• grands moments de solitude 62 (tome 2)

                 Quand je pense à Fernande… (bis)


     La même infirmière, aux prises avec un pansement récalcitrant, interpelle un de ses collègues, plus doué qu’elle en la matière :

             — Dis donc, Louis, toi qui bandes si bien, tu ne veux pas me filer un coup de main ?

    Elle n’a compris que plus tard l’éclat de rire général.

    « grands moments de solitude 61 (tome 2)grands moments de solitude 63 (tome 2) »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 13 Août 2014 à 02:10
    Castor tillon
    On fait appel à des hommes de main pour bander, à présent. Rien ne nous sera épargné.
    2
    Mercredi 13 Août 2014 à 05:29
    Gudule
    Nous eussions pu faire appel à des hommes de pied, remarque. Son pas mal doués, ceux-là aussi.
    3
    Mercredi 13 Août 2014 à 06:33
    Tororo
    Hahaha! Il ment debout! Il m'a fallu un petit moment pour comprendre.
    4
    Mercredi 13 Août 2014 à 06:49
    Gudule
    Moi aussi, mais je connais l'esprit retors de Castor ; avec lui, je m'attends toujours au pire
    5
    Mercredi 13 Août 2014 à 10:29
    Castor tillon
    HA HA ! Castour, le retors ! Je vous y prends !
    6
    Mercredi 13 Août 2014 à 10:53
    Gudule
    Ouf ! Tu n'as pas écrit : "Casstrou" !J'ai eu peur...
    7
    Mercredi 13 Août 2014 à 10:55
    Castor tillon
    Nan, mais de retour quand même : je suis le fidèle Casstrou.
    8
    Mercredi 13 Août 2014 à 18:24
    Gudule
    infréquentable !
    9
    Mercredi 20 Août 2014 à 13:32
    Pata
    C'est chouette d'avoir une ingénue comme collègue :)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :