• LE BEL ÉTÉ 3

     

     

                                        FLASH BACK

            

    Tout avait commencé l’avant-veille — si tant est que l’enchaînement d’événements qui, pour la seconde fois, bouleversait mon existence, puisse désormais s’inscrire dans une quelconque logique temporelle.

             Ce festival du livre fantastique, je l’attendais depuis des semaines. C’était mon grand retour professionnel, après deux années de stand by. Mais pas que. C’étaient surtout mes retrouvailles avec Castor ; retrouvailles qui, compte tenu des circonstances, me faisaient méchamment gamberger. Les êtres sont ainsi faits que, dans la nuit la plus noire, ils se raccrochent aux clignotements d’une étoile ; que la moindre lueur au bout du tunnel ranime leurs forces vives. De l’espoir, ça s’appelle. Or, depuis peu, cet espoir avait pour moi un nom. Un visage. Un sourire entre parenthèses. Une tignasse grisonnante. Des yeux d’un bleu lavande cernés de rides malicieuses…

             Et un humour, surtout. Un putain d’humour qui m’avait maintenu la tête hors de l’eau durant  mes longs mois de naufrage.

             Dans ce salon jadis avenant où, jour après jour, la mort creusait son trou,  l’écran de l’ordinateur était devenu  l’issue de secours. La porte ultime. Les écrans des ordinateurs, devrais-je dire, puisque nous avions chacun le nôtre, tout comme nous possédions deux chiens, deux canapés —  mais un seul feu, en revanche,  qui brûlait nuit et jour car Sylvain craignait le  froid.

     

     

    « LE BEL ÉTÉ 2LE BEL ÉTÉ 4 »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 3 Novembre 2013 à 08:06
    Benoît Barvin
    Gudule-tendresse est de retour... Merci...
    2
    Dimanche 3 Novembre 2013 à 16:31
    Mêo
    Moi ça me donne la chair de poule(côôôt), ta façon d'écrire la tendresse. C'est un sujet qui me tient particulièrement à coeur, faut dire. Merci Gudule pour l'émotion
    3
    Mardi 3 Décembre 2013 à 13:28
    Joëlle Pétillot
    Je débute en Gudulologie. Ce sera donc banal, sans doute. Mais comme lectrice, j'aime être bahutée, et là c'est le cas. Je prends.
    4
    ; gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:31
    ; gudule
    OooOOooh, Benoît ! Je suis touchée...
    5
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:31
    Pata															l
    Comme quoi, l'humour (surtout venant d'un Castor !) est salvateur, il permet de lâcher prise avec le réel tout en se déchargeant du trop plein d'émotions...
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    6
    ; gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:31
    ; gudule
    Avis partagé au centuple !
    7
    ; gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:31
    ; gudule
    Merci Mêo, mais si tu continues à me faire de tels compliments (côôôt), je vais finir par glousser (glouglou) comme un dindon !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :