• grands moments de solitude 93 (tome 2)

     

                                                    Ras-le-bol

     

             J’ai longtemps considéré le magasin Ikéa comme un musée rempli de trésors inaccessibles. N’ayant pas les moyens de m’offrir son contenu, je me contentais de baver devant. Que de fois j’ai fantasmé sur tel meuble, tel bibelot, tel tapis, telle lampe, en les imaginant dans ma maison ! Mais seules les marchandises en solde ou défraîchies étaient à ma portée…

             Ce fut le cas ce jour-là, quand je tombai sur un lot de six bols, bradés aux « bonnes affaires ». Ils étaient fort jolis, en faïence bleue et blanche d’inspiration rustique. L’idéal pour prendre le p’tit déj’ au jardin, les matinées d’été. Enchantée, je les achète, et me hâte de les ranger dans le buffet de la cuisine, en recommandant aux enfants :

             — Vous y faites gaffe, n’est-ce pas ! Il n’y rien de plus moche que des bols ébréchés.

             Dès le lendemain, on les inaugure. Je ne me lasse pas de les admirer ni de caresser leurs flancs bombés. Boire le café au lait dans ces merveilles me remplit d’aise ; le repas me semble dix fois meilleur que d’habitude.

             Dans l’heure qui suit, une dispute éclate entre Alex et moi. La cause ? Je ne m’en souviens plus. Une broutille, sans doute. Mais ça s’envenime, le ton monte, on s’abreuve l’un l’autre de reproches injustifiés. Et on en viendrait même aux mains si je n’avais soudain une idée de génie pour couper court à l’escalade. Saisissant la pile de bols neufs, je les fracasse calmement, l’un après l’autre, sur le pavé. Le résultat est immédiat. La stupeur pétrifie Alex, et mon action d’éclat (!) me calme instantanément.

             L’orage passé, on se regarde comme des cons. Alex éclate de rire, et moi, je fonds en larmes

             Tandis que je balaie le sol en reniflant, mon mari ramasse un débris de faïence qu’il scotche sur le mur, avec la date et un « bravo ! » narquois, assorti de trois points d’exclamation. Puis, sans un mot, il monte dans sa voiture et, une heure plus tard, me rapporte six bols, tout pareils aux premiers.

            

             Cette fois, nous sommes bel et bien réconciliés.

     

    « grands moments de solitude 92 (tome 2)grands moments de solitude 94 (tome 2) »

  • Commentaires

    1
    Yunette
    Mercredi 26 Août 2015 à 11:27
    Bien joué ^^
    2
    Mercredi 26 Août 2015 à 15:45

    Gudule nous joue le bol héros de Ravel.

    3
    Luna
    Jeudi 27 Août 2015 à 15:44

    Si c'est pas meugnon, ça, comme scène de ménage. Moi, si je casse un bol sur un coup de sang, autant vous dire que je m'assois dessus et puis c'est marre. C'est pas ma douce moitié qui aurait l'idée de m'en dégotter un autre (ou alors genre dix ans plus tard, quand j'aurai pleuré toutes les larmes de mon corps et tout oublié de l'histoire) (ceci dit, le jour où je pleurerai pour un bol n'est pas encore né, je n'ai pas le petit coeur tendre de Gudule...)

    4
    Jeudi 27 Août 2015 à 15:48

    Tu n'as pas non plus les petites fesses tendres de Gudule, parce que s'asseoir sur un bol cassé, moi je dis...

    5
    Luna
    Jeudi 27 Août 2015 à 15:58

    Moi chuis indestructible, je m'assois sur tout et n'importe quoi sans peur et sans reproche (mais si je ne veux pas aussi m'asseoir sur ma paie, faut que je retourne bosser)

    6
    Jeudi 27 Août 2015 à 16:01

    Ceci dit, notre rapport à la vaisselle a l'air d'être fichtrement semblable.

    7
    Mardi 1er Septembre 2015 à 19:49

    Lol, donc dans certaines familles on ne fait pas que laver du linge sale, il arrive aussi de casser de la vaisselle ensemble :)

    8
    Mardi 1er Septembre 2015 à 23:20

    On ne peut pas dire qu'il y a un manque de bol.

     

    *... j'arrive pas à croire que j'ai fait ce jeu de mots à la con*

    9
    Mardi 1er Septembre 2015 à 23:46

    Oh, ça va Castor, n'aie pas honte, il n'y a pas trop de bêtises dans ton propos : c'est pas le bol aux niaises ton comm...

    (j'arrive pas à croire non plus que je viens de commettre ça !)

    10
    Mardi 1er Septembre 2015 à 23:57

    Pata, vous êtes exclue de l'établissement, huhu.

    11
    Mercredi 2 Septembre 2015 à 00:04

    Même si je verse mon obole ou ma larmichette ?

    Pffff, c'trop injuste ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :