• GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 184

    L’insulte

            Olivier était le plus typé de mes trois enfants. Gamin, il ressemblait à s’y méprendre au Mowgli duLivre de Jungle. Comme nous vivions à Aubervilliers, haut-lieu d’immigration où sévissait déjà, en ces pourtant douces années soixante-dix, un racisme larvé, j’avais pris les devants. Je détournais toutes les insultes dont mon petit garçon risquait d’être victime — bougnoule, melon, crouille, et autres joyeusetés issues de la colonisation —, pour en faire des mots tendres. Du genre : «  mon petit melon d’amour », voyez ? Ou « mon crouillat en sucre ». Ainsi, me disais-je dans ma grande naïveté, il sera blindé contre ce genre d’horreur et ne les ressentira pas comme dévalorisantes...

             Un jour, pourtant, je le récupérai en larmes, à la sortie de l’école.

             — On m’a traité de sale Juif, m’expliqua-t-il entre deux sanglots.

             Et merde. Celle-là, je ne l’avais pas prévue. 

    « ZOÉ BORBORYGMEZOÉ BORBORYGME »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 2 Août 2012 à 08:15
    Benoît Barvin
    Bof, faut se faire une raison. Moi, en Afrique, à 10 ans, j'ai eu droit à un "Sale Blanc" qui m'a fait tout drôle et m'a fait comprendre bien des choses... En ce qui concerne les petits mots d'amour des mères, la mienne aimait bien "ma petite crotte", je n'ai jamais vraiment aimé, je ne sais pas pourquoi...
    2
    Jeudi 2 Août 2012 à 10:11
    Benoît Barvin
    Ben, non... Française du Sud... Ceci dit, de nombreux Belges ont été accueillis chez ma Grand-Mère, pendant la guerre, ceci expliquant peut-être cela... Quant aux petites crottes, j'ai eu droit également à celles en "chocolat", qui fondaient sous la langue... Beau souvenir d'enfance.
    3
    Jeudi 2 Août 2012 à 14:39
    castor tillon
    J'ai passé mon enfance à Aubervilliers, et l'ai eu la chance d'avoir des parents qui fustigeaient sévèrement le racisme. Ça m'a permis de vivre en bonne intelligence avec les potes arabes. Les mômes parlaient comme leurs parents, c'est ça le malheur, sinon ils n'avaient pas d'animosité particulière.
    4
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:44
    gudule
    Elle était d'origine belge, ta mère ? Parce que "ma p'tite crotte", c'est un mot tendre typiquement bruxellois. Moi, on m'a servi ça toute mon enfance (pas mes parents qui trouvaient ça vulgaire, mais les voisins, les commerçants...)
    5
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:44
    gudule
    Il me semble évident que dans "petite crotte", le "en chocolat" est sous-entendu. Ceci dit, si ce n'est pas le cas, c'est encore plus drôle. j'adore les Belges !
    6
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:44
    gudule
    Oui, mais la difficulté de vivre ensemble ne s'est-elle pas exacerbée au fil du temps ? Quand mes enfants étaient petits, c'était déjà pas mal. Mais aujourd'hui, c'est nettement pire. J'ai le jetons quand je pense à mes petits-enfants...
    7
    Nadege
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:44
    Nadege
    Je vis dans le 93 depuis 10 ans, ici la connerie et la gentillesse n'ont pas de couleurs :)
    8
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:44
    gudule
    Excellent - et bien réconfortant - regard !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :