• FOLLE D'AMOUR

    Chapitre 11

      Résumé des chapitres précédents : leur rencontre avec Boris va-t-elle bouleveser l’immuable train-train de Nora et Charlie ? On dirait bien que oui...

     

             — C'est quoi, cette histoire de Paris ?

             Ah, elle a tout de même entendu, hier, malgré sa fatigue. Charlie sourit. Bonjour la Nora-du-réveil, ébouriffée, sentant le chaud !

              Elle s'étire, bâille sans mettre la main devant la bouche. Le sommeil lui a fait la babine carnassière. Il refoule une pressante envie d'y goûter.

             — Alors, s'impatiente-t-elle, c'est quoi ?

             Il jubile, les lèvres pincées sur un fou-rire naissant.

             — Accouche, merde !

             — OK, OK... Boris en a marre des one man show, il projette de créer une troupe avec trois ou quatre bonshommes bien au point. Des mecs doués qui n'ont pas peur du corrosif.

             — T'as tes chances ?

             Il semblerait. Le Maître lui a laissé entendre que.

             — Au poil ! exulte Nora.

             Elle tend les bras, ronronne :

             — On part bientôt ?

             Un baiser lui clot le bec.

             Jusqu'au soir, il n'est question que de ça. Nora rêve tout haut comme elle sait si bien le faire.

             — Tu imagines sur quoi vous pouvez déboucher, en vous associant ? Lui avec sa notoriété, son professionnalisme, toi avec ta Germaine, ton poney, tes instruments de musique déments... Putain, j'en ai le frisson ! Ça va rameuter les foules, mon lapin ! À nous la gloire, le triomphe, le fric ! L'immortalité !

             — Tout doux, la tempère Charlie, plus pragmatique — mais buvant néanmoins du petit-lait —, on n'y est pas encore ! C'est peut-être une proposition en l'air, va savoir ? Tu finirais par nous porter la poisse, à force !

             Elle lui rit sur la bouche. Il répond par l'un de ces jeux de main jeux de vilain dont il a le secret. Tant de projets leur mettent le feu aux poudres. Culbutés l'un contre l'autre, ils célèbrent l'avenir avec enthousiasme, puis, après un court entracte, se découvrent prêts à recommencer. Ce qu'ils font, et ainsi de suite, jusqu'à complète extinction des feux.

                                                                                                                              (A suivre)

    « Le petit cadeau du dimanche matin (pour moi, le cadeau !)FOLLE D'AMOUR »

  • Commentaires

    1
    Lundi 18 Février 2013 à 08:04
    Tororo
    Ah, voilà un bon début pour un lundi matin.
    2
    Lundi 18 Février 2013 à 08:52
    Benoît Barvin
    "jusqu'à complète extinction des feux"... Charmant, on dirait du Delly (qui est sous-estimé, je précise).
    3
    Lundi 18 Février 2013 à 15:35
    Castor tillon
    Rrrron rron rrrrroon ♥♥♥
    4
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    gudule
    Oh, merci m'sieur Tororo ! Et bonne semaine, donc.
    5
    Domlunnn
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    Domlunnn
    Sont attachants ces coquins...'attends avec impatience la suite, demain...;)
    6
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    gudule
    Ronronnez mes poussins, ronronnez... vous ne savez pas ce ui vous attend !
    7
    vivi l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    vivi															l
    Bonne idée ce livre publié sur le blog, je fonce chaque jour voir la suite. Merci pour ce partage !
    8
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    gudule
    Tu me ravis, Vivi ! J'avais peur que la lenteur de l'intrigue (une lenteur de roman) ne lasse mes lecteurs.
    9
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    gudule
    Je rectifie : ronronnez, mes castors, ronronnez !
    10
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    Pata															l
    Un avenir qui va s'écrire en lettres capitale !!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :