• grands moments de solitude 56 (tome 2)

                       Mon cancer s’appelle Guillaume

     

    Le jour où un médecin me parla de mon « gliome » ­, je compris « Guillaume » et lui fis répéter. La tumeur qui croissait dans ma tête avait donc un nom… Du coup, je  pris l’habitude de lui parler, non comme à un parasite anonyme, mais à un être issu de ma chair — voire de mon imagination — qui se nourrissait de ma substance  au même titre qu’un fœtus ou un ver solitaire. Parfois, je le menaçais mentalement : « Tiens-toi tranquille, Guillaume,  sinon je te coupe les vivres ! » Ou je tentais de l’amadouer : «  Allez, sois sympa, reste dans ton coin et fais-toi oublier ! »

             J’avais, bien entendu, vu Le Bruit des glaçons  de Bertrand Blier, ce pur chef d’œuvre d’humour noir, où Albert Dupontel sonne à la porte de Jean Dujardin pour lui annoncer avec un grand sourire : « Bonjour, je suis votre cancer !  À partir de maintenant, je ne vous quitte plus. » Cette approche décalée m’avait enthousiasmée, bien avant que je ne me sente moi-même concernée.

             Par la suite, je revis le film à plusieurs reprises, et toujours avec autant de plaisir, jusqu’au jour où, en plein après-midi, mon téléphone sonna…

             — Allo, c’est Guillaume, fit une voix primesautière que, dans un premier temps, je n’identifiai pas.

             Le souffle coupé par la surprise, je bredouillai :

    — Qui… qui ça ?

             Il s’agissait, en fait, d’un vieux copain perdu de vue depuis des années, qui avait retrouvé ma trace par Internet.

             — Non mais ça va pas, de me faire des peurs pareilles ? soufflai-je, hors de moi.

             Ma réaction le désarçonna.

             Mais bon, c’était sa faute, aussi. Il n’aurait pas pu s’appeler Philippe ou Jean-Pierre, comme tout le monde ?

            

            

    « grands moments de solitude 55 (tome 2)grands moments de solitude 57 (tome 2) »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 7 Août 2014 à 01:11
    Annie GH
    Là, j'ai le cœur noué…
    2
    Vendredi 8 Août 2014 à 08:27
    Joëlle
    Excellent, comme d'hab. A part le "Jean-Pierre, comme tout le monde..." qui me peine un peu. :-))))
    3
    Vendredi 8 Août 2014 à 10:35
    Gudule
    On peut mettre "Jean-Michel", si tu préfères
    4
    Samedi 9 Août 2014 à 23:12
    Castor tillon
    Ou Jean-Castor. C'est très tendance, Jean-Castor.
    5
    Vendredi 15 Août 2014 à 12:34
    Pata
    Tiens, il m'est familier, le début de ton anecdote, le gliome Guillaume....

    J'ai déjà du le lire dans un de tes précédents texte, ce qui explique cette résonance familière...
    6
    Vendredi 15 Août 2014 à 14:47
    Gudule
    voui, dans "Le bel été", mais juste les deux phrases du début. La suite est différente
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :