• grands moments de solitude 43 (tome 2)

                                           Mensonge d’une nuit d’été

     

             Rien n’allait plus, entre Alex et moi. Après une quinzaine d’années de vie commune, la routine, les petits désaccords et les problèmes de fric avaient eu raison de notre amour.  Du coup, j’étais en manque, et compensais mes frustrations en rêvassant comme une ado.

             Cet été-là, invités par des amis qui vivaient dans les Cévennes, nous logions sous la tente au beau milieu d’un bois. Or, pure coïncidence, nos hôtes traversaient, eux aussi, une crise de couple, de sorte que Jérôme, bûcheron de son état, fuyant le domicile conjugal, s’était aménagé un logement sommaire dans la petite cabane où il rangeait ses outils. Il n’en fallait pas plus pour que mon imagination galope… Mettez-vous un instant à ma place : Alex dormait, moi pas. Assise devant la tente, je fumais en écoutant les murmures de la nuit et,  telle Lady Chatterley,  émoustillée par le brame d’un garde-chasse en rut, j’imaginais Jérôme avec son torse brun, ses épaules musclées, sa barbe de trois jours, tournant dans sa cabane comme un lion en cage. Si on ajoute à ça les lueurs de la pleine lune qui filtraient entre les branchages, le chant des grenouilles dans l’étang voisin,  et le hululement feutré des hiboux, rien ne manque au décor. Rien… sauf les protagonistes :  la lady Chatterley à la petite semaine (c’est-à-dire moi) et le bel animal qui faisait battre son cœur.

             Il fallait sans tarder réparer cette lacune. Perdant toute retenue, je me glissai furtivement dans la végétation pour gagner à pas de loup la clairière de l’esseulé. 

             Par chance, une lanterne suspendue à un arbre m’en indiquait l’emplacement  (sans quoi, je me serais sûrement perdue dans le noir). Se trouvait-elle là à mon intention ? Je me plus à le supposer. 

             « Jérôme a-t-il deviné mes sentiments ? me demandais-je, en proie à un émoi qui allait crescendo. Les partage-t-il ? Attend-il ma visite dans la fièvre du désir, prêt à m’ouvrir les bras dès que j’apparaîtrai ? »

               J’en frissonnais d’avance, m’efforçant de zapper la somme d’emmerdements à laquelle  m’exposerait cette escapade nocturne si elle venait à se savoir.  (Alex était jaloux et la femme de Jérôme, encore plus).

             Parvenue au terme du périple, j’hésitai longuement. Que faire ? Suivre mon impulsion et gratter à la porte, quitte à bousiller deux ménages ? Ou attendre sagement le lever du jour pour regagner ma tente, sans m’être livrée à de folles débauches ?

             Le dilemme fut cruel, les tergiversations nombreuses et virulentes, mais au terme d’un combat douloureux, le bon sens triompha. L’aube me trouva couchée auprès de mon mari .

             — Vous avez bien dormi ? s’enquit Jérôme, en nous apportant le café. Moi, je n’ai pas fermé l’œil : une bête a rôdé autour de ma cabane la moitié de la nuit. J’ai même failli lui tirer dessus, parce que les sangliers pullulent, dans le coin, et un cuissot au barbecue, miam ! Mais quand je suis sorti, elle avait disparu. Tant mieux pour vous, remarquez : les coups de feu vous auraient certainement réveillés !

     

             Nom de nom, un peu plus, je prenais du plomb dans la cervelle !

    « grands moments de solitude 42 (tome 2)grands moments de solitude 44 (tome 2) »

  • Commentaires

    1
    map
    Jeudi 24 Juillet 2014 à 22:47
    map
    Je viens de découvrir, je viens de rire, et je reviendrai par ici ! :)
    2
    Vendredi 25 Juillet 2014 à 01:23
    Gudule
    yesss !
    3
    Vendredi 25 Juillet 2014 à 15:18
    Tororo
    Ouf! On a eu chaud.
    Une Gudule avec du plomb dans la cervelle, ce ne serait pas notre Gudule.
    4
    Samedi 26 Juillet 2014 à 01:21
    Annie GH
    Ah la vie rurale !!!
    5
    Samedi 26 Juillet 2014 à 01:55
    Gudule
    ... et l'amour bucolique !
    6
    Samedi 26 Juillet 2014 à 02:08
    Castor tillon
    Oui, ces petits hôtels à deux balles, on y dort mal, et c'est le coup de fusil.
    7
    Samedi 26 Juillet 2014 à 02:23
    Gudule
    Ah, merci, Tororo ! toi au moins tu me comprends.
    @ Castor : t
    8
    Samedi 26 Juillet 2014 à 02:24
    Gudule
    @ Castor : tu parles de ces hôtels où on va juste tirer un coup ?
    9
    Samedi 26 Juillet 2014 à 02:32
    Castor tillon
    Un coup, et deux balles, voui.
    10
    Samedi 26 Juillet 2014 à 10:10
    Gudule
    Hou ! ça devient chaud !
    11
    Samedi 9 Août 2014 à 09:05
    Pata
    Comme quoi hein, la vertu peut être salvatrice !!!
    12
    Mélanie
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:23
    Mélanie
    Mais c'est pas possib' HAHAHA
    13
    Mardi 24 Mars 2015 à 19:16

    J'aime bien en fait, remonter la piste des comms, on y croise des rires sympathiques ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :