• LE BEL ÉTÉ 15

     

     

                                                                       MISÈRE !

     

                      Rachel se planta dans ses horaires.

                      Et nous ratâmes l’avion.

                      Nouveaux billets payés au prix fort, nouvel itinéraire ;  plusieurs  heures d’attente à Charles de Gaulle. Impossible d’atteindre les organisateurs pour les avertir que 1)  nous allions louper la navette nous emmenant de Strasbourg à Épinal, 2) j’arriverais en retard pour les deux tables rondes auxquelles j’étais conviée, prévues en fin de matinée et en début d’après-midi.

                      La merde, quoi.

                      J’appelai Castor sur son portable, histoire de le tenir au courant de mes déboires,  et tombai sur sa boîte vocale

                      La double merde.

                      Et pour couronner le tout, mon tube de dentifrice me fut confisqué à l’embarquement, comme s’il s’était agi d’une kalachnikov.

                      La triple merde de merde.

                      Cette accumulation de petits désagréments qui, en temps ordinaire, ne m’aurait pas affectée outre mesure, me provoqua un tel stress que Rachel s’en alarma. Elle ne m’avait jamais vue dans cet état. Afin de la tranquilliser, j’imputai mon pétage de câble à une conscience professionnelle exacerbée (« J’ai horreur de ne pas tenir mes engagements, tu comprends ? ») mais en réalité, ce qui me perturbait, c’était de faire faux bond à Castor.

     

    « LE BEL ÉTÉ 14LE BEL ÉTÉ 16 »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 08:01
    Mêo
    Y a des jours comme ça, hein...
    Y a même des semaines comme ça. Des mois, des années, que dis-je, des ères ! Euh je m'emporte un peu là...
    Vivement demain la suite et heureusement que je connais un peu la fin heureuse passke là c'est l'angoisse quand même.
    2
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 09:08
    Benoît Barvin
    Méo vient de vendre la mèche! Ouf, moi qui commençais à penser que Gudule nous sortait un de ses récits d'horreur dont elle a le secret... Me voilà rassuré et ma journée en sera des plus agréable...
    3
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 10:35
    Flore
    Ah, les avions et les aéroports. Les grèves aussi, c'est pas mal et les "accidents voyageur" en train... Pour pourrir un voyage, c'est très fort.
    Il y a aussi le plan "T'as bien pris ton passeport / carte d'identité ?" "Euuuuuh... non ?"

    Quant aux contrôles à l'aéroport, je suis devenue blasée... Mon bagage à main contenant toujours mon reflex + 2 objectifs + 1 compact + mon laptop... Je prends direct 4 caisses pour vider tout le sac. Le pompon étant le gars de la sécurité "Je peux passer ma chiffonnette partout ?". Genre on a le choix...

    Petite solitude, la dernière fois, j'ai confondu le numéro de siège et la porte d'embarquement, j'ai failli rater mon avion comme ça... Le même week-end, un copain a essayé de prendre le métro en passant la carte de l'hôtel sur la borne (oui, je sais c'est moche de rapporter).
    4
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 11:59
    Tororo
    J'essaie de deviner la suite... Dans l'avion, Gudule s'aperçoit qu'on l'a installée entre un clown et une baby-sitter?
    5
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 13:04
    Ryko
    M'enfin ! Tu ne sais pas qu'à cause de Ben Labush il est interdit de transporter des liquides et autres trucs visqueux dans les avions ? C'est pourquoi tu dois aller aux chiottes avant d'embarquer.
    M'enfin.
    6
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 15:01
    Flore
    C'est sûr, l'avion c'est pénible à cause de toutes ces histoires. Mais quand, au bout du voyage, il y a des amis et des belles choses à partager, ça fait passer la pilule (Par contre, au retour, c'est plus dur d'être philosophe).

    En attendant, vivement demain... Parce que si je ne me trompe pas, Gudule n'a pas encore décollé et elle est encore loin d'être arrivée, il peut s'en passer des choses avant qu'elle ne retrouve Castor. Castor dont on ne sait d'ailleurs pas s'il arrivera à Epinal à temps (en fait, s'il ne répond pas à son portable, c'est peut-être juste parce qu'il conduit).
    Quel suspense !!!
    7
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 16:05
    Flore
    Les américains appellent ça un "cliffhanger" à ne pas confondre avec le "hangover". Même si les deux peuvent avoir les mêmes causes, les conséquences ne sont pas les mêmes en général.

    Il y a aussi un procédé qui consiste à laisser les héros dans cette situation inconfortable et à aller s'intéresser à autre chose : "pendant ce temps, à l'autre bout de la planète...". Mais ça c'est pas bien, faut pas faire !
    8
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 18:50
    Castor tillon
    Allô, Gudule ? Putain de pluie ! Allô, j'égoutte ! Si tu crois que je vais poireauter longtemps, détrempe-toi.
    9
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 18:54
    Castor tillon
    Elle est trop mignonne, Gudule. Elle fait pas faux bond.
    10
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 19:01
    Castor tillon
    Les castors aiment l'eau, leurs téléphones, moins.
    11
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 19:23
    Castor tillon
    Que j'aime quand tu rebondis !
    12
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 19:40
    Castor tillon
    Exact, Flore : j'étais sur l'autoroute, et le téléphone dans mon sac à dos. Qui lui-même se trouvait dans le coffre. Le sac, pas le dos.
    13
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 21:46
    Ryko
    La suite ! La suite !


    Pardon.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    14
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 23:08
    Castor tillon
    Flore l'a dit : "Pendant ce temps-là, à l'autre bout de la planète..."
    Rendez-vous dans un mois, donc.
    Chers lecteurs, merci de votre attention, la fuite au prochain numéro.
    15
    Samedi 16 Novembre 2013 à 00:08
    Ryko
    Bon, d'accord. Mais ne fais pas de bêtises d'ici là. Car après il faudrait les raconter et ce serait plus marrant pour nous que pour toi.
    16
    GH
    Vendredi 20 Décembre 2013 à 02:49
    GH
    Ben j'ai remarqué que, dans ce genre de situation, une importante suite d'emmerdes, c'étaient plutôt bon signe. Comme si notre inconscient programmait un contexte valorisant le bouquet final! par effet de contraste, bien sûr, et par montée du stress…
    17
    Vendredi 20 Décembre 2013 à 06:12
    Gudule
    Euh... Je m'en serais bien passée, remarque. Le stress, j'aime pas trop. Et puis, j'avais eu mon compte, depuis quelques mois...
    18
    J^; gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    J^; gudule
    Moi,j'appelle ça le p'tits croche-patte de la vie. Encore une chance qu'elle n'ait pas toujours le pied tendu, la vilaine ! Des fois, elle est même foutrement sympa (allusion à ta dernière phrase). Bise et bonne journée, Mêo.
    19
    J^; gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    J^; gudule
    Mais... toi aussi t'as suivi l'affaire en direct, non ? C'est le privilège des amis, ça : lire une histoire avec les VRAIES images dans la tête !
    20
    J^; gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    J^; gudule
    Je me suis juré de ne plus jamais prendre un avion, après cette aventure. Apparemment, c'est une bonne décision...
    21
    J^; gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    J^; gudule
    Tororo, tu lis trop de livres d'horreur !
    22
    Eliza
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    Eliza
    Vivement demain !
    23
    J^; gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    J^; gudule
    Figure-toi que, préoccupée par les battements de mon petit cœur, j'avais complètement occulté cet aspect déplaisant des choses; comme quoi, les sentiments, c'est encore le meilleur bouclier contre les tracasseries administratives. Faudrait toujours s'en souvenir en temps utile !
    24
    J^; gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    J^; gudule
    ça me rappelle les fins de feuilletons radiophoniques de mon enfance : "Castor et Gudule se retrouveront-ils au bout de l'infernal voyage ? Vous le saurez dans le prochain épisode de notre grande saga d'aventure : "Les Mystères mystérieux des Imaginales d'Epinal" Tatatam !
    25
    J^; gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    J^; gudule
    Comme dan la chanson de Gilbert Bécaud : "Et pendant ce temps-là-à, la Méditerrannéé-é-e, qui se trouve à deux pas, joue avec les galé-é-é-ets..." Pfff, ça a mal vieilli !
    26
    J^; gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    J^; gudule
    Il pleut par chez toi ? Moi qui croyais que les castors aimaient l'eau !
    27
    J^; gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    J^; gudule
    Les faux bonds, c'est pour les grenouilles maladroites. Maladroite, oui, mais grenouille, non !
    28
    J^; gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    J^; gudule
    Omagad !
    29
    J^; gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    J^; gudule
    Un peu de silence, la cour de récré, la suite est arrivée !
    30
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    Pata															l
    Boite vocale + tube de dentifrice = perturbations en perspective !!
    31
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:30
    gudule
    Les équation s de l'étrange...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :