• grands moments de solitude 118 (tome 2)

     

                               Quand je pense à Fernande... (bis)

     

             La même infirmière, aux prises avec un pansement récalcitrant, interpelle un de ses collègues, plus doué qu’elle en la matière :

             — Dis donc, Louis, toi qui bandes si bien, tu ne veux pas me filer un coup de main ?

    Elle n’a compris que plus tard l’éclat de rire général.

    « grands moments de solitude 117 (tome 2)grands moments de solitude 119 (tome 2) »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 23 Septembre 2015 à 05:10

    Louis devrait se présenter aux érections municipales.

    2
    Yunette
    Jeudi 24 Septembre 2015 à 08:54
    C'est qu'elle devait bien le connaître, le Louis !
    3
    Lundi 28 Septembre 2015 à 10:33

    Hé, hé, il y a des milieux où le candeur peut être très distrayante en effet ^^

    Le secteur médical en fait partie !!!!

    4
    Mardi 29 Septembre 2015 à 09:49

    Je panse, donc j'y suis. C'est un délit passible de la bandaison, ça.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :