• FOLLE D'AMOUR

    Chapitre 23

     Résumé des chapitres précédents : Voilà notre Nora toute seule dans Paris, avec dix euros en poche et le cœur en débandade.

     

             Quelques instants plus tard, attablée devant un demi, elle se laisse sombrer pour de bon. « Pleure, tu pisseras moins », dirait sa mère. Je t'emmerde, maman !

             — Euh... ça ne va pas ?

             Affalée dans sa bière qu'elle a renversée au passage, Nora se crispe. Un doigt vient de frôler son épaule. Elle relève farouchement la tête. Qui te rend si hardi de troubler mon veuvage ?

             Un ange.

             Bonjour, ange.

             Vêtu de blanc, comme il se doit. Le visage diaphane. Une auréole de cheveux blonds.

             — Je peux m'asseoir ? demande-t-il de sa voix angélique.

             Subjuguée, Nora répond oui, bien sûr, en se frottant  le visage avec les mains. Il lui tend un Kleenex. Elle s'essuie, se mouche, oublie de remercier. Il redresse le verre, fait signe au garçon d'éponger, commande la même chose.

             — Buvez, dit-il.

             Elle obéit.

             — Ça va mieux ?

             Elle opine.

             Contrairement à sa première impression, l'ange ne porte pas de tunique immaculée mais un T-shirt et un pantalon de toile. Ils ont dû moderniser leurs uniformes, là-haut. De même, il a rangé ses ailes. En revanche, l'œil transparent, à peine bleuté, et les traits d'une finesse hors norme ne laissent aucun doute sur sa nature céleste.

             — Désolé de vous avoir abordée, mais vous sembliez si désemparée...

             Elle se récrie, confuse.

             — Surtout, ne vous excusez pas ! C'est moi qui ne sais pas me tenir. J'ai eu un gros coup de mou, mais là, c'est terminé. Merci de votre intérêt, si, si, je suis très touchée.

                                                                                                                                    (A suivre)

    « FOLLE D'AMOURFOLLE D'AMOUR »

  • Commentaires

    1
    Samedi 2 Mars 2013 à 08:46
    Benoît Barvin
    Allez, j'ose: "Qui fait l'ange fait la bête"?
    2
    Samedi 2 Mars 2013 à 15:32
    Castor tillon
    « Pleure, tu pisseras moins », c'est un excellent conseil. Parce que ça fait pisser, la binouse.
    3
    Samedi 2 Mars 2013 à 16:04
    Castor tillon
    Ah non, j'ai jamais aimé ça. Je préférais (note l'imparfait, hein) me torcher au Martini. Qui lui, fait pleurer.
    4
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    gudule
    Oh, maman !
    5
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    gudule
    Parole de spécialiste ?
    6
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    gudule
    Je me disais aussi, connaissant ta proverbiale sobriété...
    7
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    Pata															l
    Bon, la voici entre les mains d'un ange, je donc peux abandonner Nora en toute quiétude... Pour le moment !!
    8
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    Pata															l
    Il manque un peu un "peux", dans mon comm précédent... Ah la la, c'est dur le matin !!
    9
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    gudule
    Non, t'as fait une inversion : je donc peux" ; ça fait très poésie classique.
    L'abandonne pas trop longtemps, hein ! Parce qu'avec elle, on ne sait jamais à quoi s'en tenir...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :