• grand moment de solitude 5 (tome 2)

                                       Conscience professionnelle

     

        Une éditrice, moins jeune que la précédente mais tout aussi vindicative, m’impose d’insupportables remaniements de texte.

          — Mais pourquoi faites-vous ça ? m’énervé-je. Pour vous approprier les livres que vous publiez ?

          Elle me toise avec hauteur.

          — Tttt, pour les améliorer, tout simplement. C’est dans votre intérêt que je vous corrige. Vous devriez me remercier !

             — Et si je préfère ma version à la vôtre ?

          — On n’est pas objectif vis-à-vis de son propre travail. Croyez-moi, si j’avais été l’éditrice de Flaubert, il ne s’en serait pas tiré à si bon compte. Jamais je n’aurais laissé Madame Bovary sortir dans cet état. Et je suis sûre que, contrairement à vous, il m’en aurait été reconnaissant.

          Brave Gustave, va !

    « grand moment de solitude 4 (tome 2)grand moment de solitude 6 (tome 2) »

  • Commentaires

    1
    Samedi 14 Février 2015 à 01:56

    Ben tiens, c'est vrai quoi, t'y connais rien !

    2
    Samedi 14 Février 2015 à 02:26
    Tororo

    Pouvoir se flatter de l'approbation de Flaubert, c'est la classe absolue, pour une éditrice. Tu en as de la chance avec tes éditeurs, dis donc!

    3
    Vendredi 20 Février 2015 à 09:10

    s'attribuer l'approbation de flaubert, quelle outrecuidance !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :