• FOLLE D'AMOUR

    Chapitre 26

      Résumé des chapitres précédents : Quand on discute devant une bière, au beau milieu de la nuit, on en arrive aux confidences, forcément. Surtout avec un ange !

     

             — Vous avez envie de me raconter vos malheurs ?

             Nora secoue de la tête. C'est une pudique. Elle cache sa souffrance comme un sexe.         

              « J'ai jamais exhibé mes plaies intimes, moi — sauf à Charlie mais ça ne compte pas. Bon, d'accord, tout à l'heure, j'ai failli craquer. Pour un peu, je me dénudais l'âme. Mais c'est fini, je me suis ressaisie. Ma ceinture de chasteté est à nouveau bouclée. »

             — Non, non, confirme-t-elle.  

             L’ange n'insiste pas. Il n'a pas de curiosité déplacée, juste une grande, très grande complaisance, et de la disponibilité à revendre. Un coup vient de sonner au clocher de Notre-Dame, et à ces heures indues, le temps s'éternise.

             — Moi, c'est Nora, dit Nora, pour changer de sujet. Et vous pouvez me tutoyer, si vous voulez.

             Ils se serrent la main par-dessus la table.

             — Sylvain.

             «  Tiens ? pense Nora, je croyais que tous les noms d'anges se terminaient par el : Michel, Daniel, Gabriel, Raphaël, Averell... non, pas Averell, lui, c'est un Dalton. »  

             — Nul, ce troquet, remarque-t-elle. Il sent mauvais.

             — Tout est fermé, dans le coin, après minuit.

             Elle ricane : «  Dernier saloon avant le désert », puis se demande pourquoi elle a dit ça — par association d'idées, sans doute (avec Averell) — et une soif prémonitoire lui vient.

             — À la tienne, old boy. 

             Quelqu'un a allumé le juke-box, un Wurlitzer d'avant l'électronique, une vraie pièce de musée.

             — Yesterday ! s'extasie Nora.

             Ils écoutent jusqu'au bout, sans un mot. Puis la chanson s'arrête, remplacée par une autre.

             — Mince, Imagine !

             Va-t-on causer Beatles ? Ça meuble et ça fait chic.

                                                                                                                              (A suivre)

     

    « FOLLE D'AMOURFOLLE D'AMOUR »

  • Commentaires

    1
    Mardi 5 Mars 2013 à 08:10
    Benoît Barvin
    C'est tendre comme tout, Chère Soeur et j'en ai eu une larmette au coin de l'oeil...
    2
    Mardi 5 Mars 2013 à 20:58
    Castor tillon
    En attendant, Averell c'est le plus gentil des Dalton (du moins dans la BD). C'est peut-être un ange.
    3
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    gudule
    Bah, un peu de douceur dans un monde de brute, ça ne fait pas de mal, n'est-ce pas. Surtout quand on vient de lire les envolées lyriques de ce cher Berlusconi !
    http://tuquoquemiamici.blogspot.fr/2013/03/ce-vampire-qui-buvait-regulierement-de.html
    4
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    Pata															l
    La transition entre les anges et Lennon me parait drôlement bien amenée !! :)
    5
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:37
    gudule
    Oh, excellent, Pata ! Celle-là, j'y aurais pas pensé !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :