• LE BEL ÉTÉ 18

     

     

                                                                   DANS LES VAPES

     

                      J’étais assise derrière une pile de « Truc », mon dernier roman paru chez Rivière Blanche. Et tandis que les visiteurs me tendaient leur exemplaire, je sentais, malgré moi, ma tête s’alourdir, et mes paupières devenir de plomb.

                      Par chance, à chaque fois que je fermais les yeux, une pression sur la cuisse me rappelait à l’ordre ; Castor veillait.

                       — Gudule, les gens attendent…

                      Durant une fraction de seconde, les rêves désertaient mon esprit pour revenir en masse, sitôt la signature torchée.

                      Arriva le moment du débat public dont le thème était, si je me souviens bien : « lecture-frisson, lecture-plaisir ». Il se déroulait dans l’un des deux Magic-Mirrors (constructions foraines en bois enluminé et verre couleur, louées pour l’occasion et installées dans le parc  paysager qui servait de cadre au festival.) Nombre de mes amis y participaient, ce qui aurait dû, en toute logique, me stimuler, mais ne contra pas mon irrépressible envie de dormir. Au point que l’animateur finit par me lancer, sur un ton ironique :

                      — Gudule, reviens parmi nous ! Tu es dans la lune ou quoi ?

                      — Peut-on reprocher à un écrivain d’être dans la lune quand il y puise son inspiration ? eus-je (je ne sais comment) l’à-propos de répondre.                           

                      La salle s’esclaffa.

    http://nsm08.casimages.com/img/2013/11/18//13111811211016601911743590.jpg

                      Castor, qui, installé au premier rang, ne perdait pas une miette de mes rares interventions, m’assura que je n’avais ni bafouillé, ni semblé perdre le fil de mes idées.

                      — Tu n’étais juste pas là, conclut-il.

                      Alors, moi, égrillarde :

                      — Forcément : chuis crevée. Faut que je récupère. Que dirais-tu d’une petite sieste ?

                      Il n’avait rien contre. Fuyant le repas collectif et bruyant, nous réintégrâmes donc le silence de nos draps blancs. Si la chose m’enchantait pour les raisons susdites, je pense que les motivations de Castor étaient tout autres. Au moins, entre ses bras, je ne courais aucun risque. Il pouvait enfin relâcher son attention,  et cesser de scruter anxieusement la foule dès que je m’éloignais. Cajoler une femme, c’est bien moins épuisant que de la protéger contre le monde entier — y compris elle-même.

     

                       Par chance, hormis d’éventuelles dédicaces (en horaire libre), je n’avais rien de prévu cet après-midi-là. De sorte que la journée s’acheva en farniente.

     

     

    « LE BEL ÉTÉ 17LE BEL ÉTÉ 19 »

  • Commentaires

    1
    Lundi 18 Novembre 2013 à 11:17
    Flore
    On croirait une lycéenne qui rêvasse en cours d'anglais mais arrive à répondre correctement au prof (surprenant tout le monde) et qui finit par sécher le cours de gym de l'après-midi en se donnant bonne conscience... Le tout avec la complicité de son copain, qui de toutes façons n'avait pas cours ce jour là...

    L'orga du festival va finir par mettre un mot sur le bulletin trimestriel... "Arrive en retard, manque d'assiduité, souvent dans la lune. Le redoublement vous guette !"
    2
    Lundi 18 Novembre 2013 à 11:49
    Ryko
    Te lire après une nuit blanche (longtemps que ça ne m'était pas arrivé. Un peu de sommeil, c'est sacré. Mon athéisme s'arrête là) te lire donc, (c'est pas malin, les parenthèses à rallonge) dans mon état, et sentant gonfler le cumulo-nimbus, j'ai du mal à sourire de ton autodérision coutumière. Ce n'est donc pas de ta faute.
    3
    Lundi 18 Novembre 2013 à 15:14
    Ryko
    Et cajoler le monde entier contre une femme, t'as essayé ? Renaud s'y est cassé les dents (CF Madame Thatcher) .
    4
    Lundi 18 Novembre 2013 à 15:16
    Ryko
    Quand je te dis que ça vaut rien, les nuits blanches...
    Je ne dis pas ça pour toi. Pfffff.
    5
    Lundi 18 Novembre 2013 à 16:53
    Mêo
    Tu avais beau comater tu avais drôlement bien gardé ton sens de la répartie, en tout cas.
    6
    Lundi 18 Novembre 2013 à 17:39
    Ryko
    Merci Mêo. Je savais que je pouvais compter sur toi (je lui ai délégué mes appréciations).
    7
    Lundi 18 Novembre 2013 à 18:44
    Ryko
    La photo est très belle, mais la dame qui pique du nez, entre les deux messieurs, on ne sait pas si elle cherche l'inspiration dans la bouteille d'eau ou la lune dans le caniveau... (elle non plus, si ça se trouve).
    8
    Lundi 18 Novembre 2013 à 20:01
    Ryko
    Tu me cherches !?
    9
    Lundi 18 Novembre 2013 à 22:01
    Flore
    Tiens, je me souviens d'avoir assisté à quelque chose dans ce genre à Brocéliande : auteurs et illustrateurs de fantasy (Pierre Dubois, Guillaume Sorel, Florence Magnin, Olivier Ledroit...). Tout le monde était assis dans l'herbe, Pierre Dubois fumait son éternelle pipe.
    Mais là, si ça bafouillait, ça tenait peut-être plus à la bouteille qui tournait qu'aux excès de la nuit :)
    10
    Lundi 18 Novembre 2013 à 22:24
    Flore
    On y était en 2004... À la base, j'y allais pour faire dédicacer des BD (par Sorel, Ledroit, Magnin...), mais on avait oublié les BD à Lyon (oh un moment de solitude qui passe, vite cachons-nous) en partant en vacances... Du coup, j'ai bavardé avec les auteurs (encore plus que d'habitude, je veux dire). Et puis, j'avais déjà une dédicace magnifique de Florence Magnin, alors j'ai acheté quelques tirés à part de Sorel (dont un qui est au mur de mon bureau, côtoyant une planche de Magnin).

    Je ne sais pas si ce festival existe encore, mais c'était super sympa. Les orgas en costume médiéval, l'hydromel et l'hypocras et le reste. Pas beaucoup de visiteurs mais du coup, plus d'échanges ;)
    11
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    gudule
    Ben flute alors ! Moi qui comptais sur tes esclaffations pour animer ce triste paysage d'hiver !
    12
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    gudule
    @ Flore : Bien vu !
    13
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    Pata															l
    Ça, nuits blanches et lutins jaunes ne font pas bon ménage ! (Oui, effectivement, ceci est totalement hors sujet comme propos, j'étais venu commenter tes mots, pas les maux du Ryko !)... Je trouve quand même, que même si tu n'as pas été une pro de la convers' lors du débat, tu en avais quand même de sacrement stylées aux pieds !!
    14
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    gudule
    Convers et répartie, joli duo ma foi ! Genre Mêo et Ryko ! Et z'avez vu la belle photo du Castor comme elle est belle ?
    15
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    gudule
    Va savoir ce qu'elle cherche, en fait... Les dames qui cherchent des trucs, faut toujours s'en méfier !
    16
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    gudule
    Parce que, des fois, ELLES LES TROUVENT !
    17
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    gudule
    ... nan mais bonne trouve bonne garde, hein ! Méôôô, y a Riko qui dit des horreurs !
    18
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    gudule
    RYko, pardon !
    19
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    gudule
    Un salon du livre fantastiue à Brocéliande ?Et avec Pierre Dubois, Florence Magnin et tout le gratin du genre en sus ? Le rêve ! Tu m'étonnes que vous aviez le nez dans les étoiles. D'autant que les lutins (qui ne devaient pas manquer de vous accompagner) sont fortiches en fleurettes qui font la tête légère, à ce qu'on m'a dit...
    20
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    gudule
    Faudrait regarder sur internet (ce que je vais m'empresser de faire). Les salons fantastiques se sont multipliés, en dix ans ; possible que celui-là ait arrêté. Celui de St Malo a pris une telle importance qu'il doit arroser toute la région...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :