• GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 169

    Le parfum

      C’était l’été, à Paris. Pour lutter contre les moustiques, une copine m’avait conseillé l’extrait de citronelle. «  Tu gardes le flacon ouvert toute la nuit, sur ta table de chevet, et tu ne seras pas piquée », m’avait-elle assuré. C’était assez efficace, je dois dire.

             Manque de bol, le matin, en tâtonnant à la recherche de mes lunettes, j’en renverse un peu sur mes vêtements.

             Pas le temps de me changer, je suis déjà en retard. Au pas de course, je m’engouffre dans le métro, sans réaliser que je répands à foison d’entêtants — et exécrable — effluves.

             Le métro est plein à craquer. Cependant, peu à peu, le vide se fait autour de moi. Les usagers flairent avec suspicion, puis refluent en masse vers l’arrière de la rame. Et les réflexions fusent :

             — Qu’est-ce qu’ils utilisent comme désinfectants, à la RATP ?

             — Ça fout la gerbe !

             — Je suffoque !

             — Je vais tourner de l’œil !

           À la station suivante, tout le monde descend chercher refuge dans les compartiments voisins. Et le manège recommence avec les nouveaux venus.

             Au boulot, pareil. On incrimine la femme de ménage, et une collègue remarque, en pénétrant dans mon bureau :

             — Oh, ma pauvre, elle a renversé son « Monsieur Propre » sur ta moquette ou quoi ? Comment peux-tu bosser dans une telle puanteur ?        

             Par bonheur, personne ne m’a soupçonnée. Le désinfectant, c’est assez peu usité, comme parfum, chez les quadragénaires. Mais mon égo en a quand même pris un coup. Durant une journée, j’ai bel et bien été « celle qu’on ne peut pas sentir ! »

    « ZOÉ BORBORYGMEZOÉ BORBORYGME »

  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Juillet 2012 à 08:06
    Benoît Barvin
    Parfois, Chère Soeur, vous vous faites du mal... Mais si, mais si, on peut vous sentir... et c'est l'odeur de la Rose à peine éclose qui fait frémir nos narines... Rassurez-vous...
    2
    Mardi 3 Juillet 2012 à 09:01
    Benoît Barvin
    Oui mais... "à peine éclose", ce qui est d'une douceur, je ne vous dis pas...
    3
    Mardi 3 Juillet 2012 à 18:28
    Crayon d'bois
    De l'importance de ne pas jeter ses vêtements au pied de la table de chevet...sinon, la citronnelle si elle préserve de la piqûre des moustiques semble attiser les piques de nos concitoyens humains.
    4
    Mardi 3 Juillet 2012 à 22:41
    Castor tillon
    Moi, j'aimerais pas qu'on m'appelle grosso modo : ça sonne comme quasi modo.
    Si tu m'avais donné la recette au temps où je passais plus de trois heures par jour dans les transports parisiens, je t'aurais embrassée. Voyager dans une rame vide pendant les heures de pointe, puis tenir ses chefs à distance, c'est de l'ostracisme de luxe. Surtout quand on n'est pas en odeur de sainteté, hu hu !
    5
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 08:22
    Crayon d'bois
    Si je m'y étais trouvé, à coup sûr je sortais d'une rhino (ou je m'apprêtais à en commencer une nouvelle) et mon odorat en aurait été affecté ;)
    6
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Gudule
    De mieux en mieux ! Je sens la rose, maintenant...
    7
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Gudule
    Ouais, bon... éclose il y a 67 ans, quand même, hein. Tu me diras qu'en regard de l'éternité...
    8
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Gudule
    C'est ça, grosso modo. T'es sûr que t'y étais pas ?
    9
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Gudule
    Ah, Castor, t'es rentré ? J'ai reçu ta carte hier. Merci pour les roses trémières !
    10
    Gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Gudule
    Oh, à mon avis, même avec une rhino, tu n'eus pas échappé à l'asphyxie. L'essence de citronnelle, ça vous dégomme un bœuf à deux cents mètres !
    Ah, au fait, contrairement à ce que Castor laisse entendre, JE NE T'AI PAS TRAITÉ DE GROSSO-MODO. Jamais je ne me serais permis ce genre de familiarité. On sait se tenir, merde !
    11
    Odomar
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    Odomar
    C'est curieux, ma mère tenait aussi à lutter contre les moustiques avec de la citronnelle. Quelle horreur ! J'en conclus que les moustiques ont bon goût et que cette puanteur les fait fuir...
    12
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:45
    gudule
    Si tu m'appelles maman, je hurle !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :