• GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 197

    Rascale

              J’ai un certain don pour me faire avoir, et même un don certain. Ça devait être en 1986-87, par là. Un vendredi soir, une copine (nommons-la Rascale, ça lui va comme un gant), qui avait créé une revue publicitaire où elle employait des rédacteurs au noir, vient me trouver, affolée.

             — Faut que je paie mes gars et je n’ai plus de liquide. Tu pourrais me dépanner de cinq mille francs jusqu’à lundi ?

             Cinq mille francs ?! À l’époque, pour moi, c’est une petite fortune !

             — J’ai pas assez sur mon compte, réponds-je, à tout hasard.

             — Sois sympa, insiste-t-elle, je suis dans la merde jusqu’au cou. Ces cons m’ont posé un ultimatum : ou je leur file leur pognon, ou ils stoppent le numéro en cours. Tu imagines la tête des annonceurs ? Il ne me restera plus qu’à mettre la clé sous le paillasson.         

             Elle est si pathétique que, bon an mal an, je retire la somme au distributeur.

             Le week-end passe. Puis la semaine. Pas de nouvelles de Rascale. Au bout de quinze jours, je l’appelle.

             — Et mon fric ?

             — Désolée, répond-elle, ma comptable est formelle : on ne peut pas sortir d’argent sans facture. 

             — Comment comptes-tu me rembourser, alors ?

             — Apporte-nous tout ce que tu peux récupérer comme tickets de caisse : restaurants, matériel informatique, fournitures de bureau, documentation... Au besoin, demandes-en à tes potes. On les passera en notes de frais jusqu’à concurrence de ce qu’on te doit. 

             Me voilà bien embarrassée : des tickets de caisse en rab, j’en ai pas la queue d’un. Mon entourage non plus. Va falloir que j’achète un tas de trucs... Oui, mais quoi ? D’indispensable, je veux dire. Qui justifie de claquer à nouveau cinq mille francs.

             C’est alors qu’une idée rigolote germe dans ma cervelle. Et si je m’offrais une journée de folie ? Une journée comme je n’en ai jamais vécue ? Allez, au diable l’avarice : je casse mon Codevi et renouvelle ma garde-robe – moi qui, depuis toujours, m’habille aux Emmaüs. Puis j’emmène ma fille chez le coiffeur, la renipe, et tant qu’à faire, Sylvain aussi.

             C’est dingue ce que ça file vite, les sous, lorsqu’on se lâche. Mais bon, j’ai mes tickets.

             Quand je les apporte à Rascale, elle fronce le nez.

             — Des fringues, des pompes, le coiffeur... Tu te moques de moi ?

             — Pourquoi ?

             — J’avais dit des achats plausibles. En cas de contrôle fiscal, qu’est-ce que je donne comme explication, tu peux me le dire ? Que je me suis renipée aux frais de la princesse ? Ils vont me rire au nez, les mecs. Et je serai bonne pour un redressement mahousse !

             Bref, cette affaire m’a coûté toutes mes économies. En revanche, j’ai jamais été aussi bien sapée de toute ma vie.  


    « ZOÉ BORBORYGMELa dernière de La Zèbre... »

  • Commentaires

    1
    Mardi 28 Août 2012 à 16:31
    Tororo
    AAAAUUUUUUUGGHHH!!!!! (pardon pour cette réaction, c'est mon côté "personnage de cartoon" qui fait surface)
    2
    Mardi 28 Août 2012 à 18:29
    Castor tillon
    L'impudence de cette rascale est proprement sidérante. Si un truc comme ça m'arrive, je le prendrai à la rigolade, et pondrai un article marrant. Mais quand la victime est quelqu'un que j'aime, je perds tout mon humour.
    Je vais aller chercher mon big pot de Nutella, tiens, ça va me calmer.
    3
    Mardi 28 Août 2012 à 18:44
    Castor tillon
    J'ai AUSSI du lait concentré sucré. En boîte de 400 grammes. Consommation à la louche, exclusivement. Je m'en fous, je ne grossis pas.
    4
    Nadege
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:43
    Nadege
    Escroc un jour, escroc toujours...
    5
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:43
    Gudule
    Et escroque, c'est encore pire (parce qu'il y a "croque", dedans)
    6
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:43
    Gudule
    Cette réaction catoonesque est-elle provoquée par la lecture de la Solitude ou par les commentaires qui l'accompagnent ? That is the question !
    7
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:43
    Gudule
    Même réaction que moi, camarade ! Bienvenue au club !
    8
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:43
    Gudule
    Sauf que moi, c'est du lait concentré sucré.
    9
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:43
    Gudule
    Alors ça, ça me dégoûte ! Ma mère avait une phrase très jolie, à ce propos. Elle disait : "Moi, quand je regarde un verre d'eau, je prends trois kilos". Ben moi, c'est un peu pareil. Dès que je regarde une boîte de lait concentré sucré, je sens mes plutt-plutt qui poussent...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :