• GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 117

    Rappelle-toi, Barbara

      C'était l'été 1996. Nous étions en vacances à la ferme, en famille. Il faisait beau. J'étais bronzée, je me sentais jeune (!), belle (!!), j'avais envie de jouer les sauvageonnes (!!!). Il y a des moments comme ça, rares, privilégiés, où le passé et le présent se rejoignent... Chapeau de paille délavé, débardeur noir, vieux jean coupé à mi-cuisse, pieds nus, je jouissais de cet état de grâce sensuel dû, sans doute, au soleil, à l'odeur des blés, aux chevaux dans le pré voisin, à l'herbe haute où chantaient les grillons.

             Barbara, l'aînée de mes petites-filles, s'approche en sautillant. Dix ans, rousse, toute légère dans la lumière, elle se plante devant moi et me scrute de haut en bas. Je lui souris. Nous sommes si proches l'une de l'autre, malgré les quelque quarante ans qui nous séparent ! Elle prend un air mutin, répond à mon sourire et lance gentiment :

             — Cache tes vieux genoux, va !

             Durant le reste des vacances — particulièrement caniculaires —, j'ai porté des pantalons.         

     

     

    « GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 116GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE 118 »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 13 Avril 2012 à 08:56
    benoît barvin
    Ce que c'est que l'éducation Doltoïste... Cependant, un Carlos aurait éclaté de rire et exigé un "big bizou". Un tenant de la "bonne " éducation aurait eu la main leste. Une adepte de la Zen attitude... heu... n'aurait rien entendu... Notre Chère Soeur, elle, comprend qu'elle n'est qu'une brindille agitée par le vent - et son reste de Christianisme éhonté rajoute: "heureuse, Toi, jamais devoir être"... Maître Yoda n'est quand même pas loin...
    2
    Vendredi 13 Avril 2012 à 15:43
    benoît barvin
    Ben moi qui prenais ta défense... Ca m'apprendra à me mêler de ce qui ne me regarde pas, na! Car, c'est vrai, c'était mignon tout plein de te dire que tes genoux étaient vieux, cagneux, et - peut-être - qu'il fallait que t'en change...
    3
    Vendredi 13 Avril 2012 à 20:29
    Castor tillon
    Barbara a été bien imprudente : elle aurait pu rejoindre le club des petites filles mortes. Elle connaît Anne, mais pas Gudule...
    4
    Samedi 14 Avril 2012 à 19:26
    Martine27
    Cet âge est sans pitié !
    5
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:47
    gudule
    N'importe quoi ! C'était juste candide et ça a été reçu comme tel. Et bah, si on est objectifs, des genoux de cinquante ans, on ne peut pas vraiment dire que ce soit jeune, hein !
    6
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:47
    gudule
    Ah ah ah, je vous reconnais bien là, cher frère. C'était adorable de votre part... Je signale en passant que mes genoux ne sont pas cagneux ! Frippés, tout au plus... et encore, j'ai de beaux restes. En fait, vous aviez raison : Barbara était une bien vilaine petite fille. Mais elle ne le faisait pas exprès, c'était dans sa nature. Toutes les petites filles sont des monstres, n'est-il pas ?
    7
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:47
    gudule
    Bah, ma férocité ne va pas jusque là, heureusement !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :