• LE BEL ÉTÉ 24

     

     

                                                                      TOTAL RECALL

     

     

     

             Je n’ai pas la mémoire des chiffres. De sorte qu’au réveil de l’anesthésie, quand on me demanda quel numéro appeler pour rassurer mes proches, je fus incapable de répondre.  Castor, qui s’était fait éjecter de la chambre dès mon entrée au bloc, ayant embarqué toutes nos petites affaires — y compris mes lunettes et mon téléphone portable —, je ne pus donner que mon fixe et celui de Mélanie. Manque de bol, les conditions climatiques déplorables rejaillissaient sur la connexion internet du village, si bien qu’aucun des deux ne marchait. Il fallut donc attendre le matin pour que ma p’tite famille puisse joindre le standard de l’hôpital.

             En attendant, j’étais bel et bien éveillée, et je pétochais grave. L’impression terrifiante de ne plus être soi-même, vous connaissez ? Je crois n’avoir jamais rien éprouvé de pire. Ce n’était pas tant le fait qu’on m’ait tripatouillé le cerveau — ça, après tout, c’était juste une vue de l’esprit : je n’avais mal nulle part et je ne me sentais même pas abattue. En revanche, je ne reconnaissais rien. Cette salle de réa  où je stagnais dans une demi-conscience hallucinée m’évoquait les décors des livres de Philippe K. Dick. J’étais, comment dire ?  Passée de l’autre côté, voyez ?  Dans un univers parallèle qui ressemblait au nôtre,  mais en décalé. La juxtaposition approximative entre cet ersatz de réalité et la réalité réelle laissait transparaître la supercherie. Ces infirmières, qui entraient de temps à autre sur la pointe des pieds vérifier les cadrans,  n’étaient que des robots ; des androïdes programmés pour me leurrer. Leurs allées-et-venues silencieuses en attestaient : elles ne marchaient pas, elles se déplaçaient en apesanteur  à quelques centimètres du sol. L’on m’expliqua plus tard que ce délire paranoïaque — particulièrement aigu chez quelqu’un dont l’imaginaire, depuis tant d’années, barbotait dans les eaux troubles du fantastique et de la SF — était dû à l’anesthésie, ainsi qu’à la morphine qu’on m’avait injectée pour calmer la douleur.

     


     

    http://nsm08.casimages.com/img/2013/11/24//13112401080814328911761939.jpg

       - Et ça vous fait rire ? Les univers de K. Dick et les hostos, c'est bonnet bleu et bleu bonnet.

     

     

     

    « LE BEL ÉTÉ 23LE BEL ÉTÉ 25 »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 24 Novembre 2013 à 22:50
    Flore
    Rhôôô l'est mignon le schtroumpf grognon :)
    On sent bien la menace dans ses yeux "Si tu schtroumpfes cette photo, ça ira très mal pour ton schtroumpf."
    2
    Dimanche 24 Novembre 2013 à 23:21
    Ryko
    Ah, c'est pour ça que je n'ai rien trouvé à lire ici, ce matin. Je suis venu comme d'habitude, à l'heure du laitier, mais j'ai fait chou blanc. J'ai cru que tu t'accordais une grasse mat'. Tu parles, tu faisais ta gymnastique aux univers parallèles. Et Sans Castor ! C'est un coup à se froisser quelque chose.
    3
    Lundi 25 Novembre 2013 à 08:55
    Tororo
    Ah! Ça c'est un joli teaser pour l'épisode suivant.
    4
    Lundi 25 Novembre 2013 à 11:57
    Castor tillon
    Faut pas croire Gudule. Je ne l'ai vue qu'une fois faire la gueule, et c'était tellement drôle que je l'ai photographiée.
    C'est la femme la plus enjouée qu'on puisse imaginer.
    5
    Odomar
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    Odomar
    ça y est ! Je prends en cours la grande aventure... Je viens de rattraper en les dévorant à la file les 23 premiers épisodes. Du coup ça ma coupé le souffle et j'aurais bien du mal à "commenter". Je reste sans voix mais pas sans émotions (fortes).
    6
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    gudule
    Wahou ! Merci pour cet adorable petit mot du soir ! Gros bisou touché !
    7
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    gudule
    @ Tororo : c'est tout à fait ça !
    @ Ryko : moi aussi, je me demandais où tu étais passé...
    @ Flore : Castor a hésité entre la shtroumpfette et le shtroumpf grognon, mais le blond ne ma vas au teint. La gueule de six pieds de long, en revanche, si.
    8
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    gudule
    OooOOOooh, ça, c'est gentil !
    9
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    Pata															l
    Bouh, ça doit bien glauque ça, le réveil flippé dans un univers aseptisé et loin du quotidien... Schtroumphement bien écrite cette scène là !
    10
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    gudule
    Du vécu pur jus, Pata !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :