour une adolescente déjà bien affranchie, le coup de folie commis il y a trente ans par Polanski !
    9
    Dimitri
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:54
    Dimitri
    Et bien là, je suis d'accord avec toi !!
    Tu dis: "Samantha, en tout cas, semble plus traumatisée par l'attitude des médias et celle de la justice que par sa relation avec le beau Roman. Alors, moi, je me pose cette question : c'est quoi, cette justice qui persécute deux personnes trente ans après ?" Absolument d'accord !

    Par contre, tu dis: "Un homme excité (...) n'est même pas capable de voir la différence entre une jouissance simulée et une jouissance réelle"
    Et bien parfois si, car il y a de très mauvaises comédiennes....Snif snif snif :(

    Merci pour cette discussion en tout cas, et bonne continuation !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :