• MERCI, COLUMBO !

    Peter Falk est mort. Qu'il soit à jamais remercié pour le réconfort qu'il m'a apporté, dans l'un des moments les plus difficiles de ma vie. 

    EEB1F635657938E746A2A43C2E7A2

    Peter Falk et le comédien Serge Sauvion, sa "voix" française, décédé en 2010

    « MÉMÉ GEORGETTE 24MÉMÉ GEORGETTE 25 »

  • Commentaires

    1
    Lundi 4 Juillet 2011 à 09:07
    benoît barvin
    La "mécanique" Columbo fonctionne toujours de manière parfaite. C'est la catharsis classique: il venge le pauvre contre la morgue de nos amis les riches, tellement méprisants,cyniques et obnubilés par leur ego qu'ils finissent toujours pas s'effondrer face au lieutenant mal fringué - et roulant dans sa Peugeot... Les scénarios - surtout les premières années, notamment avec McGoohan - sont mitonnés aux petits oignons. Et puis il y a le doublage par Serge Sauvion, grand acteur lui-aussi, qui donne un + à cette série. Merci Gudule de rendre hommage, également, à l'acteur jouant chez Cassavetes où il était parfait...
    Bises
    2
    Lundi 4 Juillet 2011 à 17:57
    benoît barvin
    C'est vrai, le grand-père raconteur d'histoire, j'avais oublié. Quant aux seconds rôles de Columbo, tu as raison de citer Ricardo Montalban... et son "île fantastique" que j'adorais. Mais il y a aussi Louis Jourdan - superbe frenchie -, Mel Ferrer, Martin Landau (ah, Mission impossible!),Robert Conrad et Ross Martin (Et vlan, voilà un peu de "Mystères de l'Ouest"), etc. Une pléiade d'acteurs et d'actrices (Faye Dunaway,Janet Leigh...) qui donnent de la "cuisse" à la série!
    3
    Lundi 11 Juillet 2011 à 08:08
    benoît barvin
    Ah, Cassavetes, dans "Johnny Staccato", un vrai régal! Rapidité de l'intrigue, jeu splendide de Cassavetes, toujours pressé, un verre à la main, la cigarette au bec, les doigts courant sur un piano... Et je me rappelle également de "Husbands" et de "Une femme sous influence". Je trouvais Gena Rowlands superbe de classe. Je l'ai revue récemment, un peu empâtée, jouant dans des téléfilms pour, je suppose, terminer ses fins de mois? Mais elle a gardé cette distinction upper-class si particulière.
    4
    frederic
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:51
    frederic
    oui, c'est non sans une certaine tristesse que j'ai appris cette nouvelle aux infos ce matin. Saluons l'acteur de la Série qui a marqué mon enfance à une époque où on avait que 3 chaines mais où les programmes restaient intéressants.
    5
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:51
    gudule
    Figure-toi que je l'ai redécouvert, en vide-grenier, grâce à la réédition de la série en DVD. Je me suis mise en chasse de tous les épisodes (je possède quasiment la totalité) et durant l'année très dure que je viens de passer (mon compagnon atteint d'une grave maladie, hôpitaux, etc), moi qui suis une boulimique de films, je n'arrivais plus à regarder que ça. Je me suis repassé les 70 épisodes en boucle ; Peter Falk, sans le savoir, m'a accompagné pas à pas tout au long de ces mauvais moments.
    6
    Pierre
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:51
    Pierre
    Un grand homme.
    7
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:51
    gudule
    Cent pour cent d'accord avec toi, car la qualité est assez inégale, au cours des dernières années. Mais les deux épisodes avec Patrick McGoohan sont parmi les meilleurs. Un vrai plaisir d'ailleurs de retrouver, film après film, toutes les vedettes des séries de l'époque (je pense, entre autres à Ricardo Montalban éblouissant dans un rôle de torero assassin, et à la délicieuse Ruth Gordon, en vieille petite fille romancière et criminelle).
    Sinon, outre les films de Cassavetes, n'oublions pas l'un de ses derniers rôles (qui était également l'un de ses préférés, parce que "collant" à sa vie privée) : le grand-père raconteur d'histoires dans "Princes Bride".
    8
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:51
    gudule
    Sans oublier Cassavetes,en personne, dans, si je ne m'abuse "Symphonie en noir". De même que que le premier épisode a été tourné par Spielberg, alors âgé de 25 ans (et que l'on retrouve, dans un épisode dont j'ai oublié le titre, un petit génie de la recherche spatiale âgé d'une quinzaine d'années et portant le nom de.. Stephen Spielberg). Tous ces clins d'œil donnent à la série une résonnance particulière, pour les boulimiques de cinéma...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :