• grands moments de solitude 12 (tome 2)

     

                                              La nuit où la terre trembla


           Nous étions toute une bande dans la petite maison de la forêt, une location saisonnière où nous avions nos habitudes. C’était le milieu des années 80, et plutôt que de troubler le train-train de mes vieux parents, nous préférions cette solution, qui nous permettait de leur rendre visite sans les envahir. Faut dire, entre les enfants, les beaux-enfants, les petits-enfants, les chiens, les chats + mes frangins et leur famille, ça faisait une bonne vingtaine de personnes…

             À chacun de nos séjours, mon cousin Pierre, le propriétaire de la maison, multipliait les recommandations. En ce qui concernait l’eau et l’électricité, en particulier, car le groupe électrogène tombait souvent en panne, et la chaudière était en bout de course.

             — Evitez les douches trop longues, n’utilisez pas vos ordinateurs, veillez à ne pas brancher plusieurs appareils en même temps et coupez le jus quand vous allez dormir, nous serinait-il — ce dont ma descendance se fichait comme d’une guigne.

             La responsabilité d’un bug éventuel m’incombait donc, à moi.

             Or, cette nuit-là, je suis réveillée par un bruit sourd ; une sorte d’explosion si profonde et si forte qu’elle ébranle tout le bâtiment.

             Ma première pensée est :

             «  Merde, on a fait péter la chaudière  ! »

             Illico, je fonce dans les chambres voisines en braillant :

             — Qu’est-ce que avez foutu ? Pierre va être furieux !

             Une seconde secousse me coupe la parole.

             — Un tremblement de terre ! réalise mon frère Claude qui a beaucoup voyagé. Vite, tout le monde dehors !

             L’instant d’après, nous nous engouffrons dans les voitures et filons vers Stavelot, la ville la plus proche, dont, malgré l’heure tardive, les rues sont noires de monde.

             Nous y retrouvons Pierre qui confirme la chose : il y a bien eu un séisme, un vrai.

             — De magnitude 5 sur l’échelle de Richter, précise-t-il, avant d’ajouter :

             — Le mur de mon garage est lézardé… Et dans la petite maison, pas trop de dégâts ?

             Mon sourire éclatant le rassure aussitôt.  S’il se doutait à quel point j’ai eu peur !

    « grands moments de solitude 11 (tome 2)grands moments de solitude 13 (tome 2) »

  • Commentaires

    1
    Lundi 21 Juillet 2014 à 17:09
    Pata
    Ah bon ? Vous aviez déjà des ordis dans les années 80 ?

    Mais ils devaient être énormes !!!
    D'ailleurs, c'est p't'être ça qui a provoqué le séisme : quelqu'un aura fait choir son portable ;)
    2
    Mardi 22 Juillet 2014 à 10:44
    Gudule
    Bof, juste des bons gros Mac gris qui ne nécessitaient pas un diplôme d'ingénieur informaticien pour les utiliser, comme la moindre petite merde d'aujourd'hui
    3
    Mardi 22 Juillet 2014 à 11:30
    Pata
    Ah ça :)))

    Bon, j'ai une chanson pourrie dans la tête maintenant !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :