• grands moments de solitude 60 (tome 2)

     

                                                        La dédicace

     

    Je cherchais désespérément un titre pour le troisième volet de ma Ménopause des fées lorsque Barbara eut un trait de génie.

             — Si tu l’intitulais « La nuit des porcs vivants » ? suggéra-t-elle.

             Histoire de la remercier de sa collaboration, je lui dédiai le livre en termes volontairement ambigus : A Barbara, rousse amazone, et à sa Source merveilleuse. Comme prévu, les lecteurs tombèrent dans le panneau et l’on me demanda si j’avais viré ma cuti. Le malentendu était bien trop joli pour que je le dissipe ; je me gardai donc de préciser que Barbara était ma petite-fille, qu’elle faisait de l’équitation et que Source était sa jument favorite.

            

    « grands moments de solitude 59 (tome 2)grands moments de solitude 61 (tome 2) »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 23 Juillet 2015 à 04:50

    Pour la jument, c'était la nuit des mors vivants.

    Pff.

    Grand-mère et petite-fille ont une finesse d'esprit que je leur envie.

    2
    Jeudi 23 Juillet 2015 à 04:53

    Et encore, j'ai pas parlé du breton qui a joué dans la nuit des morts bihans.

    3
    Yunette
    Jeudi 23 Juillet 2015 à 10:40
    Il a joué au golfe, cette nuit là, ton breton ? Il s'était mis bihan tête !
    ...
    Bon, je mor'tire de cette conversation, je dis n'importe quoi.
    4
    Luna
    Jeudi 23 Juillet 2015 à 13:06

    Je ne vous suivrai pas sur cette pente savonneuse, les mecs. Z'êtes trop forts en conneritudes pour moi.

    5
    Jeudi 23 Juillet 2015 à 19:26

    Ma Luna d'enfer, tu te sous-estimes.

    6
    Samedi 1er Août 2015 à 14:08
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :