• FOLLE D'AMOUR

    Chapitre 19

    Résumé des chapitres précédents : La discussion entre Charlie et Boris bat son plein. Ces deux-là s’entendent comme larrons en foire ! Nora, un peu larguée, les écoute en sirotant son coktail.

     

             — Et Flip, il est comment ? s'enquiert Charlie.

             — Excellent. C'est un touche-à-tout, comme toi. Tu lui mets n'importe quel objet entre les pattes, il te pond instantanément un sketch. Et le public se tord.

             — Son look ?

             — Rappeur flemmard.

             — Pas très original...

             — Si, justement. Oublie la tripotée de petits branleurs qui sévissent à la télé, si c'est à ça que tu fais allusion. Chez lui, le survêt et la casquette prennent une dimension, comment dire ? mystique.

             — Rien que ça ! 

             — Tu verras... Il passe essentiellement dans les maisons de jeunes, et à chaque fois, les racailles lui font un triomphe. Ils se reconnaissent en lui, s'identifient...

             — Et les médias ne s'en sont jamais emparés ?

             Haussement d'épaules fataliste de Boris.

             — Son heure n'était pas venue, faut croire. Tant mieux pour nous.

             — À côté de lui, je vais faire figure de vieux con, moi, avec mon nez rouge...

             — Penses-tu ! Les valeurs sûres, ça marche toujours. D'autant que « l'humour naît des contrastes », comme on dit.

             Nora s'esclaffe. Détournement de proverbe, elle adore ! Avec la sensation violemment jouissive de montrer ses fesses à sa mère, elle claironne, à contre-temps :

             — Et la bite ne fait pas le moine !

             Un double regard consterné la ramène sur terre (ou plutôt, la fait rentrer sous). 

             — Oups, pardon, bredouille-t-elle. Ça m'a échappé.

             — Fais pas attention, elle tient pas l'alcool, souffle Charlie à Boris.

             D'un geste désinvolte, ce dernier relativise.

             — Dans une équipe comme la nôtre, il faut une base traditionnelle pour ne pas effaroucher le public, poursuit-il sans sourcilier. D'ailleurs, moi-même... 

             — C'est vrai que tu es assez classique, admet Charlie.

             — De toute façon, s'il y a des choses à améliorer, c'est la confrontation de nos quatre personnalités qui en décidera. Et les nécessités du spectacle. Bosser à plusieurs développe la modestie.

                                                                                                                               (A suivre)

     

    « Avec trois mois de retard...FOLLE D'AMOUR »

  • Commentaires

    1
    Mardi 26 Février 2013 à 07:37
    Tororo
    Et faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais: c'est comme ça que je deviens chef. J'ai dit quoi, là? J'ai dit: c'est comme ça qu'ON devient chef, bien sûr; je parle en général.
    2
    Mardi 26 Février 2013 à 08:42
    Benoît Barvin
    "Bosser à plusieurs développe la modestie", hem... Comme Tororo, on sent poindre chez le Monsieur un sens inné de la hérarchie que la petite demoiselle, un peu paf, il est vrai, a immédiatement saisi...
    3
    Mercredi 27 Février 2013 à 06:31
    Castor tillon
    M'enfin ! Nora, c'est mon héroïne. Ils sont abrutis, ces espèces de founes de mes Claisse. Des vrais cons descendant.
    Pff.

    (Au fait, Claisse, c'est un comédien, la contrepèterie n'est pas complètement hors-sujet, hein.)
    4
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    gudule
    Forcément, hein, la p'tite demoiselle,on est dans sa tête... Je me souviens, quand le livre est sorti, d'un critique — fort sympa, au demeurant — dont c'était le principal reproche. Ce n'est pas un bouquin objectif, qu'il disait, dans la mesure où le lecteur est, en quelque sorte, otage d'une gonzesse plus ou moins brindezingue. On l'oblige à penser comme elle, qu'il disait, alors que le lecteur, lui, est sain d'esprit. Du coup, ça le perturbe. Mais bon, hein, c'était son opinion à lui — donc subjective, forcément. Pfff, compliqué, tout ça.
    5
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    gudule
    @ Tororo : lapsus, dirais-je — et non lappe-suce, je me permettrais pas.
    6
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    Pata															l
    Hum, hum... et du coup, comme Nora a bien bu, en entendant ce portrait de personnage haut en couleur, elle voit un double Flip, comme au patin ? ;)
    7
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    gudule
    Hu hu, j'adore tes interprétions, Pata ! Tu lis entre le lignes, en gros.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :