• grands moments de solitude 123 (tome 2)

                                                                      Sale gosse

            

             Mon relieur adorait Brassens — auquel il ressemblait physiquement, rappelez-vous* — et dont il se sentait proche par l’anticonformisme, l’anticléricalisme, et la Mauvaise Réputation.

    Mais comme iI était un peu dur d’oreille, il ne saisissait pas toujours toutes les paroles. Dans La fille à cent sous, par exemple (qu’il appréciait particulièrement), lorsque Brassens chantait :

             « Et ce brave sac d’os dont j’n’avais pas voulu, même pour une thune,

             M’est entré dans le cœur, et n’en sortirait plus

             Pour toute une fortu-une »,il  comprenait : « Et ce brave sale gosse, dont je n’avais pas voulu… » Du coup, vu son refus de ma grossesse précoce, il se sentait directement concerné.

             — Le grand Georges a composé ces vers exprès pour moi, assurait-il. Il avait dû deviner ce que j’éprouverais. Quelle prémonition fulgurante ! Ah, c’était un sacré visionnaire !

             Puis, tapotant mon ventre d’une main paternelle : 

             — Sale gosse, va ! gloussait-il avec attendrissement.

             Je n’osais pas lui dire qu’ils étaient des millions, en France et en Belgique, à se reconnaître dans les paroles du moustachu. Individualiste comme il l’était, il n’eût guère apprécié l’amalgame. N’empêche que c’était le cas. Quel que soit le thème d’une chanson populaire, chaque auditeur y traque ses propres émotions,  et c’est justement ce qui fait son succès. Même chez les sourds !

            

              

                                       * (voir chapitres 63 et 64 du présent recueil)

    « grands moments de solitude 122 (tome 2)grands moments de solitude 124 (tome 2) »

  • Commentaires

    1
    Lundi 13 Octobre 2014 à 00:12

    Je crains qu'il n'ait pas bien entendu non plus la suite de la chanson : M’est entré dans le cœur, et n’en sortirait plus pour toute une fortune...

    2
    Lundi 13 Octobre 2014 à 00:32

    Comme quoi, il n'y a pire sourd... !

    3
    Samedi 21 Février 2015 à 20:25
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :