• FOLLE D'AMOUR

    Chapitre 75

      Résumé des chapitres précédents :  Les révélations de l’ange dévoilent à Nora tout un monde interlope dont elle n’avait pas la moindre notion. C’est extrêmement déstabilisant.

     

             — Et alors ? hallucine Nora.

             — Elle l'a gentiment fait souffrir, comme d'habitude. Il avait l'air content, tout baignait, quand brusquement, l'enfant-martyr s'est révolté. Il a défenestré maman. Après, ça a été beaucoup mieux pour lui. Libéré, il était. Prêt à repartir sur les chapeaux de roues. Il a même embrassé les flics qui déboulaient, en gueulant qu'il venait de naître pour la seconde fois. On a transporté Lulu à l'hôpital, les reins brisés.

             Soupir fataliste.

             — Ah, il ne l'a pas ratée, l'enflure ! Tétraplégique et quasiment déconnectée...

             — C'est épouvantable ! Pauvre Lulu.

             — Y a des compensations morales, heureusement. Grâce à son sacrifice, un mec a été remis sur les rails et un psy a sauvé la peau.

             Geste d'incompréhension de Nora.

             — Il est écrit : Tu aimeras ton prochain. C'est bien ce qu'elle faisait, non ?

             — Fastoche ! se rebiffe Nora.

             Alors l'ange, péremptoire :

             — C'est une sainte, cette femme-là. Et ne proteste pas : tu n'as pas de religion, ça se voit à l'œil nu.

             — Pourquoi tu dis qu'elle a sauvé un psy ?

             — Faut tout t'expliquer, toi ! Ce client, il pataugeait dans son passé comme un malade. Il avait dû en baver, mioche, pour être aussi déglingue ; j'aurais pas aimé connaître sa mère. Alors, il a pris le problème à bras-le-corps. Au lieu d'aller baragouiner sur un divan, il a choisi la manière forte. C'est Lulu qu'il avait sous la main, c'est elle qui a dérouillé. Mais ç'aurait aussi bien pu être le toubib.

             — Tu en parles à ton aise, s'indigne Nora, au bord des larmes. C'est pas toi qui t'y colles !

                                                                                                                               (A suive)

    « FOLLE D'AMOURFOLLE D'AMOUR »

  • Commentaires

    1
    Mardi 23 Avril 2013 à 08:10
    Benoît Barvin
    Ah ça, pour prendre le "problème" à bras-le-corps... Je sens pointer une petite critique sociale, là... Rien qu'une petite...
    2
    Mardi 23 Avril 2013 à 08:42
    Tororo
    Attention, quand il y a compensation morale, il y a souvent décompensation après.
    3
    Jeudi 25 Avril 2013 à 00:44
    castor tillon
    L'enfant-martyr n'a pas reçu assez de fessées quand il était petit, c'est clair.
    4
    Jeudi 25 Avril 2013 à 03:08
    castor tillon
    Ta psychologie est tout-à-fait à la pointe, chère Gudule. La mienne sort effectivement du bas-art.
    5
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:35
    gudule
    Boah ! C'est mon vice, peux pas m'en empêcher...
    6
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:35
    gudule
    Bien vu !
    7
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:35
    gudule
    OK. A psychologie de bazar, psychologie de bazar et demie, donc.
    8
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:35
    gudule
    Euh...
    9
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:35
    Pata															l
    (Je suis là, je ne sais juste pas quoi dire !)
    10
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:35
    Pata															l
    Quel gâchis !!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :