• LE BEL ÉTÉ 59

     

                                                                       ÉPILOGUE

     

             J’ai bien failli intituler ce livre « J’arrive », en hommage à l’admirable chanson de Jacques Brel, dont les paroles m’ont toujours bouleversée. Mais outre que je renâclais à l’idée d’un emprunt, si prestigieux soit-il, le désespoir qui émane de ce texte  — et en fait d’ailleurs l’infinie beauté —, ne collait pas avec mon optimisme naturel.  Je choisis donc un titre plus proche de ce que je ressentais. Parce que l’appel de la mort, eh bien, très peu pour moi. Oh, je ne souhaitais pas vivre centenaire ! (Qui le souhaite, d’ailleurs ? C’est la perspective la plus hideuse qui soit. ) Mais pas question de rappliquer comme un toutou quand la Camarde me sifflerait !

             Dès lors, que le sursis dure encore quelques semaines, quelques mois — voire, avec un peu de chance, quelques belles années —, je voulais en profiter, en profiter vraiment ; rire, aimer, m’amuser, jouir de l’existence et faire un bras d’honneur aux pronostics funèbres.

     

    « LE BEL ÉTÉ 58LE BEL ÉTÉ 60 »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 10:04
    Jeanne-A Debats
    Et tu le fais bien. :)
    merci Gudule de ces tranches de vie et de mort...
    2
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 10:42
    Gudule
    Merci Pierre-Yves et Jeanne. Je ne sais trop que répondre. C'est bien que vous soyez là...
    3
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 10:53
    Mêo
    Ouiii nique ta mort !(je fais classe, aujourd'hui ;-))
    4
    GH
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 11:03
    GH
    Déjà fini ? Ça va manquer…
    Cela dit, vivre pleinement, tu as raison; c'est un projet qui tient bien la route…
    N'oublie pas de donner des nouvelles
    Bises
    5
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 11:39
    Ryko
    T'as intérêt à vivre encore des choses belles, étonnantes, pleines d'amitié, d'amour, de création et de coups de pieds dans les rotules. Passque si tu meurs, tu vas m'entendre !
    6
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 12:35
    Gudule
    Punaise, que c'est douillet, toute cette amitié ! Face à ça, l'incertitude, les doutes et les mauvais présages ne tiennent pas la route !
    7
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 13:38
    Gudule
    @ GH : allez, je te le dis tout bas à l'oreille, ce n'est pas tout à fait fini. C'est une fausse sortie. En fait, ce sera demain, le dernier chapitre. Mais chut ! tu ne le dis à personne, hein !
    8
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 14:11
    Ryko
    Tiens, c'est curieux, je croyais avoir lu quelque part sur ce blog que cet épilogue n'était pas la fin de l'histoire. V'là que je sais lire entre tes lignes, maintenant. Chuis vachement fier !
    9
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 19:44
    Gudule
    Oui mais chut, c'est un secret. Va pas le crier tout haut, que tout le monde soit au courant !
    10
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 19:53
    Tororo
    Maintenant on veut le tome 2!
    11
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 20:53
    Castor tillon
    Argh. On referait pas ça tous les jours.
    12
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 20:53
    Gudule
    Nan mais bon, ça deviendrait lourd, à la longue. Mais je vais réfléchir à mon prochain feuilleton, parce que je ne peux plus me passer des coms quotidiens de mes copains.
    13
    GH
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 21:42
    GH
    Castor a raison : faut pas abuser des bonnes choses ! ;-)))
    Un aphorisme de ma grand-mère qui en avait pour toutes les circonstances…
    14
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 23:20
    Gudule
    Hi hi, comme ma mère !
    15
    Lundi 30 Décembre 2013 à 00:17
    Ryko
    Si on n'abuse pas des bonnes choses, celles qui ne font que du bien, de quoi va-t-on abuser ?
    De celles portant la mise en garde : Abuser bénéficie à votre bonheur et celui de votre entourage ?
    16
    Lundi 30 Décembre 2013 à 01:50
    Gudule
    Cent pour cent d'accord avec toi. D'ailleurs, ne dit-on pas : Qui abuse boira ?
    17
    Lundi 30 Décembre 2013 à 02:07
    Castor tillon
    Ben voilà, on va encore me traiter de triple abuse.
    18
    Lundi 30 Décembre 2013 à 19:37
    miky148
    tout ce que vous avez écrit est juste! j'ai d'ailleurs écrit un livre intitulé "Confession d'une patiente ordinaire"...tout y est.
    19
    Jeudi 2 Janvier 2014 à 19:44
    Gudule
    Ah no, le "tant que" me convient parfaitement !
    20
    Mardi 7 Janvier 2014 à 14:41
    Flore
    Vivre centenaire... Eh ben pourquoi pas ? Tant qu'on a la forme et toute sa tête. Me dites pas que ça n'existe pas, la marraine de mon père a fêté ses 100 ans l'an dernier et elle a bien la pêche. Elle vit toujours chez elle, en centre ville, fait ses courses à pied, boit du Champagne, se pomponne et met des talons aiguille. Physiquement, impossible de lui donner 100 ans, 80 tout au plus.
    Ça, c'est une bonne centenaire !!!

    Évidemment, avoir 100 ans dans une maison de retraite médicalisée où on ne se lève même plus du lit, où la voisine de chambre s'obstine à parler breton et la seule personne encore assez vaillante pour marcher arpente le couloir toute la journée en répétant "Je vais à Guissény", tout de suite, ça fait moins envie !
    21
    Mardi 7 Janvier 2014 à 20:33
    Gudule
    Faut bien reconnaître que ton deuxième exemple est le plus courant, et c'est bien sûr à lui que je faisais allusion. Devenir dépendant comme un bébé quand on a toute sa vie été autonome (voire autoritaire) je trouve ça terrifiant. Mais bon, ta centenaire en talons aiguilles dément ce stéréotype avec brio !
    22
    Pierre-Yves Delarue
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:29
    Pierre-Yves Delarue
    Vive Gudule, merde !
    23
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:29
    Pata															l
    Ben ça, c'est le meilleur des programmes de vie... continuer encore et tant que.(Oui je sais, il faut quelque chose après le "tant que" mais ce n'est pas moi qui l'écrirais mais bien toi, chère Gudule !)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :