• LE BEL ÉTÉ 60

     

     

                                                     LA BRODEUSE DE CENDRES

     

             Parfois, je me demandais :

             « Comment sera le village quand j’aurai disparu ? »

             Nous sommes sans doute nombreux à nous être posé la question ; nombreux à avoir arpenté ces rues siècle après siècle, et à leur donner vie avant de céder la place aux suivants. En promenant les chiens le long des remparts, je ne pouvais m’empêcher d’y penser à chaque fois.

             « Y  aura-t-il toujours, à la terrasse du Roc café, ces joyeuses tablées du matin — Jean, Marcel, Pascal, Colette, Bobo, Bridget, Ghislain, Constant, François… — , partageant la brioche conviviale au soleil ?  Et, à l’heure de l’apéro, ces petits groupes de touristes devisant à voix basse, assis face au couchant ? »

             Et ceux que j’aime tant, grands et petits, petits devenus grands, où seront-ils ? C’est, je crois, l’une des certitudes les plus troublantes qui soit ; celle que le manège va continuer à tourner sans nous. Et en même temps, quand on y réfléchit, quel réconfort ! S’endormir au milieu du film sans avoir besoin d’appuyer sur « pause ». Ne plus avoir peur de perdre le fil de l’intrigue. Juste se laisser glisser paisiblement dans le sommeil sans perturber le spectacle ni déranger les spectateurs.

     

             Dans mon roman « La brodeuse de Cendres », j’avais fait de ce village l’un des multiples décors de l’Au-delà, où se poursuivaient pour l’éternité les activités quotidiennes d’un petit groupe humain, en tout point similaire au nôtre. Attrayante idée, ma foi. Aussi attrayante que la main de Castor enveloppant la mienne jusqu’au bout du chemin, ou que Sylvain, hantant à jamais sa galerie, sous le regard  bienveillant de Julia.

     

                                                                    FIN

    « LE BEL ÉTÉ 59ROSE »

  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Décembre 2013 à 11:44
    Jeanne-A Debats
    Il est une chose dans les villages qui m'a toujours émue :
    quand ta grand mère te dit "va acehter le pain chez Rosine" alors que ladite Rosine est morte et enterrée depuis 30 ans et que son successeur s'appelle Roger et exerce la profession de cordonnier. Toi tu sais bien qu'elle veut parler du nouveau boulanger dans la rue voisine, elle aussi, mais le réflexe antique reste...
    C'est si joli...
    2
    Lundi 30 Décembre 2013 à 11:48
    Gudule
    Ben ouaip, c'est un peu ça, ma notion de l'éternité.
    3
    Lundi 30 Décembre 2013 à 12:23
    Ryko
    Alors comme ça, tu sais écrire dans la pierre !
    Et dans les cœurs ? Bien sûr que oui.
    4
    Lundi 30 Décembre 2013 à 12:46
    Mêo
    Emouvant chapitre final. Merci Gudule pour cette rencontre partagée.
    Ça me donne envie de lire La brodeuse de cendres (quel titre magnifique !)
    5
    Lundi 30 Décembre 2013 à 13:09
    Gudule
    Ryko, si tu fais allusion à "La Brodeuse de Cendres", je me demandais si je ne publieerais pas c roman par petits morceaux sur mon blog, pour faire suite au "Bel été". Mais c'est un fantastique, ce qui ne plaît pas à tout le monde. Je sais que les tranches de vie recueillent plus de suffrage que les délires imaginaires. Je vous réserve donc, à partir de demain, une petite surprise. Mêo, la prohcaine fois que nous nous verrons, je te passerai "La brodeuse de Cendres.
    6
    Lundi 30 Décembre 2013 à 13:39
    Mêo
    Youpi !
    7
    Lundi 30 Décembre 2013 à 15:55
    Claudio
    J'ai découvert Le bel été ce matin, et j'ai tout lu (presque) d'une traite au lieu de travailler (c'est paaaas bien). Ben merci et bravo, quoi... Mon bonjour à monsieur ;) Et à la prochaine!
    8
    Lundi 30 Décembre 2013 à 16:04
    Gudule
    Oh, que cela me fait plaisir, monsieur Claudio ! Merci pour ce joli petit mot. Castor te salue également. Grosse bise.
    9
    Lundi 30 Décembre 2013 à 17:52
    Gudule
    LA BRODEUSE DE CENDRES est l'un des trois mini-romans composant le tome 2 de "Valentin Letendre"(paru d'abord chez Plon, puis chez "Succès du livre") J'hésite à le publier en épisodes sur ce blog, mais c'est un fantastique destiné aux ados et mes lecteurs habituels risquent de ne pas y trouver leur compte...
    10
    Lundi 30 Décembre 2013 à 17:57
    Castor tillon
    Ah, c'est déjà fini ?! Ces aventures en accéléré, c'est passé comme dans un rêve. Sauf que j'ai eu l'impression de les vivre deux fois, du coup. Gudule est un être pétri d'amour, c'est également une magicienne qui nous envoûte en nous chantant des belles histoires. Je suis curieux de découvrir la prochaine qu'elle va nous interpréter.

    GU-DULE, UNE CHANSON ! GU-DULE, UNE CHANSON !! GU-DULE, UNE CHANSON !!!
    11
    Lundi 30 Décembre 2013 à 18:00
    Gudule
    Tiens, regarde là, Pierre-Yves : http://www.amazon.fr/Valentin-Letendre-Frisson-amour-mal%C3%A9fice/dp/2259207618
    12
    Lundi 30 Décembre 2013 à 18:02
    Gudule
    Bon, alors, à la demande générale de Castor Tillon, je vais vous interpréter "La vie en Rose"
    13
    Lundi 30 Décembre 2013 à 18:23
    Castor tillon
    OUAIIIS ! Ça va nous changer de la vie à l'hosto.
    14
    Lundi 30 Décembre 2013 à 18:58
    Gudule
    @ Castor : de la vie en blanc, tu veux dire ?

    @ Pierre-Yves : ben toi, t'es un rapide !
    15
    Lundi 30 Décembre 2013 à 21:58
    Gudule
    Hi hi, je ne me permettrais pas d'émettre un jugement à l'aveuglette sur vos timings personnels, cher ami. Quant à la bouche de Marie-Do, dans mon souvenir, elle n'émettait que de douces choses.
    16
    GH
    Lundi 30 Décembre 2013 à 23:26
    GH
    Un roman pour ado, ça ne me déplairait pas…
    En fait j'aime les livres pour enfant et j'en conserve un tas dans ma bibliothèque… Je les lisais le soir à mes petits-enfants. Maintenant qu'ils sont tous ados, je n'ai plus d'alibi et je me cache pour continuer à en acheter…
    Donc, si j'ai bien compris, à demain pour de nouvelles aventures…
    17
    Jeudi 2 Janvier 2014 à 10:26
    Gudule
    Non, Praline, "Le bel été" n'es encore sorti que sur mon blog. Il est programmé en version papier au printemps prochain (mars-avril)
    18
    Mardi 7 Janvier 2014 à 15:09
    Flore
    Je trouve ça à la fois troublant et rassurant cette certitude que, quoi qu'il arrive, le monde continuera sans nous comme il a continué sans tant d'autres personnes auparavant.
    Troublant parce que ça nous remet à notre place et rassurant parce que nos proches s'en remettront.

    J'aime beaucoup le commentaire de Jeanne sur ces habitudes qui restent, qui font vivre la mémoire.
    En Bretagne, la maison voisine de la nôtre était dite "du Général", parce que celui qui l'avait faite construire au début du XXème siècle était un général. Maintenant, elle est divisée en une 15aine d'appartements entre les descendants du-dit général qui ne peuvent pas se piffer entre eux.
    19
    Mardi 7 Janvier 2014 à 20:17
    Gudule
    On ne peut pas mieux dire, Pata !
    20
    Mardi 7 Janvier 2014 à 20:21
    Gudule
    Flore : l'éternité, qu'est-ce d'autre ?
    21
    Mercredi 8 Janvier 2014 à 00:23
    Flore
    L'éternité, ce sont les souvenirs qu'on laisse sur terre...
    À cet égard, les pharaons égyptiens ont eu leur vie éternelle : Ramsès II est plus connu qu'une rock star. Et le sera toujours autant dans 100, 200 ans.
    Et pourtant ça ne change rien pour lui, il n'en est pas moins mort (moins enterré, ça par contre, oui).
    22
    Mercredi 8 Janvier 2014 à 08:26
    Gudule
    Bah, pour moi, l'éternité n'est autre chose que la mémoire de ceux qu'on a connus et aimés. Tant qu'on y demeure vivants, on existe. C'était, je crois, le thème du "Huis clos" de Jean-Paul Sartres. C'est également celui de"La brodeuse de Cendres" (Hou, la copieuse !)
    23
    Jeudi 9 Janvier 2014 à 20:22
    Gudule
    Merci, Marie. Que nous ayons quelques idées communes, ce n'est pas vraiment étonnant : nous devons être de la même génération, et avoir subi des influences communes. Sinon, effectivement, devenir centenaire devant un bon verre de rouge, la clope au bec,et avec un charmant vieillard penché sur notre épaule et qui nous fait des petits bisous dans le cou, pourquoi pas ? Mais c'est rarement le cas, hélas. La vie est injuste.
    24
    Jeudi 9 Janvier 2014 à 20:43
    Gudule
    Mais tu es toute jeune !
    25
    Pierre-Yves Delarue
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:29
    Pierre-Yves Delarue
    Très belle fin !
    Mais où trouver "La brodeuse de cendres" ? Je ne l'ai trouvé dans aucun site de recherches...
    Bisous
    26
    Pierre-Yves Delarue
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:29
    Pierre-Yves Delarue
    Ça y est, je l'ai acheté ton bouquin, sur Amazon, ça m'a couté 1 euro !
    27
    Pierre-Yves Delarue
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:29
    Pierre-Yves Delarue
    Il parait...
    Mais dans la bouche de Marie-Do, c'est pas forcément un compliment...
    28
    Praline
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:29
    Praline
    Merci Gudule de partager tes écrits avec nous ! C'est toujours un plaisir de te lire... J'aimerais bien visiter ton village, même si je pense qu'au fond, il doit ressembler à celui de beaucoup d'autres personnes ! ^^

    J'ai vraiment adoré lire Le Bel été, je vais de ce pas l'ajouter à ma liste de livres à acheter ! (Est-ce qu'il est déjà sorti en librairies ?)

    Merci Gudule !
    29
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:29
    Pata															l
    Attendre la pause finale tout en gardant la pose dans des bras amoureux... C'est peut-être la plus douce des fins du monde ça !

    En tout cas c'en est une belle pour ton été ^^
    30
    Marie
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:29
    Marie
    Une écriture alerte, sincère, qui fait du bien : j'ai tout lu d'une traite ... J'ai été toute étonnée d'une traite, devrais-je dire : nous avons quelques vécus et sentiments communs, chère Gudule, dont je n'aurais pas pensé trouver ici l'inventaire !
    Devenir centenaire, perso, je veux bien si je peux continuer à vivre vraiment. Mais faudrait d'abord que j'arrête de fumer. Puis d'aimer le Bordeaux -avec modération, ça va de soi-. Et de croquer du chocolat. Et ... Et alors surtout ça paraît bien long, d'un coup, toutes années d'abstinence ... :-))
    31
    Marie
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:29
    Marie
    Oui, en effet. Perso, je suis du bel été 59 !!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :