• grands moments de solitude 124 (tome 2)

                                                                    Mémoire sélective

     

             En dépit de son diminutif anglo-saxon, Kate était parisienne jusqu’à la moelle des os. Pétrie de certitudes, arrogante et vanneuse, elle s’attaquait, sur le mode aspic, à tous ceux qui passaient à sa portée, et comme elle avait la dent dure, les malheureux dérouillaient grave.

             — Moi, je suis franche, déclarait-elle à tout propos. Je dis toujours ce que je pense !

             Encore eût-il fallu qu’elle pensât (ou, du moins, réfléchît)…

             Cette jeune personne, fort belle au demeurant, se prétendait journaliste. En fait, elle pondait au kilomètre de fausses lettres érotiques, payées 10 frs le feuillet, pour les magazines que je dirigeais. Dans cette petite structure quasiment familiale, la bestiole, à loisir, distillait son venin. Le léger différend qui, cette année-là, opposa le patron à ses employés, fut, pour elle, l’occasion d’exercer ses talents. Passant, tel un ludion, de bureau en bureau, elle attisait les haines, titillait les rancœurs, colportait à foison ragots et calomnies, de sorte qu’à la faveur de ses allées-et-venue, la broutille de départ prit une ampleur démente.

             Ainsi le bruit courut-il que, dans mes moments perdus, j’offrais mes services à la concurrence — ce qui faillit bien me coûter ma place. J’appris également, sous couvert de confidence, que la femme du patron ne pouvait pas me saquer, que lui-même m’estimait d’une incompétence crasse, et que, s’il me gardait, c’était par charité.

             Puis les années passèrent. Pubnou* ferma ses portes et chacun poursuivit sa route de son côté…

     

                                                         *

     

             Il y a quelques mois, mon téléphone sonne. C’est un copain écrivain, perdu de vue depuis fort longtemps.

             — Tu te souviens de Kate P. ? me demande-t-il à brûle-pourpoint. La semaine dernière, je l’ai croisée à un vernissage. Elle tenait le crachoir, comme d’hab’, et racontait partout que j’avais couché avec M. T. (ici le nom d’une personnalité très parisienne). Je te passe les détails auxquels on a eu droit : pratiques SM et compagnie. Je me suis découvert une vie sexuelle trépidante. Je ne m’en plains pas, remarque : ça me fera de la matière pour mon prochain roman, et les pipeuleries bien crades boostent les ventes. Mais le plus rigolo, c’est que la fille de M.T. était dans la galerie. Du coup, elle lui a volé dans les plumes, et tu ne devineras jamais ce que Kate a répondu.

             — ?

             — Que l’info venait de toi.

             — De MOI ? Mais il y a au moins trente ans que je ne l’ai pas revue.

             — Tu lui aurais confié mes folles turpitudes quand vous bossiez ensemble.

              — Pas le moindre souvenir…

              — Elle, si, apparemment. Paraît que le venin d’aspic entretient la mémoire. Tu devrais essayer.

             —Sans façon ! Je préfère terminer Alzheimer.

            

    * (voir chapitre 133 du présent recueil)

     

     

    « grands moments de solitude 123 (tome 2)grands moments de solitude 125 (tome2) »

  • Commentaires

    1
    Yunette
    Lundi 13 Octobre 2014 à 17:19

    La franchise c'est d'avoir une langue bien pendue à consonance mythomaniaque ?

     

    Je dois être une sacrée faux cul alors ^^

    2
    Lundi 13 Octobre 2014 à 17:38

    nan mais t'as remarqué que c'est les pires langues de putes qui revendiquent toujours la franchise (et qui décrètent qu'elles disent tout haut ce que les gens pensent tout bas ?(un certain FN faisait ça, il y a quelques années)

    3
    Yunette
    Lundi 13 Octobre 2014 à 17:43

    Je vais arrêter de dire que je suis franche, alors, et plutôt travailler dans l'ombre :D

    Ouais, j'ai remarqué.

    4
    Lundi 13 Octobre 2014 à 17:45

    Elle est en Kate de reconnaissance, la Ka-Kate (prononcer à l'anglaise).

    5
    Lundi 13 Octobre 2014 à 17:49

    Enkèkèter dans l'ombre, tu veux dire ?

    6
    Yunette
    Lundi 13 Octobre 2014 à 17:52

    Kate que tu racontes encore, toi ? ^^

    7
    Lundi 13 Octobre 2014 à 18:03

    Hoûûû, v'là Yun qui fait une en-Kate de proximité.

    8
    Yunette
    Lundi 13 Octobre 2014 à 23:40

    Le v'la qui s'in-Kate maintenant...

    9
    Mardi 14 Octobre 2014 à 00:09

    Ah, Yunette, fais pas ta co-Kate, hein.

    10
    Yunette
    Mardi 14 Octobre 2014 à 00:13

    Kate que tu dis ?

    C'est kate chose que de te suivre.... toujours en Kate de boniments à raconter !

     

    (bonne nuit ^^)

    11
    Mardi 14 Octobre 2014 à 00:28

    Bon, d'accord, je mets ma liquette, et je vais au lit, Kate. he

    :mrgreen: devrais-je dire ^^

    Bonne nuit, Yun.

     

    12
    gawail
    Mercredi 15 Octobre 2014 à 19:15

    je rajoute un truc, en Kate imini, juste pour le plaisir smile

    13
    Mercredi 15 Octobre 2014 à 19:19

    et du coup, elle sourit, Kate !

    14
    Yunette
    Mercredi 15 Octobre 2014 à 19:30

    grand comme une tranche de pas'kate ! (jeu de mot pour dyslexique ^^)

    15
    Mercredi 15 Octobre 2014 à 20:13

    Yunette, si l'Académie Française voit tes coms chez Gudule, t'es pas près d'avoir ton épée et ton costume de clown.

    D'ailleurs, je crois bien que je vais cafter.

    16
    Yunette
    Mercredi 15 Octobre 2014 à 20:18

    Owi ! Steuplait, Ka(f)te !  Je veux pas aller à l'AKatémie !

    17
    Samedi 21 Février 2015 à 20:30

    Ben en tout cas, elle a un franc succès Kate ! S'il n'était dans ses propos, il est dans son prénom !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :