• LE BEL ÉTÉ 56

     

                                          JE SOUHAITERAIS PAS ÇA À MON PIRE ENNEMI

     

             La fin des six semaines de radiothérapie nous offrit quelques jours de liberté chimérique. Nous en profitâmes pour nous baguenauder sur les routes de  France. Le temps était encore beau, les aires de repos remplies d’autocars vous avaient un p’tit air « vacances du troisième âge » tout à fait réjouissant. J’étais ravie de ces escapades à deux dont j’avais tant rêvé dans mes nuits solitaires, d’autant que le but du jeu était d’aller saluer les copains de Castor perdus dans leur campagne. Mais, une fois sur place, je déchantai vite. J’avais, en vérité, trop présumé de mes forces. C’en était terminé des folles soirées à boire, à fumer, à écouter de la musique en refaisant le monde de fond en comble. Sitôt le dîner avalé, j’étais en proie à une telle fatigue qu’il m’était impossible de garder les yeux ouverts. Lors, abandonnant Castor aux bons soins de nos hôtes, j’allais me pieuter, le cœur en débandade.

             « Je ne suis vraiment plus bonne à rien, me répétais-je en boucle. Même à faire la fête. Quelle désolation ! »

             Et me revenait comme un leitmotiv ce constat plein d’amertume :

             — Quel sale tour j’ai joué à mon pauvre Castor !

            

    Imaginez un peu : deux êtres se rencontrent après toute une vie chacun de leur côté. Ils se plaisent, se désirent, font des projets d’avenir. Ils sont libres tous deux, ont les mêmes centres d’intérêt, partagent les mêmes émerveillements, les mêmes colères ; bercent des rêves identiques. Leurs goûts concordent, leurs opinions également ; leurs attentes sont du même ordre, leurs cicatrices placées aux mêmes endroits, et, pour corser le tout, ils sont encore capables de tomber amoureux  comme larrons en foire.

    Jusque là,  je dis bravo : ça s’appelle un coup de maître. Mais… il y a un mais. En pleine idylle, la dame chope un cancer. Voilà notre Juliette sans un poil sur le râble, vomissant tripes et boyaux. « Glamour à mort », comme disait l’autre.  Roméo,  dévolu au rôle de garde-malade, change les draps, vide les bassins, éponge le carrelage, fait tourner la machine à laver. Avec le souvenir — pas si lointain, pourtant, mais déjà obsolète — de nuits éblouissantes (car, en toute modestie,  Juliette avait de beaux restes et savait s’en servir).

             Soyons clair : question vacherie, c’est digne du Livre des Records. Et un exploit pareil, je ne le souhaiterais pas à mon pire ennemi.

             Voilà ce que je rabâchais, ma nuque dégarnie calée dans l’oreiller, en écoutant les rumeurs du salon  —Vangélis en sourdine, chuchotements, murmures, éclats de voix, gloussements feutrés — comme lorsqu’enfant,  je guettais dans le noir la présence de mes parents regardant la télé derrière la paroi. Et, comme alors, une sale envie de pleurer me comprimait la glotte. Un sentiment d’exil parfaitement détestable. Les revenants, j’en suis sûre, doivent éprouver cela. Ce besoin fou, inexprimable  ­ — et insatiable — de s’intégrer aux humains.  De faire partie du groupe. D’échapper au silence transi du tombeau pour s’insinuer dans la chaleur, la lumière, le bruit, les rires qui sont l’essence même de la vie, et dont ils ont été si brutalement exclus. Sans ça, pourquoi reviendraient-ils ?

     

     

    « LE BEL ÉTÉ 55LE BEL ÉTÉ 57 »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 26 Décembre 2013 à 10:21
    Benoît Barvin
    Commenter la beauté d'un texte, beauté justement car l'écrivaine travaille jusqu'à l'os et nous fait partager à la fois souffrances et Bonheur? On ne dit pas "j'aime", "je partage"... On donne simplement une larme de tendresse en tentant, par ce petit commentaire, d'insuffler un surplus de courage et un zeste de beauté... Continue, Lili, haut les coeurs! Avec Castor à tes côtés, tu as trouvé ton âme soeur et tous les deux vous avez l'avenir avec vous...
    2
    GH
    Jeudi 26 Décembre 2013 à 11:25
    GH
    Patience Gudule… Castor et ses amis sont patients et attendent tranquillement que tu reviennes parmi eux. Car, visiblement, à lire les commentaires, ils t'attendent…
    3
    Jeudi 26 Décembre 2013 à 12:03
    Gudule
    Benoït, Annie, vous ne pouvez pas savoir l'importance qu'ont vos commentaires à tous. A chaque fois, vos voix sont une transfusion d'énergie. Merci d'être ainsi fidèles au poste !
    4
    Jeudi 26 Décembre 2013 à 17:26
    Mêo
    Tiens ça me ramène quelques années en arrière. Moi je n'ai pas déchanté de te connaitre. Et je t'ai trouvée sacrément plus fortiche que j'aie pu l'être ! Parole de revenue.
    5
    Jeudi 26 Décembre 2013 à 18:09
    Gudule
    Tu sais, très sincèrement, sans la bonne humeur et Castor et sa constante tendresse, je ne sais pas si j'aurais tenu le coup. La vie m'a fait un beau cadeau pour compenser sa vacherie ! Et tu sais quoi ? L'idée de ce chapitre m'est venue chez toi...
    6
    Jeudi 26 Décembre 2013 à 18:47
    Gudule
    DE Castor (et pas ET)
    7
    Jeudi 26 Décembre 2013 à 18:50
    Mêo
    Ne me dis pas que chez moi, tu t'es sentie exclue ? Hein ?
    8
    Jeudi 26 Décembre 2013 à 23:37
    Gudule
    Oh non, pas du tout ! J'ai adoré ton hospitalité souriante. Mais je me suis exclue d'office, rappelle-toi. Trop crevée...
    9
    Vendredi 27 Décembre 2013 à 17:40
    Ryko
    Quelque chose me dit que tu as ceci de supérieur à une revenante : tu n'es pas partie. Et que Castor ait été ton ancrage, ta source de jouvence ; je m'en réjouis du fond du cœur. Vous vous méritez. Et Castor ne me contredira pas si je considère que tu es sa source de jouvence. Même si son courant a empêché le tien de se tarir.
    J'arrête, je me sens prêt à écrire un hymne à vous deux mais faut que j'aille couper du bois. Et le bois, c'est sacré. Hein Castor ?
    10
    Vendredi 27 Décembre 2013 à 19:37
    Gudule
    Oui, mais c'est pas marrant de toucher du doigt ses propres limites. Surtout dans le domaine du plaisir !
    11
    Samedi 28 Décembre 2013 à 19:52
    Castor tillon
    Très juste, mon Ryko. Gudule, à l'instar du lard ou des oignons, on n'est pas obligé de la faire partir pour la faire revenir.
    Pas question de te contredire, c'est un hymne magnifique que tu nous a dédié là.
    Pour le bois, tu as raison, faut que je retourne au bouleau, le Castor a du rongement à faire.
    12
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:29
    Pata															l
    Exclusion par la fatigue... Pas par les autres, et c'est peut-être ce qui t'as rendu le plus triste...

    Bof, le sommeil abolit les murs, tu étais avec eux même si tes paupières étaient fermées !!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :