• GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 80

    Le défiguré

      Décembre 1987. Pour les dix ans de Mélanie, nous décidons, Sylvain et moi, de lui offrir un chien. J’y mets, cependant, une condition expresse : comme nous vivons dans un petit appartement, il ne doit pas être plus gros qu’un chat. Nous voilà donc partis pour la S.P.A., car ce chien, il n’est pas question de l’acheter. Nous sommes, l’un comme l’autre, opposé au commerce des animaux. En revanche, récupérer une bête abandonnée et lui donner une seconde chance nous plaît beaucoup.

             Après avoir erré  des heure durant dans une banlieue inhospitalière, nous finissons par aboutir au refuge, dix minutes avant la fermeture. Qu’à cela ne tienne : nous longeons les cages au pas de course. Des aboiements poignants s’élèvent sur notre passage. Hélas, ils appartiennent tous à des molosses.

             — Si c’est un petit chien que vous cherchez, nous n’en avons pas en ce moment, nous signale le gardien, pressé de s’en aller.

             Soudain j’aperçois, terrée au fond d’une cage, une silhouette minuscule, frêle et grelottante, pourvue de deux oreilles immenses.

             — Et ça ?

             — Lui, c’est un peu particulier. Vous voulez le voir ?

             Il l’attrape et me le fourre dans les bras. Je m’extasie :

             — Oh, regarde, Sylvain, on dirait un fennec ! Il est tout jeune, non ?

             — Deux ans, dit le gardien, mais...

             Il lui prend la tête et la tourne.

             — ... y a un hic.

             Je manque de tomber à la renverse. Si le « fennec » a une mignonne petite gueule du côté droit, du gauche, il est défiguré. Une espèce de sourire éternel dévoile sa dentition presque jusqu’à l’oreille, et tout autour, c’est à vif, boursouflé, et ça suinte.

             — Il s’est brûlé en rongeant un fil électrique, nous explique le gardien. C’était une bête de concours, avant... On l’a retrouvé à moitié mort dans une poubelle, on l’a opéré, soigné, mais personne n’en veut. Il va falloir l’euthanasier.

             D’une même voix nous nous écrions :

             — Non, non, on le prend !

             Sur le chemin du retour, on est bien embêtés. Drôle de cadeau, quand même. Un machin tout moisi...

             — Je me demande comment Mélanie va réagir, s’inquiète Sylvain. Qu’est-ce qu’on fait si elle en a peur ? On ne peut quand même pas le ramener.

             Et moi, dans le trente-sixième dessous :

             — Je crois qu’on s’est trop précipités, avec ce type qui nous mettait la pression... On aurait dû se donner le temps de réfléchir !

             Trop tard, hélas. Mélanie nous attend sur le pas de la porte, elle trépigne d’impatience. C’est presque en s’excusant qu’on lui offre son cadeau. 

             — Oh, il est génial ! s’écrie-t-elle, ravie. On dirait un effet spécial de film d’horreur. J’adooore ! Je vais l’appeller Freddy. Tu viens, Freddy ?

             Entre ces deux-là, une belle histoire d’amour commence.

     

    « GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 79GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 81 »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 7 Mars 2012 à 09:18
    benoît barvin
    Jolie histoire... Il ne jamais oublier d'où nous venons, de ce petit territoire de l'enfance où Lewis Carroll nous amusait - en nous terrifiant - avec ces "non anniversaires" un rien dingos, avec ces bébés porcins, avec, surtout, cette reine qui voulait couper les têtes... Celle des adultes que nous sommes devenus, peut-être? Ecrire, c'est avant tout se rebrancher sur cet état et faire comme éric chevillard, par exemple, qui regarde ses filles avec les yeux éblouis d'un imaginaire sans cesse renouvelé...
    2
    Mercredi 7 Mars 2012 à 09:25
    Boulet
    Huhu connaissant Mélanie, je n'ai pas douté une seconde ! ♥
    3
    Mercredi 7 Mars 2012 à 14:15
    Castor tillon
    Très mignon. Les animaux estropiés, ça peut rebuter les adultes, mais pas les enfants, comme j'ai pu le constater avec ma fille et ses petits (et grands) protégés.
    4
    Mercredi 7 Mars 2012 à 14:51
    Castor tillon
    Euh... amour immodéré des animaux, des histoires d'horreur, de la bande dessinée et des bouquins en général... Oui, je crois qu'on peut dire ça !
    5
    Jeudi 8 Mars 2012 à 23:05
    Lunatik
    Mais mais mais ... Je le reconnais : c'est le chien qui rit, en chair et en os.
    6
    Vendredi 9 Mars 2012 à 11:05
    Lunatik
    Alors la vivisection c'est par ici : http://lunatik-labyrinthe.blogspot.com/2010/11/la-vivisection-pour-tous-et-toutes.html
    Et je te mets aussi en lien deux nouvelles très courtes, sur le même blog, d'un ami de plume qui jongle avec l'horreur, l'humour et la syntaxe comme personne : http://lunatik-labyrinthe.blogspot.com/2011/06/tortura-f.html
    Et http://lunatik-labyrinthe.blogspot.com/2010/09/lecon-damour-fou-1-tout-nest-il-que.html

    Au passage : j'ai trouvé sympa l'idée d'un "Entretien" en fin de recueil, dans Mémoires d'une aveugle, ainsi que des quelques lignes d'intro pour chaque nouvelle... mais j'ai pesté en lisant celles de Douce Nuit Sainte Nuit qui dévoilent la chute, rogntud'ju de rogntudju.
    7
    Vendredi 9 Mars 2012 à 20:18
    Lunatik
    J'espérais bien que ça te plaise, j'en suis assez fan.

    Et sinon, je ne suis pas plus Belge que moine franciscain, j'ai bien peur que mes tics de langage ne me viennent en effet de Franquin. J'habite la campagne profonde, en Auvergne.
    8
    Rakine
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:48
    Rakine
    Superbe histoire ! Merci de l'avoir partagée avec nous !
    9
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:48
    gudule
    @ Boulet : elle n'a pas changé, hein !
    @ Benoît : quel lyrisme, ce matin, cher frère. Mais je suis cent pour cent d'accord avec vous. Pourquoi croyez-vous que j'écris des livres pour la jeunesse ?
    10
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:48
    gudule
    J'ai l'impression que ta fille est un peu le genre de la mienne. Je me trompe ?
    11
    Odomar
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:48
    Odomar
    Trop émouvant.

    Bisous à Mélanie, dis-lui que je l'aime !
    12
    Eliza
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:48
    Eliza
    Quelle jolie histoire :)
    Cela fait plaisir, les récits qui se finissent bien.
    13
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:48
    gudule
    @ Eliza : moi aussi. Celle-là a duré huit ans, jusqu'à la mort accidentelle de Freddy (mais comme ça, ça finit mal, je n'en parlerai pas)

    @ Odomar : Je lui transmets. ça lui fera plaisir.
    14
    Nadège
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:48
    Nadège
    Il y a 5 ans, ma mère était d'accord pour qu'on adopte un chien de petite taille (appartement, transports etc)



    *Sifflotte*
    15
    Nadege
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:48
    Nadege
    Oubli : http://img11.hostingpics.net/pics/321277P1010021.jpg
    16
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:48
    gudule
    Euh... Ces deux gros toutou, c'est ton "chien de petite taille" ? Ah la la, les mères...
    17
    Nadège
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:48
    Nadège
    "Ah lala, les filles qui craquent sur chaque toutou maltraité qu'elles croisent surtout" :D
    18
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:48
    gudule
    Normal, non ?
    19
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:48
    gudule
    Ho, Lunatik, je pensais justement à toi ! Tu pourrais me renvoyer l'adresse de ton site ? J'ai envie de relire ton histoire de prince charmant.
    Oui, oui, c'est bien le chien qui rit. Et tiens, tu le retrouveras dans ma chronique d'aujourd'hui. Bises.
    20
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:48
    gudule
    Oh, pinaise ! En voulant faire la maline, j'ai involontairement révélé la fin. Honte sur moi jusqu'à la quinzième génération, rontudju ! (Castor n'a pas répondu à ma chtite question : vous êtes de Bruxelles, voui ou non ? Passque des rontudju de rontudju, ça me rappelle vaguement quelque chose... A moins que Franquin ait encore sévi, de là où il est ? )
    21
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:48
    gudule
    @ Lunatik après lecture : c'est insoutenable... et excellent !
    22
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:48
    gudule
    Tu vois ce que c'est, d'avoir de mauvaises lectures ! Tu passes pour une Belge... Si c'est pas malheureux !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :