• grands moments de solitude 106 (tome 2)

     

                                               Rêve brisé

     

             Dieu, que je l’aimais, cette lampe ! Une « mandarine » en pâte de verre achetée quelques euros dans un vide-grenier. Certes, elle était bien démodée ! Au début des années quatre-vingts, ces reproductions de luminaires Art déco faisaient fureur aux Puces de Clignancourt. En avais-je rêvé, à l’époque ! Mais elles coûtaient une blinde et nous étions fauchés.

             J’installai mon acquisition dans le petit salon du bas, qui servait de chambre d’amis. Mon fils Olivier et sa femme Brigitte y logeaient pendant les vacances, quand une nuit…

             Un fracas de verre cassé en provenance de l’entresol me réveille en sursaut, suivi d’un cri aigu :

             — Attention ! Ne bouge pas, surtout !

             Puis la voix tremblante d’Olivier :

             — Mais… qu’est-ce que c’est que ce truc ? Bri, que s’est-il passé ?

             — Ne bouge pas ! Ne bouge pas !

             Je dévale l’escalier quatre à quatre pour trouver ma Brigitte tétanisée, devant son mari couché sur le matelas à même le sol, et couvert d’une pelisse de minuscules débris de verre.

             — Je… je… J’ai renversé la lampe et elle a explosé en mille morceaux, explique-t-elle. Il y en a partout. Attention où tu mets les pieds !

             ­­ — Et je fais quoi, moi ? s’effare Olivier, en tentant de se redresser.

             — Rien. Tu restes parfaitement immobile.

             Vu que le matelas, la couette, la moquette — et sa peau — ne sont plus qu’un tapis d’échardes acérées, il n’insiste pas. Au moindre geste, c’est la blessure assurée.

             Brigitte court chercher l’aspirateur afin d’éradiquer le plus gros du danger, et, tandis que je fous ce qui reste de la lampe à la poubelle, Olivier prend une douche, histoire de comptabiliser les dégâts. Par chance, à part quelques griffures sanglantes sur le torse et les bras, il est indemne.

             Ouf, on l’a échappé belle !

             C’est meurtrier, des fois, un rêve brisé.

            

    « grands moments de solitude 105 (tome 2)grands moments de solitude 107 (tome 2) »

  • Commentaires

    1
    Yunette
    Mercredi 9 Septembre 2015 à 09:04
    Ça aurait fait un bon titre ça, le rêve brisé meurtrier ;)
    2
    Mercredi 9 Septembre 2015 à 15:01

    Tiens  ? Pour une fois, c'est pas Gudule qui a gaffé.

    3
    Lundi 21 Septembre 2015 à 11:49

    Une lampe bien loin du génie que celle-ci !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :