• grands moments de solitude 63 (tome 2)

                                       Quand je pense à Fernande (ter)


             La même encore, quinze ans plus tard.

             Mariée avec un chirurgien esthétique, elle rentre de vacances dans une forme éblouissante.

             — Tu es vraiment en beauté, remarque une aide-soignante.
                         Et elle, radieuse :

               — C’est grâce à mon mari. Il est doué, tu sais.

               — Qu’est-ce qu’il t’a fait ? 

             Geste adorable de lisser ses traits, mais si discret qu’on le remarque à peine.

             — Il m’a tirée de partout !

     

    « grands moments de solitude 62 (tome 2)grands moments de solitude 64 (tome 2) »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 13 Août 2014 à 22:09
    Castor tillon
    Et le chirurgien tira lisse au pays des merveilles.
    2
    Jeudi 14 Août 2014 à 05:17
    Gudule
    ce sera répété à qui de droit !
    3
    Mercredi 20 Août 2014 à 13:33
    Pata
    Ah, les vices Caroll, euh Castor pardon !

    Y'a que ça qui maintienne en bonne santé, surtout çui-là :)
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :