• GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 62

    Jardin secret

      Une petite dernière sur le sujet avant de l’enterrer définitivement. Suite au scandale provoqué par l’œuvre « sulfureuse » (sic) de ma tante, maman me dit entre quatre-z-yeux :

             — Jure-moi de ne jamais écrire de livres immoraux.

             Comme elle semblait y tenir, je m’y engageai solennellement. D’autant que je ne courais pas grand risque : par « immoraux », elle entendait sans doute « style Bernadette ».

             Je tins, en quelque sorte, parole. Jamais aucun de mes romans ne ressembla, de près ou de loin, à celui de mon auguste prédécesseuse. Même les plus anodins furent cent fois, mille fois pires...

             Quand parurent mes premiers ouvrages pour adultes, je me fis un point d’honneur de les passer à mon père. En lui recommandant toutefois :

             — Ne les montre pas à maman, elle n’apprécierait pas.

             Il approuva gravement. Je venais, sans le savoir, de lui faire un magnifique cadeau. Lui qui n’avait jamais eu de secret pour sa femme fut tout émoustillé par notre complicité. Ça lui donna un peu l’impression de la tromper, mais pour la bonne cause. Il prit la décision de ne lire mes livres qu’aux toilettes, où il leur aménagea une petite cachette derrière la chasse d’eau. J’eus peu de commentaires sur leur contenu —  apte, pourtant, à susciter sa saine indignation — et ses seules critiques concernèrent la syntaxe.

             Au bout de quelques années, il me les rendit.

             — S’il m’arrivait quelque chose, je ne voudrais pas que ta mère tombe dessus, m’expliqua-t-il.

             Je repris donc les six volumes en sa possession, et, du coup,  cessai d’être — en ce qui le concernait, du moins — un écrivain de chiotte.


    « GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 61GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 63 »

  • Commentaires

    1
    Samedi 18 Février 2012 à 08:36
    benoît barvin
    ... mais écrivain tout court...
    2
    Samedi 18 Février 2012 à 18:22
    Castor tillon
    C'est une chouette histoire. Papa aussi t'a fait un grand cadeau en ne te vouant pas aux gémonies, compte tenu de son rigorisme.
    Mais je trouve triste que ta mère n'ait jamais lu ce que tu écrivais pour les adultes. C'est un truc qui doit faire saigner un ptit coeur d'écrivain, ça.
    3
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:49
    gudule
    et écrivain lève-tôt, tout comme vous, cher frère !
    4
    Odomar
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:49
    Odomar
    Eh ! ce n'est pas si mal ! On pourrait même dire que c'est un titre de gloire.

    Pour ma part j'ai été sélectif dans ce domaine. Parmi les livres signés de mon nom, il y en a certains que j'ai envoyés à mes parents, d'autres non. Pour "Le sexe à l'écran" je leur ai dit "Celui-là n'est pas pour vous". Ils n'ont pas protesté. J'avais inversé la situation puisque, quand j'étais enfant, c'est eux qui me disaient "celui-là n'est pas pour toi".
    5
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:49
    gudule
    Nous avons eu le même genre d'éducation, et un résultat assez similaire, finalement. Quoique... des parents acceptent plus facilement les cochonneries écrites par leur fils que par leur fille. Tout le monde sait que "les garçons sont cochons" tandis que "les filles sont gentilles". Hélas.
    6
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:49
    gudule
    Bof, non, elle n'aurait pas compris et ça l'aurait vraiment choquée. En revanche, tante Bernadette aimait beaucoup mes livres, et en particulier "Amazonie sur Seine".
    7
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:49
    gudule
    Non mais attends, mon travail, elle l'a reconnu des années plus tard, quand elle est passée chez Hachette. J'avais à l'époque une bonne cinquantaine de bouquins "en activité" dans cette maison d'édition, dont trois gros succès ! Là, elle ne pouvait plus rien contre moi. Mais lors de notre première rencontre, j'étais une débutante fragile et pas sûre d'elle. J'aurais très bien pu mettre la clé sous la porte, après ça. Je connais des auteurs qui l'ont fait !
    8
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:49
    gudule
    Oups, flûte, je me suis trompée d'article. Cette réponse conernait un commentaire de "Grands moments de solitude 63". Fichue distraction !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :