• grands moments de solitude 199 (tome2)

                                                                                 Euthanasie

     

             Elles s’étaient toutes mobilisées, à l’appel d’Alphonsa Fréhel : les malades, les encore bien portantes, les handicapées, les toujours valides, les super-déglinguées, les aux trois-quart pourrites et les  moitié en vrac. Bref les pensionnaires du « Marais », maison de retraite forestière destinée aux Tarnaises d’un âge vénérable.

             — Nos petits-enfants ne sont pas de la chair à grenade, qu’elle gueulait, l’Alphonsa, en brandissant sa canne.  Mieux vaut que ce soit nous qui allions au casse-pipe plutôt que cette belle jeunesse dont  nos représentants  piétinent l’avenir !

             La réplique fusa, portée par la voix rauque de la grande Matriochka :

             — C’est de ta faute, aussi ! A force de gâter ton satané Thierry, voilà ce que tu en as fait : un politicard véreux qui, non content d’escroquer ses administrés, s’offre des tueurs fous aux frais de la princesse.

             Sous l’accusation (qu’en toute honnêteté, elle estimait fondée), Alphonsa baissa la tête. C’était vrai qu’en dépit d’une carrière fulgurante, son fils était resté le vilain garnement qui payait sa « milice » de petits voyous hargneux avec les chewing-gums piqués au bar-tabac de la station-service.

             Ce fut le timbre de basson de la grosse Louisette qui mit fin au débat.

             — Et le tien, de morveux, hein, l’Espingouince ? éructa-t-elle. Parlons-en un peu ! Un petit péteux  bien propre et bien coiffé, qui essayait toujours d’en remontrer aux adultes. « Je veux devenir président à la place du président ! » qu’il gueulait sur les toits. Ne viens pas nous dire qu’il n’est pour rien dans cette affaire de bavures crapuleuses, même s’il cache bien son jeu  !

             Ayant rappelé ses congénères à l’ordre, Alphonsa Fréhel  les harangua comme elle savait si bien le faire :

             —Mesdames, mesdames ! Si nous agissions au lieu de nous chamailler ? N’oublions pas le but de notre mission sacrée !

             Ce dernier argument mit tout le monde d’accord et la cohorte d’éclopées s’ébranla, dans le fracas saccadé des déambulateurs. 

             Dehors, il faisait bon. C’était l’une de ces nuits d’automne au ciel tourmenté mais clément, qu’illuminait la lune, posée sur l’horizon tel un fruit duveteux dans un panier d’osier. Or cette nuit n’était pas calme comme elle aurait dû l’être, dans la tendre zone marécageuse, mais troublée par des bruits d’armes à feu, des éructations et des fracas de bottes.  Par  une fuite précipitée aussi : celle d’une quinzaine de jeunes poursuivis par les hommes en armes pour quelque délit mineur.

             — Les voilà,  dit Alphonsa Fréhel, en indiquant du doigt la meute en uniforme. Regardez, ils vont encore commettre des dégâts et accuser les gosses à leur place.

             Ni une ni deux, elle fit pivoter son fauteuil roulant en direction des prédateurs humains puis, parvenue à leur hauteur :

             —Thierry ! l’entendit-on appeler.

             Toutes les têtes se tournèrent dans sa direction, et en particulier celle du chef de la troupe devant lequel elle se planta :

             — Ma… maman… Mais que…? ânonna ce dernier, médusé de surprise.

             Une paire de gifles lui coupa la parole.

             — Voilà ce que j’aurais dû faire bien plus tôt ! ajouta la vieille femme en lui abattant sa canne sur le dos. Arrête immédiatement tes imbécilités, petit con,  ou je double la dose !

             Réflexe conditionné : voyant son chef aux prises avec les forces ennemies, la milice aussitôt chargea. Les vieilles aussi. Non sans avoir, au préalable corrigé d’importance qui son arrière-neveu, qui son petit-cousin, qui la chair de sa chair, qui le fruit de ses entrailles.

             Face  aux fusils brandis, les ancêtres s’étaient dépoitraillées, offrant à la vue de leurs descendants les appâts surannés dont ils étaient issus. Et de les engueuler copieusement :

             — Sales gamins, galopins, galapiats, graine de voyous, petites frappes ! Et ça veut commander, ça se prend pour des hommes, et tout ce que c’est capable de faire, c’est assassiner des mioches et des grands-mères !

             —Allez-y, tirez ! hurlaient les Louisette, les Suzon, les Léonce, les Anna-Maria.  Montrez votre courage ! Toi, Robert,  à qui j’ai refusé un fusil de chasse pour tes 13 ans — sachant le mauvais usage que tu en ferais —, vas-y, tue-moi, venge-toi !et toi, Louis, et toi, Marcel, et toi, André c’est le moment ou jamais de régler vos comptes !

             Sous la pression des corps flétris qui se ruaient sauvagement vers eux, les miliciens, pris de panique, actionnèrent les gâchettes. Puis, hallucinés par l’amas de cadavres sanglants qui jonchait le sol, nombre d’entre eux éclatèrent en sanglots.

             Des « pardon mamie, pardon tata » trouèrent la nuit et, plus fort que ces cris surgis du fond de l’enfance, l’on put ouïr les meuglements de repentir de Thierry, l’élu responsable du déploiement policier, appelant sa maman  tout en frottant ses côtes endolories.

              Ce fut la voix d’Alphonsa Fréhel qui mit un point final à l’atroce aventure :  

             — Mission accomplie, les filles ! On l’a eue, notre euthanasie ! Ce que nous refusait l’administration,  soucieuse des lois de la république, les militaires s’en sont chargés. Illégalement,bien bien sûr, mais ils n’en sont pas à ça près. Nous les avons si mal élevés ! Allez, on peut partir en paix, et fières de notre mort – c’est une belle leçon  posthume, je trouve. Espérons que, cette fois, elle portera ses fruits, et que nos fils indignes cesseront de saccager la nature que nous leur avons léguée et de dégommer ceux qui la défendent !

     

    « grands moments de solitude 181 (tome 2)grands moments de solitude 195 (tome 2) »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 1er Janvier 2015 à 11:38

    un petit conte inspiré par l'actualité ( merci Alphonsa ! la vérité sort toujours de la bouche des grands-mères.

    )

    2
    Jeudi 1er Janvier 2015 à 13:49
    Tororo

    Que cette histoire de réflexes conditionnés ne nous fasse pas dédaigner de nous souhaiter une bonne année.

    3
    Jeudi 1er Janvier 2015 à 18:50

    euh, c'est obligé de souhaiter? perso, à part me sentir mieux, j'ai rien à souhaiter et j'envie tous ceux qui peuvent se permettre d'émettre des voeux dérisoires qui ne reposent pas sur une réalité quotidienne insupportable !

    4
    Vendredi 2 Janvier 2015 à 08:01
    Tororo

    Alors souhaitons-nous de nous sentir mieux, et tous les jours si possible.

    5
    Samedi 3 Janvier 2015 à 18:55

    M'enfin, Gudule ! T'as rempilé chez les anarchistes ?
    Bonne année, Tororo ! Bonne année, Gudule ! Bonne année, les lecteurs du blog !

    6
    Samedi 3 Janvier 2015 à 18:56

    Merci, Tororo (rempilé, bien sûr ! les mémécréantes, c'est assez mon trip !) Quant à me sentir mieux, c'est sûrement pas pour tout de suite, hélas ! Désolée si je suis un peu désagréable avec vous, mes chers internautes, mais bon, l'an 2015 ne se présente pas sous les meilleurs augures.

    7
    Samedi 3 Janvier 2015 à 18:58

    Soyez tous heureux, et toi en particulier, Tororo !

    8
    Dimanche 4 Janvier 2015 à 16:42

    Avec un Castor pas si défraichi à tes côtés, 2015 sera belle !

    Je le souhaite en tout cas...

     

    Bisous tout plein, mémécrivaine ! :p

    9
    Dimanche 4 Janvier 2015 à 20:01

    hi, hi, Yunette : en général, je me traite plutôt de mémécréante, mais mémécrivaine, ça me botte aussi !

    et le Castor il est tout frais comme un gardon ! alors, forcément, l'an neuf à ses côtés c'est follement jubilatoire. Vive lui!!

     

     

     

    10
    Dimanche 4 Janvier 2015 à 21:40

    Hein ?! Pas si défraîchi ? Que vient faire ce "si" céans ?

    Le Gaston il est tout frais comme un quart d'heure ! Et Gudule et moi on a un jubilé à fêter, alors on jubile.

    11
    Dimanche 4 Janvier 2015 à 23:05

    Si moins défraichi tu étais, tu n'aurais pas omis de répondre à un de mes commentaires (ne me demande pas où, j'ai la flemme de chercher :D ), or, constant qu'à la trappe il s'est cassé, j'en ai conclu que tes yeux n'avaient plus toute leur jeunesse...

    (ou l'art subtil de relancer un vieux machin (et non, là je ne cause pas de toi !) )

     

    Gudule, il divague, dit nawak, c'est pas de la fraicheur, c'est qu'il gagate ! (M'enfin, les jeunesses éternelles, hein, z'en aurez encore plein des jubilés à fêter ! Z'avez intérêt, bordel de merde !)

    12
    Lundi 5 Janvier 2015 à 09:16

    mais mais mais, le premier qui critique mon sublime Castor, j'y cabosse allègrement la margoulette, qu'on se le dise !

     

    13
    Lundi 5 Janvier 2015 à 09:19

    constatant* évidemment.

    Je ne critique pas, voyons ! Je constate ! Non mais ! :D

    14
    Lundi 5 Janvier 2015 à 09:31

    Yunette, défense d'interrompre nos jubilations mutuelles et réciproques par des "si" inappropriés !

    15
    Lundi 5 Janvier 2015 à 09:34

    "Sublime Castor" ! Rrron rron rrronnn... Que c'est bon ! encore !

    16
    Lundi 5 Janvier 2015 à 09:44

    je corrige, Castor, "sublissime", et ce n'est pas de la flagornerie !

    17
    Lundi 5 Janvier 2015 à 09:50

    Il est si sublime qu'il m'éblouit, ton Castor ! Si jeune encore, si frétillant ! Si... parfaitement parfait ! Si ascendant de Luna (et rien que ça, c'est pas rien ! ) Si... Il est si lui que mes si en sont tout déroutés !

    18
    Mardi 6 Janvier 2015 à 18:04

    forcément,quel homme n'est pas parfait  vu dans es yeux d'une femme amoureuse ?

    19
    Mardi 6 Janvier 2015 à 18:27

    ben c'pour ça que je lui trouvais des défauts alors... ;)

    20
    Mardi 6 Janvier 2015 à 19:25

    J'ai entendu !

    21
    Mercredi 7 Janvier 2015 à 10:02

    NAN, SAPRISTI , Yunette ; de défauts, point !!

    22
    Mercredi 7 Janvier 2015 à 11:03

    Que je n'arrive pas à voir sa perfection aussi bien que toi ? (vais la trouver la bonne formulation, si si !)

    23
    Mercredi 7 Janvier 2015 à 20:44

    forcément, YUNETTE, SA PERFECTION, JE LA TOUCHE DU DOIGT VINGT-QUATRE HEURES SUR VINGT-QUATRE !

    24
    Mercredi 7 Janvier 2015 à 20:47

    Hi hi ! Ça chatouille !

    25
    Mercredi 7 Janvier 2015 à 22:02
    26
    Samedi 10 Janvier 2015 à 15:57

    castor, c'est fait pour !

    27
    Mardi 25 Août 2015 à 11:46

    Font tout drôle à lire les comms ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :