• grands moments de solitude 147 (tome 2)

                                                                   Contrepoison

     

           À chaque fois qu’Adèle éprouvait un désir d’enfant, elle faisait appel à mes services. C’est-à-dire qu’elle m’empruntait les miens, d’enfants, histoire d’expérimenter « sur le tas » les grandeurs et les servitudes de la maternité. Cela m’arrangeait, pensez ! D’autant qu’entre elle et eux, le courant passait bien : elle préparait les meilleures crêpes au Nutella du monde et savait se libérer au moment opportun (genre salon d’Angoulême, par exemple).

             Or, justement, cette année-là, pour Angoulême, elle avait assuré comme une bête : programme télé d’enfer, DVD et BD retenus  d’avance à la médiathèque. Frigo plein à craquer ; bref, de quoi concocter d’inoubliables souvenirs à ma progéniture.  Les gamins étaient fous de joie. Pourquoi a-t-il fallu que je tombe malade la veille du départ ?

             Bon, pas le choix, je reste près de mes mômes ; Alex part en célibataire et Adèle rentre chez elle avec son p’tit mari sans avoir fait son stage de mère intérimaire. Résultat : deux mois plus tard, elle m’apprend la bonne nouvelle : une grossesse-surprise mise en chantier ce soir-là précisément. (à défaut de films d’horreur, fallait bien qu’elle s’occupe, pauvre louloute  !)

     

             Théo, si jamais tu lis cette Solitude, sache que tu dois la vie à un virus de gastro vieux d’une trentaine d’années. Tout le monde ne peut pas en dire autant !

     

    « grands moments de solitude 146 (tome 2)grands moments de solitude 148 (tome 2) »

  • Commentaires

    1
    Yunette
    Mardi 4 Novembre 2014 à 17:17

    C'est pas mal aussi, comme jour de conception "le jour où Gudule avait la Gastro"... :D

    2
    Mardi 4 Novembre 2014 à 17:30

    j'avais pas fait le rapprochement, mais ç'aurait pu être aussi : "la seule fois où Gudule a loupé Angoulême"

     

    3
    Mercredi 5 Novembre 2014 à 03:25

    En tout cas, c'est plus fun que le jour où Brassens est mort. Une gastro, c'est super-fun. Caca

    4
    Mercredi 5 Novembre 2014 à 08:09

    ça, c'est des trucs qu'on dit quand on n'a pas le bide en vrac !

    5
    Mercredi 5 Novembre 2014 à 08:15

    tiens, pour changer de sujet : cette nuit, j'ai rêvé d'une contrepetterie ; la voici, elle est dédiée à monsieur valse : Blanche de CAstille = clenche de bastille

    6
    Yunette
    Jeudi 6 Novembre 2014 à 14:15
    N'est pas très dansant, le monsieur.
    7
    Jeudi 6 Novembre 2014 à 18:17

    bof, depuis qu'il nous refait "La valse des pantins"on danse tous sur le bord d'un cratère...

    8
    Mercredi 8 Avril 2015 à 17:28

    Hé, hé, Adèle a rempli son ventre pendant que le tien se vidait ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :